retour catalogue général
• uniquement livres François Bon
• uniquement la collection Lovecraft
les ateliers d'écriture et nos auteurs invités

 
TIERS LIVRE ÉDITEUR, COLLECTION GRANDS SINGULIERS       
002 | Herman Melville | Bartleby
Le bref et fascinant récit qui a fait basculer la littérature. Traduction François Bon.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
003 | Ambrose Bierce | Histoires de fantômes
Maisons hantées, disparitions inexpliquées, retour des morts ou comment très aimablement tuer ses parents, par un grand maître de la littérature américaine, considérable influence de Lovecraft. Traduction François Bon, et suivi du Club des Parenticides.
• commandes US/QC & autres monde
compléments sur le site
019 | Gustave Le Rouge | La vallée du désespoir
«C’était de l’équilibrisme et de la prestidigitation. Ce jongleur était un très grand poète anti-poétique, et je donne la prose et les vers de Stéphane Mallarmé pour, notamment, une de ses plaquettes éphémères intitulée “100 recettes pour accommoder les restes” qui se vendait cinq sols, petit traité domestique à l’usage des banlieusards, précis d’ingéniosité utilitaire, parfait manuel du système « D » et, en outre, le plus exquis recueil de poèmes en prose de la littérature française.» Voilà comment Baise Cendrars présente Gustave Le Rouge. Il est temps de redécouvrir ce grand prosateur, capable d'inventer depuis sa chambre parisienne tout un déferlement de mondes et d'aventures.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
020| Gustave Le Rouge | Le sous-marin de Jules Verne
«C’était de l’équilibrisme et de la prestidigitation. Ce jongleur était un très grand poète anti-poétique, et je donne la prose et les vers de Stéphane Mallarmé pour, notamment, une de ses plaquettes éphémères intitulée “100 recettes pour accommoder les restes” qui se vendait cinq sols, petit traité domestique à l’usage des banlieusards, précis d’ingéniosité utilitaire, parfait manuel du système « D » et, en outre, le plus exquis recueil de poèmes en prose de la littérature française.» Voilà comment Baise Cendrars présente Gustave Le Rouge. Il est temps de redécouvrir ce grand prosateur, capable d'inventer depuis sa chambre parisienne tout un déferlement de mondes et d'aventures.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
021 | Gustave Le Rouge | Le prisonnier de la planète Mars
«C’était de l’équilibrisme et de la prestidigitation. Ce jongleur était un très grand poète anti-poétique, et je donne la prose et les vers de Stéphane Mallarmé pour, notamment, une de ses plaquettes éphémères intitulée “100 recettes pour accommoder les restes” qui se vendait cinq sols, petit traité domestique à l’usage des banlieusards, précis d’ingéniosité utilitaire, parfait manuel du système « D » et, en outre, le plus exquis recueil de poèmes en prose de la littérature française.» Voilà comment Baise Cendrars présente Gustave Le Rouge. Il est temps de redécouvrir ce grand prosateur, capable d'inventer depuis sa chambre parisienne tout un déferlement de mondes et d'aventures.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
022| Jules Lermina | Histoires incroyables
Socialiste, proche de Victor Hugo, auteur d'un «ABC de l'anarchisme», Jules Lermina (1839-1915) est un auteur fantastique fasciné par Edgar Poe et E.T.A. Hoffmann. Il se saisit de la grande vague d'occultisme de la toute fin de son siècle pour des contes fantastiques frisant en permanence avec l'horreur, jouant avec les morts et la peur. Mais c'est l'équilibre et l'allant du récit, la qualité de la phrase, qui impose qu'on l'emmène avec nous sur les chemins du présent.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
