Cierec Saint-Etienne, le colloque

de l’auteur considéré à titre pré posthume ?


C’est une mise en ligne incestueuse, mais mieux vaut en prendre la responsabilité que faire comme si ça n’existait pas. Les discussions, d’accord ou pas, les galères ensemble parfois, avec Dominique Viart, Jean-Bernard Vray et quelques autres ci-dessous datent parfois de plus de dix ans, vingt ans pour Lebrun et Bergounioux... L’équipe de Saint-Etienne a mené ces dernières années un colloque Michon et un colloque Echenoz dont les explorations théoriques rejaillissent directement dans notre travail. J’ai évidemment la trouille : peur de passer pour un mort, oeuvre close. On sait bien, de notre côté, qu’il n’y a pas à rouvrir les livres publiés, et que la masse de difficulté qui prélude au suivant s’est augmentée. DV et J-B V m’ont imposé évidemment de ne me mêler en rien de la composition de ce colloque organisé par les équipes de recherche du C.I.E.R.E.C. (Univ. de Saint-Etienne) et ALITHILA (Univ. Lille 3). Je leur suis reconnaissant de la confiance qu’ils témoignent en acceptant que quelques proches m’épaulent, et notamment la garde rapprochée, Bergou, Pifarély, Cazeneuve, Souchon (je m’excuse auprès d’eux pour le terme). L’idée qu’il y a du collectif dans le plus singulier de notre travail est depuis très longtemps une des convictions qui m’aide le plus à tenir dans les traverses. Et elles ne sont pas toujours paisibles ni heureuses. Je me sens évidemment, dans une telle initiative, en porte-à-faux : longtemps que je préfère, au lieu de parler de mon boulot, intervenir sur Koltès ou Michaux, lire Rabelais. J’accepterai donc le porte-à-faux, et je me dis qu’au moins il y aura quelqu’un pour s’occuper du podcast... En tout cas, je tiendrai ici l’information à jour. Ci-dessous, ce n’est que provisoire, et courrier privé des organisateurs. FB.

Télécharger le programme définitif (pdf, 2Mo) :

.

 


Colloque international 22-23-24 mars 2007

François Bon, éclats de réalité

pré-programme mis à jour le 26 février 2007 — merci DV / JBV

 

L’oeuvre narrative de François Bon dans son ensemble, se construit du rapport au réel social contemporain de l’écriture ; la dernière des cinq leçons de poétique de P. Bergounioux à la Villa Gillet, qui cherche à caractériser cette œuvre, s’intitule « François Bon et le monde présent » .
Jusqu’en 2002 (date de publication de Rolling Stones une biographie chez Fayard), on peut y repérer deux versants distincts. En 1982, Sortie d’usine, inaugure la série des romans publiés aux éditions de Minuit : Limite (1985), Le Crime de Buzon (1986), Décor ciment (1988), Calvaire des chiens (1990), Un fait divers (1993). Ce sont des « romans du réel », qui se démarquent du réalisme, comme le note Dominique Viart.
Ce réel contemporain auquel il renvoie, c’est le travail en usine, le chômage, la vie dans les grands ensembles, le monde carcéral, l’errance sociale. Des expériences urbaines nourrissent ces romans : Bon séjourne un an dans la tour Karl Marx à Bobigny et Décor ciment en garde trace, un an à Berlin en 1987-88, et après la chute du mur en 1990 est publié Calvaire des chiens.
En 1992, L’enterrement, malgré un fugitif retour au roman avec Un fait divers, ouvre la série des récits publiés par Verdier : Temps machine (1993), C’était toute une vie (1995), Parking (1996), Prison (1997), Paysage fer (2000), Mécanique (2001). Temps machine, onze ans seulement après Sortie d’usine mais après une mutation décisive du monde industriel, revisite « le monde défait et cassé des usines (…) pour retrouver la part qui nous revient d’une épopée désormais close ». En 1992 Bon s’engage dans une expérience qui se poursuit toujours d’ateliers d’écriture (et le mot atelier importe), conduite, en milieu urbain et notamment avec des exclus : chômeurs, prisonniers, SDF. C’était toute une vie renvoie à une expérience d’écriture conduite à Lodève et Prison à une expérience d’écriture en milieu pénitentiaire. Paysage fer résulte d’une expérience d’écriture conduite avec des S.D.F. nancéens.
Les deux pratiques successives, du roman et du récit réfèrent d’une manière décisive à l’empreinte du social, ainsi que les écritures de F. Bon liées à une production pour le théâtre, le cinéma et celles qui ont pour support l’Internet .

La médiathèque de Saint-Étienne accueillera le colloque (salle de conférences multi-media).

