publie.net 20 000 |défi de l’invention numérique

que changer à notre idée intérieure du livre pour commencer à inventer numérique ?


C’est à Ouessant, festival Numer’île, août 2010, que j’ai fait la connaissance de Gwen Català. Je le connaissais de nom : pour l’expérience web du Roman d’Arnaud à 3 auteurs, et en tant que co-fondateur avec Jean-François Gayrard de NumerikLivres, ce qui évidemment n’induisait pas que nous ayons à travailler ensemble.

Et puis je suis plus à l’aise dans les relations web qu’avec téléphone ou dans la vie réelle où il faut parler et passer du temps etc. En septembre 2010, lors du BookCamp, je découvre sur l’iPad de Gwen l’application qu’il vient de réaliser pour l’expo Monet du Grand Palais – ah bon, mec, tu ne bosses pas uniquement pour NumerikLivres ? Je lui demande s’il veut bien me réaliser un template (un modèle, en somme) pour mes couvs très amateur de publie.net et voilà comment, si vous laissez un type mettre le pied dans la porte, quelques mois plus tard il occupe toute la maison...

Trêve de plaisanterie. J’ai énormément appris de Gwen depuis 18 mois, et ce travail en bonne indépendance (il m’établit ses factures au nom de son agence Ettoitufaiskoi, et continue d’oeuvre parallèlement pour NumerikLivres et d’autres) nous autorise liberté réciproque – Gwen vit dans le nord de la Thaïlande, tout près de la frontière birmane, est insomniaque professionnel, mais comment un travail d’invention ne passerait pas ainsi par des personnalités pas très conventionnelles ? D’ailleurs, s’il fait régulièrement des aller-retours en France, c’est bien plus difficile de le voir là, que pendant ses insomnies... Il n’est jamais meilleur que lorsqu’il est coincé 10h en transit à l’aéroport de Dubaï ou n’importe où, et désormais son rôle de conseil, de bougeur de lignes, d’orienteur c’est quasi au quotidien, sans compter les dépannages directs dans l’interface ou bien de parler de la pluie et du beau temps dans le fonds de la nuit.

Et j’en sais pourtant très pas plus sur Gwen, qui a accumulé pas mal de métiers et de pratiques. Sauf que, justement, l’invention numérique exige d’être à cette croisée de chemins permanente. Et qu’on n’y fait rien non plus si on n’a pas soi-même les deux mains dans l’écriture jusqu’aux poignets.

Gwen a d’abord pris en charge, avec Philippe Diaz / Pierre Ménard, la réalisation des versions epub de notre revue – vaisseau amiral d’expérimentation numérique – D’Ici Là.

Et, tout ce trimestre, nous avons ouvert sur publie.net une collection défi. Cela s’appelle Hors collection, ça laisse le champ libre. Ça me coûte cher, parce que ça demande à Gwen des dizaines de nuit usantes sur le code (et pourtant, il ne me facture pas à l’heure, ô catastrophe que ce serait), et nos grands succès – mais grâce à ce billet, c’en est fini ! – passent rarement les 10 exemplaires téléchargés.

Mais de ça nous sommes sûrs, sûrs absolument : ce qui fonde l’expérience, c’est le laboratoire. Ce qu’on invente pour quelques textes atypiques, merveilleux mais chacun comme un puzzle infiniment fragile, c’est la route majeure pour l’invention à suivre. Et donc, on continuera, radicalement.

On sait aussi ce dont on ne veut pas : les expériences en impasse des livres-application, c’est la mode en ce moment, les chasseurs de subvention qui vendent en amont des projets epub, allez, on vous fait un prix : 20 000 euros, remplis d’animations, de petits jeux et jolis graphismes si bien dans l’air du temps etc etc, et vous chargez l’application sur votre iPad, une par livre et voilà, ça fait jaser dans les blogs beaucoup plus que nos petites routes modestes... tout un pan de l’édition numérique se finance en amont sans du coup avoir à se préoccuper de commercialiser leurs réalisations payées d’avance par ceux qui y affichent leurs logos... Non, on reste dans le principal défi : le format epub est un outil génial si on l’explore (enfin, Gwen, pas moi...), on peut le diffuser directement sur publie.net et chez nos revendeurs.

