Antoine Emaz cuisine sur publie.net

la suite de l’oeuvre-carnets d’Antoine Emaz : un repère essentiel


note du 8 juillet 2012
Je ne résiste pas à mettre en ligne la maquette (Gwen aux manettes) de couverture de la version papier de Cuisine, un peu de retard sur le timing espéré, parce que c’est énorme boulot, mais que la mise en place de chaque petit élément servira ensuite pendant de longs mois. On compte bien arriver à une centaine de titres avant la fin de l’année... Le prix effectif sera de 15,98 € (les calculs de TVA par l’éditeur nous contraignent à une grille précise). Bien sûr l’achat du livre papier inclura l’accès à la version epub, mais dès à présent Cuisine est disponible pour vos Kindle, Kobo, iPad...

note du 5 mars 2012
Diffusion solide et persistante pour Cuisine d’Antoine Emaz et heureusement qu’on a quelques signes comme ça... Allez-y voir vous aussi ?!

En ligne sur publie.net : Antoine Emaz, Cuisine.

Travail sur le dense, le rythme, l’économie la plus radicale de la phrase, l’oeuvre d’Antoine Emaz est [en même temps / par cela même] une expérience essentielle de poésie parce que liée directement à la relation de l’écrire au corps, et de celui qui écrit à son espace social, la ville, l’autre.

Et longtemps qu’on le sait. Avec Lichen, lichen, en 2003, Antoine Emaz livrait l’autre pan de son travail : un lecteur assidu, enraciné dans la langue perçue elle aussi comme corps indivisible, où Saint-Simon, Bossuet ou Balzac résonnent autant que ceux qui fondent de plus près sa poétique, côté Reverdy ou du Bouchet, et une réflexion quotidienne d’écriture, non pas au sens diariste, que pousser en permanence le quotidien vers cette limite où il bascule, et que cette friction détermine le territoire du saut en avant poétique.

Sachant l’existence de ce massif de carnets, et combien il se révèle une expérience de lecture autonome, décisive, nous avions proposé au Seuil/Déplacements, en 2008, Cambouis, livre qu’avec l’autorisation amicale du Seuil nous proposons aussi en version numérique sur publie.net.

Voici un autre massif : Cuisine, la différence c’est qu’Emaz – en amont – peut concevoir ses carnets comme aventure destinée aussi à la publication. On y trouve donc le personnel – le jardin, la glycine, les ciels, les courses au supermarché ou la cuisine – aussi bien que la réception critique (des auteurs comme Valérie Rouzeau, Jean-Patrice Courtois, Emmanuel Laugier, Jean-Pascal Dubost sont souvent évoqués), le retour permanent (à du Bouchet, à Reverdy) aux oeuvres, l’écriture (aussi bien pour les livres publiés chez Tarabuste, que sur le site web Poezibao où Antoine Emaz est contributeur régulier). Et cela inclut le rock’n roll, Led Zep ou les Doors, aussi bien que l’ordinateur lui-même et son usage.

A noter qu’en PDF le livre est présenté à la façon traditionnelle (mais vous disposez de recherche plein texte pour retrouver instantanément un nom, un thème, une oeuvre), mais en epub, sur liseuses et iPad, vous ferez surgir une table des matières défilante sous forme d’index noms, thèmes. La couverture (comme pour Cambouis), un détail d’une oeuvre de Paul Klee, quelques-uns savent pourquoi.

Donc particulièrement fier qu’Antoine Emaz l’ait directement conçu pour la publication numérique. Je ferai état ici des diverses réceptions et échos, à commencer par Laurent Margantin dans ses Carnets d’outre-web :
- Antoine Emaz, vie de poète
- sur Poezibao, lecture de "Cuisine" par Ludovic Degroote
- En lisant Antoine Emaz sur Au bord des mondes
- Lu. Antoine Emaz.Cuisine. chez Nicomo
- Être artiste... par Laurent Margantin

 

Photo ci-dessus : Antoine Emaz à la BU d’Angers le 15 décembre.


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne 25 décembre 2011 et dernière modification le 8 juillet 2012
merci aux 3203 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page