hors série | camions de Saint-Pierre des Corps

ce sont les camions qui donnent leur majesté aux ronds-points


- lire la suite des hors-série, oui la liste des ronds-points visités ;

- première visite ? voir la présentation générale du projet, qui inclut aussi des invitations et un journal ;

- la chaîne YouTube des performances la littérature se crie dans les ronds-points ;

- en partenariat Pôle des arts urbains Saint-Pierre des Corps (pOlau) & Ciclic

 

C’est un défilé de mode, mais le nôtre.

Ce sont les camions de Saint-Pierre des Corps. Un échantillon de. Les camions qui roulent dans la ville, font le convoiement interne de tout ce qui convient à la ville.

Ça m’est venu sur le rond-point, et pas avant : la question posée était celle d’un aménagement qui ne soit pas l’éternelle composition paysagère, ni l’oeuvre d’art à vieillissement accéléré, et – au contraire – le concept d’un rond-point qui serait changeant en permanence.

Tout ce temps que j’étais dans le rond-point pour ma lecture, l’observation et la réflexion (chaque rond-point est une île, je ne viens pas là pour trois photos et au revoir, j’essaye vraiment de comprendre ce que chacun me dit de ce que je ne sais pas de la ville, ville trop moyenne, ville trop polie, ville trop distendue aussi), que ce qui devait être l’objet changeant et transformable du rond-point ça devait être les camions.

Parce qu’ici, à Saint-Pierre des Corps, il passe plus de camions qu’ailleurs. Que ce ne sont pas les camions qu’on voit sur les aires d’autoroute, équipés pour y dormir. Des camions de jour, comme on a l’hospitalisation de jour. Que probablement le fait que ce rond-point était resté nu et pauvre tenait à ce qu’il était d’abord un rond-point pour camion. C’est de cela qu’on le punissait.

La première chose à faire, c’était de séparer les camions des voitures, pensai-je.

Donc, en repartant, je me suis assis sur le mur de Point P, adossé au grillage (juste devant ces empilements jaunes photographiés un peu plus tôt), j’ai mis le pied devant moi, l’appareil à hauteur du genou, j’ai réglé ISO 100, grand angle 18 (APSC), machin truc 5,3 pour que ce soit net à peu près loin.

Puis voilà : à chaque camion qui passait, j’attendais qu’il soit bien sur l’écran du viseur arrière, et hop. Dans un sens, dans l’autre sens. Puis compté 20. Évidemment, dès que je suis parti, un quart d’heure plus tard, il en est passé 5 encore plus seigneuriaux ou magnifiques, et si je m’étais dit 25 au lieu de 20 ils seraient là eux aussi.

Je serais meilleur photographe, j’aurais ralenti un peu la vitesse, pour donner une impression de flou. Comme ça, au 400ème, on a l’impression qu’un policier compatissant leur a demandé à chacun de s’immobiliser quelques secondes devant moi, et même de demander au chauffeur de descendre pendant la photo, retenant les autres véhicules avant de libérer à nouveau la route, mais non. Ce n’est pas si déplaisant, remarque, c’est une autre forme de fiction. Ou c’est simplement pour le choix de la vue frontale ?

Ce sont les camions de Saint-Pierre des Corps. Sur le rond-point sera une grande sphère translucide (mais pas aveuglante). En amont des quatre routes convergeant vers le rond-point seront des dispositifs (je n’ai pas tranché : capteurs pneumatiques au sol se déclenchant à 3 tonnes 5, cellules photo-électriques à déclenchement 3 mètres du sol, ou capteur de déplacement d’air, c’est égal) déclenchant la captation optique (suffit de reconvertir trois vieux radars de la gendarmerie) du camion de profil plan fixe. Ensuite, l’image est projetée aléatoirement et de façon mobile sur l’intérieur de la sphère, et s’effacera progressivement, selon un temps inversement proportionnel à la densité de circulation. Ainsi, dès le matin, quiconque passera ici verra dans la sphère un fourmillement d’images de camions, constamment changeants, et qui ne seront pas n’importe quels camions, mais des camions réellement passés ici depuis ce matin.

Aux heures de grosse circulation, la sphère pourra voir en déplacement intérieur réciproque jusqu’à cinquante images de camion. Aux heures creuses, il y en aura toujours une pour tourner éternellement.

Voici les vingt premiers camions qui, ce jeudi 16 octobre 2014, de 15h25 à 15h40, auraient nourri le dispositif intérieur de la sphère.

Ceci est ma proposition pour le rond-point constamment changeant. N’hésitez pas à me proposer vos propres dispositifs et idées, je les ajouterai ici.

 

LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, tous droits réservés
1ère mise en ligne et dernière modification le 16 octobre 2014
merci aux 777 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page