023| Jules Lermina | La deux fois morte
Socialiste, proche de Victor Hugo, auteur d'un «ABC de l'anarchisme», Jules Lermina (1839-1915) est un auteur fantastique fasciné par Edgar Poe et E.T.A. Hoffmann. Il se saisit de la grande vague d'occultisme de la toute fin de son siècle pour des contes fantastiques frisant en permanence avec l'horreur, jouant avec les morts et la peur. Mais c'est l'équilibre et l'allant du récit, la qualité de la phrase, qui impose qu'on l'emmène avec nous sur les chemins du présent.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
024| Gustave Blanqui | L'éternité par les astres
Dans ce fort oblong et tout lisse, le fort du Taureau, posé au milieu de la baie de Morlaix, l’isolement absolu, la mutité hostile des militaires, et les heures de promenade sur la terrasse de pierre, où rien à voir que le ciel. Alors c’est du ciel qu’il parle, Blanqui. De l’infinité des astres, et de la non-limite de l’univers. On peut, comme il dit « milliarder à l’infini ». Alors, quelque part, à force de dupliquer, trouvera-t-on une planète à la semblance de la nôtre, et, à dupliquer encore, peut-être que dans l’une d’elles la Révolution aurait réussi.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
025| Jean Galmot| Quelle étrange histoire
Si Jean Galmot n’avait pas été assassiné en Guyane, en 1926, dans des conditions que l’État se refusa à révéler, dans la crainte de raviver les émeutes qui secouèrent alors la colonie, est-ce qu’il ne serait pas considéré comme un de nos grands écrivains ? Né en Dordogne, commençant sa vie par le journalisme, il s’embarque en 1906 pour les Antilles. En Guyane, il mènera la dure vie des chercheurs d’or, fera un an de prison pour une escroquerie qu’il reconnaîtra, puis tentera de s’établir commerçant d’une gomme végétale qu’il découvre, et prend la tête d’un mouvement de petits exploitants blancs contre les grandes compagnies, qui le lui feront payer par cet empoisonnement à l’arsenic, dans les geôles de Cayenne. Fasciné par cette vie aux limites, Cendrars lui consacrera dès 1939 un livre-hommage, un livre-testament : «Rhum, l’aventure de Jean Galmot», même si la célébrité de Cendrars nous pousse à l’intituler «Rhum» tout court et l’associer aux grands romans de cet auteur démiurge, oubliant celui à qui il veut rendre hommage.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
026| Félix Fénéon | Nouvelles en trois lignes
Une légende dans la littérature française: en 1905-1906, Félix Fénéon reprend au quotidien, pour le journal le Matin, des faits divers reçus de correspondants, toute la France et ses colonies. Chacun est un minuscule travail d'orfèvrerie, puisque tout doit tenir en 3 lignes. Alors ça devient à la fois un portrait cruel et surprenant d'une réalité dont nous ne sommes pas si loin, mais inaugure chaque fois un détournement souvent rempli de tendresse, en tout cas dans toutes les nuances du rire qui protège et défend, se venge. Les espions, les escrocs, les errants, les manieurs de couteau, la triste cohorte des suicidés, les femmes et les enfants souvent foulés au pied, tout cela grouille dans une fresque incessante et gigantesque. Et dire que personne jusqu'ici, pour l'intégrale de ces 1210 nouvelles en trois lignes, n'avait pensé à les doter d'un index, thèmes, métiers, animaux, lieux...
