< Tiers Livre, le journal images : journal | Kamouraska ne te quitte pas

journal | Kamouraska ne te quitte pas

C’est comme une révélation que m’a faite Mériol ce matin sur Facebook, après avoir mis en ligne sa photo ci-dessous de Kamouraska :

Moi j’avais répondu en parlant de ce voyage vers un nom qui promettait tant, et puis (mais c’est le lot aussi de la route au Québec, notre perception européenne ne veut jamais accepter la distance), on descend de voiture en ayant l’impression d’heures interminables et on est dans un village certes charmant mais minuscule et où tout (hors la boulangerie, excellent souvenir) est fermé. C’était cela, rien que cela, Kamouraska ? Peut-être notre inconscient cherchait-il un Saint-Cirq-Lapopie ou autre emblème pour carte postale : une heure plus tard nous repartions déçus et le sentiment de rien vu, Rimouski nous semblait encore si loin et inaccessible alors on s’était arrêté au KFC de Rivière-au-Loup, on avait pris le traversier puis on était revenu par la côte Nord.

Et c’est cela que Mériol me répond : à Kamouraska, ce n’est pas le village, c’est la région rurale alentour qu’il fallait voir. Mais justement, on l’a vue et admirée. Et puis c’était le moment de la migration des oies cendrées, on s’était arrêté plusieurs fois.

Et peut-être aussi en cela notre différence de Français : ce qui nous émerveillait c’était encore et toujours ce fleuve large comme une mer. Je me souviens qu’on s’était arrêté regarder les phares.

On porte un nom comme Kamouraska à cause des livres et des films...

Le nom de Kamouraska reste toujours une énigme, sinon à Mériol ce matin je n’aurais pas répondu comme ça. J’en vois l’évolution sur ce journal, qui a bientôt dix ans, et que c’était une période où on était contraint de mettre l’image en tout petit et le texte en une ligne. Et deux ans plus tard j’y revenais lors d’un « vase communicant » (l’expérience continue toujours) avec un texte plus long, Kamouraska rien, Kamouraska pas.

Mais il a fallu ce matin pour que soudain la perspective se renverse : ainsi donc, on aurait réellement fait le voyage dans le nom de Kamouraska, mais nous ne le savions pas ?

Et cela change quoi à ces images, que je rapporte de Kamouraska, et qui ne savaient même pas qu’elles étaient aussi Kamouraska ?

 


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 avril 2015
merci aux 645 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page