Une traversée de Buffalo | ce qu’on fabriquait là

tentative harmonieuse mais oblique d’associer habitat et lieu de travail


 

J’ai longtemps cherché à savoir ce qu’on fabriquait là. J’ai habité longtemps ce quartier. J’y travaillais à la bibliothèque : elle n’était pas si fréquentée, au bout d’un temps elle a fermé, j’ai déménagé. Un curieux quartier : on avait construit les rues et les maisons en fonction de la répartition des tâches dans l’usine. Il paraît qu’au dix-neuvième siècle, en Europe, on avait aussi tenté plusieurs expériences en ce sens. On n’y avait pas mêlé, ici, de considérations politiques ou utopistes : pas de ça, dans notre ville. On avait juste tenté un équilibre fonctionnel. Assez, des embouteillages, du temps perdu dans les transports, assez de l’usine qui reste dans le champ de vue de votre galerie ou de votre jardin. Les rues étaient orientées nord sud, mais on entrait dans l’usine par des rues est ouest. Le drainage se faisait par une rue principale capable de saisir à heure fixe les flux venant des rues nord sud, et les convertir en flux est ouest pour entrer dans l’usine. Une suite de transversale permettait l’organisation des sens uniques : flux entrant dans l’usine par les sens uniques décroissants (les numéros de rue étaient toujours en partant de l’usine), flux sortant au soir par les sens uniques croissants, et rattrapages par les perpendiculaires. Le ramassage scolaire, les livraisons de ravitaillement, aux heures complémentaires. Les distractions du soir : il n’y avait pas de distraction du soir. On avait la télévision, et pour les grands matches l’usine affrétait volontiers un service de cars. On disait que les gens, dans ce quartier, s’étaient remarquablement attachés à l’usine, aux commodités qui faisaient qu’à peine le travail fini on était chez soi, jusqu’à ce qu’il recommence. Moi seul, semble-t-il, leur trouvait ce quelque peu de taciturne : sans cela, n’aurais-je pas réussi à apprendre, ce qu’on fabriquait là ?

 

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 5 mai 2010
merci aux 203 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page