Partenariats
Maison des Écrivains (Hôtel d’Avejan, 57 rue de Verneuil, 75007, Paris)
Ville de Saint-Étienne
Médiathèque municipale
Région Rhône-Alpes

Le colloque
En organisant un colloque universitaire ainsi que diverses manifestations culturelles autour de l’œuvre de François Bon, il s’agit de lui rendre hommage, de la mettre en débat, de faire entendre les résonances qu’elle suscite. Dans toute son ampleur et avec ses multiples visages : des romans aux récits, du théâtre au cinéma, des ateliers d’écriture à son implication critique ; ses interventions et collaborations, avec des photographes, des musiciens…
Les manifestations dans leur ensemble prendront la forme de rencontres à la fois universitaires et artistiques, intellectuelles et culturelles. Expositions, projections, mise en voix, mise en scène, tables rondes et communications. Des débats aussi, qui excèderont la littérature et la mettront en dialogue avec d’autres disciplines : philosophie, urbanisme, sociologie, histoire…
Les interventions universitaires seront thématiquement regroupées. Trois tables rondes (avec F. Bon et quelques interlocuteurs écrivains ou universitaires) examineront :
— la question du rapport réel/fiction
— le rapport de l’œuvre de F. Bon à l’univers urbain
— la pratique de l’atelier d’écriture de F. Bon

Manifestations autour du colloque

— Paysage fer, un film de Fabrice Cazeneuve et François Bon, suivi d’un débat avec François Bon, Fabrice Cazeneuve et Michaël Sheringham, jeudi 22 mars, Médiathèque centrale de Tarentaize,
19h30.

— Performance voix et musique : François Bon (lecture) et Dominique Pifarély (violon électrique et acoustique) : Tumulte,
vendredi 23 mars, Médiathèque centrale de Tarentaize,
18h30

— Exposition virtuelle (réalisation : Alexandra Saemmer)

Collaborations européennes
Il s’agit d’un colloque universitaire organisé par la composante « Littérature » du C.I.E.R.E.C en collaboration avec une autre équipe : Centre Roman-20-50, Alithila (Analyses Littéraires et Histoire de la Langue), de l’Université Lille 3.
Le colloque est le prolongement d’un travail conduit durant l’année 2005-2006 dans le séminaire « Texte et intertextes » du C.I.R.E.C., animé par J-B. Vray.
Ce colloque résulte de la collaboration des équipes lilloise et stéphanoise qui s’attachent toutes deux à l’étude de la littérature française de l’extrême contemporain et prolonge la collaboration de l’équipe stéphanoise et de ses homologues italiennes :
- GREC (Groupe de Recherche sur l’Extrême Contemporain, Université de Bari), Dir. : Matteo Majorano
- ARGEC (Atelier de Recherche Génois sur l’Extrême Contemporaine, Université de Genova), Dir. : Elisa Bricco
- LARC (Laboratorio di Ricerca sul Contemporaneo, Université de Rome-La Sapienza et Université de Cassino), Dir. Gianfranco Rubino.

La dimension internationale et francophone du colloque est importante : sept des universitaires invités sont européens non français, mais tous éminemment francophones. Les professeurs Asholt Wolfgang (Université d’Osnabrück, Allemagne), Rubino Gianfranco (Université La Sapienza, Rome, Italie) et
Sheringham Michael (Université d’Oxford, Angleterre) font partie du comité scientifique du colloque.
Madame Bricco (Université de Gênes)a séjourné un mois au C.I.E.R.E.C. en février 2006, y a organisé notamment une Journée d’étude Christian Gailly qui donnera lieu en 2007 à la première publication collective sur cet auteur des éditions de Minuit (publication prévue aux PUSE).

Responsables scientifiques du colloque
Les responsables de la manifestation sont les Professeurs Dominique Viart
(Université Lille 3, équipe roman 20-50) et Jean-Bernard Vray (U.J.M., équipe du C.I.E. R.E.C)

Comité scientifique du colloque
Prof. Asholt Wolfgang (Université d’Osnabrück, Allemagne)
Prof. Rubino Gianfranco (Université La Sapienza, Rome, Italie)
Prof. Sheringham Michael (Université d’Oxford, Angleterre)
Prof. Viart Dominique (Université Lille 3)
Prof. Vray Jean Bernard (Université Jean Monnet, Saint-Étienne, CIEREC)

Universitaires
Asholt Wolfgang (Université d’Osnabrück, Allemagne)
Bourdieu Séverine (Université de Bordeaux3)
Florey Sonya (Université de Lausanne)
Bricco Elisa (Université de Gênes, Italie)
Chaudier Stéphane (Université Jean Monnet, Saint-Étienne, CIEREC)
Douzou Catherine (Université Lille 3)
Fortin Jutta-Emma (Université de Vienne, Autriche)
Gefen Alexandre (Université de Bordeaux)
Hippolyte Pierre (Université de Limoges)
Jérusalem Christine (Université Jean Monnet, Saint-Étienne, CIEREC)
Roche Anne (Université de Provence, Aix-en-Provence)
Rubino Gianfranco (Université La Sapienza, Rome, Italie)
Saemmer Alexandra (Université Lumière-Lyon 2)
Sheringham Michael (Université d’Oxford, Angleterre)
Van Montfrans Manet (Université d’Amsterdam, Hollande)
Viart Dominique (Université Lille 3)
Vray Jean Bernard (Université Jean Monnet, Saint-Étienne, CIEREC)