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
029| Jean Galmot| Un mort vivait parmi nous
Si Jean Galmot n’avait pas été assassiné en Guyane, en 1926, dans des conditions que l’État se refusa à révéler, dans la crainte de raviver les émeutes qui secouèrent alors la colonie, est-ce qu’il ne serait pas considéré comme un de nos grands écrivains ? Né en Dordogne, commençant sa vie par le journalisme, il s’embarque en 1906 pour les Antilles. En Guyane, il mènera la dure vie des chercheurs d’or, fera un an de prison pour une escroquerie qu’il reconnaîtra, puis tentera de s’établir commerçant d’une gomme végétale qu’il découvre, et prend la tête d’un mouvement de petits exploitants blancs contre les grandes compagnies, qui le lui feront payer par cet empoisonnement à l’arsenic, dans les geôles de Cayenne. Fasciné par cette vie aux limites, Cendrars lui consacrera dès 1939 un livre-hommage, un livre-testament : «Rhum, l’aventure de Jean Galmot», même si la célébrité de Cendrars nous pousse à l’intituler «Rhum» tout court et l’associer aux grands romans de cet auteur démiurge, oubliant celui à qui il veut rendre hommage.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
032 | Octave Mirbeau| La mort de Balzac
Comment, écrivant soi-même, on n’aurait pas un faible pour les textes d’auteurs parlant d’un auteur ? Quand Baudelaire ou Proust parlent de Balzac, ils parlent depuis leur atelier, depuis la page qu’ils écrivent pour eux. Et bien sûr nous enseignent sur notre propre atelier, notre propre page à écrire. On n’a plus aujourd’hui à se défendre d’être balzacien comme, il y a quelques décennies, on élevait Flaubert et Mallarmé à un absolu de la littérature, en laissant Balzac à son réalisme. Nous disposons désormais, quant à Balzac, d’éditions complètes fiables et documentées, d’un travail biographique exigeant (hommage à Roger Pierrot, disparu en 2015). Mais ces pages venues d’un temps encore proche d’un auteur disparu nous ramènent comme d’un coup dans un regard immédiat : ici, en particulier, ce qu’Octave Mirbeau tient directement du peintre Jean Gigoux, le compagnon élu de Madame Hanska devenue épouse Balzac, bien avant d’être veuve pour la seconde fois. Et si c’était la colère même de Mirbeau, confronté à ce désordre intime du grand écrivain, mais aussi portant un regard tout moderne sur l’économie, au sens strict, de la vie et de l’œuvre, qui lui servait d’outil optique pour cette fantastique proximité où il nous transporte ? Ce texte bref, mais radical, et le caractère exceptionnel de ce qu’il nous dévoile sur la mort de Balzac, est une condition suffisante pour nous le rendre présent, et nécessaire.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
035 | Jules Huret| Enquête sur l'évolution littéraire
Comment, en 1891, plus de 60 écrivains représentatifs de l'époque, aujourd'hui toujours nos maîtres ou parfaitement oubliés, dressent un portrait d'ensemble du rapport de l'écriture et du livre au monde qui le porte. La légendaire «Enquête» de Jules Huret, entre Symbolistes et Décadents, Mages et Parnassiens, Naturalistes et Psychologues, déshabille et met à nu les plumes de la fin de siècle, et nous amène dans le voisinage immédiat de Mallarmé, Mirbeau, Zola, Geffroy, Huysmans et bien d'autres. Une véritable leçon pour nos enthousiasmes et notre résistance d'aujourd'hui.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
039 | Pierre Loti | Le livre de la pitié et de la mort
« Donc, c’est fini, tante Claire va mourir… » Loti n’est pas Chateaubriand, il ne va plus loin que ce qu’il voit. Mais voir, il sait faire. Il le sait avec le corps, avec sa sûreté d’esthète, mais avec comme un embrassement physique du monde. La réalité, et rien qu’elle : mais alors quel bonheur, quelle présence, jusque dans la plus haute dureté des choses, et des hommes qui s’y révoltent ou s’y soumettent. Rien qu’une agonie – un cœur simple, aurait dit Flaubert. Alors le temps, le silence, la maison, les gestes – mais l’immémorial des rites, et c’est notre histoire à tous. Loti nous y emmène au Japon, au Maroc, au Pays basque ou en Bretagne, deux fois à bord d’un navire de guerre, mais toujours ce même dénuement par lequel le réel est poésie. Il parlera de la mort d’un chat comme il parle de la mort des enfants (à Pen Bron, le lieu existe toujours, avec son petit cimetière aux tombes anonymes dans la dune) – mais c’est de nous qu’il parle – et c'est magnifique.
• commandes US/QC & autres monde
• collection Grands Singuliers.
 
RECHERCHER       
 
on first page, (or other components) on second page.
  • flux rss tiers livre _ revue _ journal
• site composé, rédigé et publié depuis 1997 par François Bon. Dépôt légal BNF : ISSN 2266-3010.
• tous droits de reproduction réservés © Tiers Livre Éditeur – contact & mentions légales.