C’est là où ça boite : téléchargez nos Hors collection sur un iPad, c’est merveilleux. Lisez-le sur cette très bonne tablette qu’est l’Archos 101, tout fonctionnera mais vous n’aurez plus le son. Et si vous êtes possesseurs d’une Kobo, d’une Sony, d’une Odyssey, il n’y aura même plus les liens Internet ni la couleur. Est-il légitime d’inventer seulement pour tablette ?

Oui, s’il y a quand même plus d’un million d’iPad en France...

Oui, si d’autre part nous avons notre arme secrète. Vous avez sans doute utilisé, au moins pour les extraits gratuits, la fonction de visionnage du site. C’est la liseuse en ligne développée par Julien Boulnois, de l’Immatériel-fr. C’est aussi l’interface utilisée pour les bibliothèques abonnées en streaming, c’est-à-dire sans téléchargement de fichiers. La liseuse en ligne est déjà un outil puissant et efficace (y compris, même, via un Kindle ou une Kobo reliée au site en wifi), et nous y travaillons en permanence (enfin, pas moi, mais Julien !) pour y intégrer la totalité des fonctions multimedia de ce que nous explorons.

Et c’est ici que tout commence.

Lisez, dans nos Hors collection, Bossa d’Emmanuel Tugny : compositeur, musicien, écrivain, il débarque avec un texte magnifique, accompagné en continu du travail de la peintre Bernadette Février...

Lisez, dans nos Hors collection, La corde à linge de Jean-Jacques Birgé : principalement musicien, il manipule évidemment aussi images et fictions, convoque pour ce texte des montages sonores, des impros avec ses amis (dont Vincent Segal)...

Lisez, dans nos Hors collection, Mort d’un père de Martine Rousseau : dans l’enquête qui commence après le décès, les photographies sont le tunnel qui fait franchir l’espace-temps...

Lisez, dans nos Hors collection, L’Instant-T, par « Louise Imagine » : un concept radicalement neuf de livre d’artiste, avec carte de navigation graphique – un modèle désormais tout prêt pour intégrer une collection photo, ou binômes auteurs et photographes...

Lisez, dans nos Hors collection, Écrire au quotidien, 365 ateliers d’écriture de Pierre Ménard : 365 pages, oui, mais chacune ouvre sur une cave avec extraits, proposition didactique, extraits sonores, liens vers l’auteur convoqué... et des 365 on passe à 3000 pages...

Ou bien ce qui se passe quand Claude Ponti nous confie un texte parfaitement dérangeant et iconoclaste, La table... Ou lorsque nous nous impliquons avec deux poètes, Jean-Yves Fick et ses photographies, François Bonneau et ses expérimentation voix...

Ne passez pas à côté de la revue D’Ici Là, n° 8 dans les jours qui viennent...

Quelque chose s’invente ici, en ce moment. Je le dis facilement, parce que j’ai renoncé à y être pour quelque chose : pas assez fort en code – Gwen, je te laisse la clé... Je sais seulement que la part publie.net (la part auteurs est sanctuarisée) des abonnements généreusement pris par une bonne quarantaine de bibliothèques partenaires, une bonne part de notre cagnotte sur les ventes des classiques, c’est pour investir là. Là où tout se joue.

Alors aidez-nous surtout à garder ça bien secret !

FB

 

publie.net et les Hors Collection | la vitrine Gwen...



- Jean-Jacques Birgé, La corde à linge

 


- François Bonneau, Millimètres

 


- Jean-Yves Fick, Il y a le chemin

 


- Alain François, WebObjet

 


- Louise Imagine, L’Instant T

 


- Pierre Ménard, Comment écrire au quotidien

 


- Claude Ponti, La table

 


- Martine Rousseau, Mort d’un père

 


- Emmanuel Tugny (avec Bernadette Février), Bossa

 

et bien sûr :


- Revue D’ici Là, n°7, ou toute la série

LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 29 décembre 2011
merci aux 2902 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page