Écrivains, artistes et critiques invités
Pierre Bergounioux
Jean-Claude Lebrun
Patrick Souchon
Jean-Noël Blanc
Dominique Pifarély
Fabrice Cazeneuve

Annexe 1— pré-programme

JEUDI 22 MARS
Matin
10h Ouverture du colloque :
JB Vray / D Viart

I- « On écrit avec de soi »
10h15
Elisa Bricco
« Éclats du moi dans l’œuvre de François Bon »
10h 45
Jutta Fortin : Mécanique de François Bon : « dresser portrait du mort »
11h 15
Alexandre Gefen
« Il n’y a rien a ajouter à ce qui est » : François Bon biographe

11h 45
Discussion - pause

Après-midi
II- Décors urbains
La ville : « toute l’interrogation est dans ce qu’elle bouleverse »
14h 30
Pierre Hippolyte
François Bon - Edward Hopper : peinture, archi-texture et fiction
15h 00
Jean-Claude Lebrun
L’ouverture de Décor Ciment : une courte pratique de l’extrême chez François Bon
15h 30
Christine Jérusalem :
Les friches industrielles dans l’œuvre de François Bon
16h 00
Discussion - pause

17h 10
Entretien
« Dehors est la ville »
François Bon, Jean-Noël Blanc et Jean-Bernard Vray

19h 00
Projection de Paysage fer (52’)
Médiathèque centrale de Tarentaize, (Salle Robert Mazoyer)
20h00
Discussion autour du film avec François Bon, Michael Sheringham

VENDREDI 23 MARS
Matin
III- « Faire se révéler le réel »
9h 30
Catherine Douzou
Parking
10h 00
Gianfranco Rubino
Espace(s)
10h 30
Discussion - pause

10h 45
Séverine Bourdieu
François Bon : un archiviste du présent ?
11h 15
Wolfgang Asholt
Calvaire des chiens, un dernier roman ?
11h 45
Discussion

Après-midi

III- Daewoo roman
14h30
Sonya Florey
De Sortie d’usine à Daewoo : chronique d’une mutation
15h
Manet Van Montfrans
Évoquer un lieu, un visage : techniques d’écriture et de récit dans Daewoo
15h30
Stéphane Chaudier
Daewoo : un roman marxiste à l’âge d’or du libéralisme ?
16h
Discussion et pause

16h 30
Table ronde :
Éclats de réalité : écrire le réel selon François Bon

Modérateur : Jean-Claude Lebrun
Sheringham Michael
Bergounioux Pierre
François Bon
Dominique Viart

18h 30
Performance « Tumulte » Bon-Pifarély
Médiathèque centrale de Tarentaize, (Salle Robert Mazoyer)
François Bon (textes de Tumulte et voix) et Dominique Pifarély (violon électrique et acoustique)

SAMEDI 24 MARS
V- La fabrique de l’écriture
9h30
Alexandra Saemmer
Tumulte en ligne
10h 00
Pierre Bergounioux
Hétérogamie et littérature

10h30
Discussion et pause

11h
Table ronde
« Tous les mots sont adultes » : l’atelier d’écriture
Modératrice : Anne Roche
Amandine Rual
Nicole Voltz
Patrick Souchon
François Bon

12h 30
Clôture du colloque

NOTA : Parmi les contributeurs se trouveront deux chercheuses associées au C.I.E.R.E.C. pour un séjour post-doctoral :
— Alexandra Saemmer, chercheuse allemande (université d’origine : Passau) a été retenue par le Conseil Scientifique pour un accueil post-doctoral en 2004-2005. Elle a organisé avec Monique Maza le colloque C.I.E.R.E.C. « E-Formes. Écritures visuelles sur support numérique » (4-5 novembre 2005), actes à paraître aux PUSE en 2007 comme le livre d’Alexandra Matières verbales sur support numérique, rédigé pendant le séjour post-doctoral.
— Jutta Emma Fortin, une collègue autrichienne de l ‘Université de Vienne, qui a obtenu la bourse du FWF pour travailler au C.I.E.R.E.C en 2006-2007 et 2008 sur le sujet « The Ghost in Contemporary French Narrative (1975-2005) », sujet qui s’inscrit dans l’axe de recherche de la composante littéraire du C.I.R.E.C. pour le quadriennal 2007-2010.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 13 mars 2007
merci aux 5672 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page