2019.10.22 | musée ambulant d’informatique précaire

sommaire & derniers billets, ou
une autre page du journal au hasard  :
impro Led Zep avec Vincent Segal

précédent _ suivant

Se débarrasser est un travail constant, mais qui donne mauvais goût à ce qu’on essaye maintenant d’un peu plus de durabilité, même sur abîme. C’était il y a bien longtemps la passion luthière à ces micros télévision Sennheiser des années 70, collectés un à un sur eBay, et si parfaits pour la lecture sur scène parenthèse un j’avais aussi photographiés ceux de la Maison de la Radio, pour ses cinquante ans fin de la parenthèse un. Mais maintenant, dans ma petite thurne studio, j’utilise plutôt l’inusable Rode à condensateur, qui a dû rejoindre le cheptel vers la même époque. On est devenu chacun d’entre nous, et simplement parce qu’on en a vécu l’épopée, une sorte de musée ambulant de l’informatique : comment je me séparerais de mon tout premier appareil photo numérique parenthèse deux un petit Olympus en décembre 2001, et maintenant pas loin de 15 000 photos sur ce site qui terminera avec moi, je prenais le train pour Bordeaux la Machine à Lire et le premier que je crois avoir photographié c’est Bergounioux — il y a encore de ces vieilles pages en ligne sur le site fin de la parenthèse deux, quand bien même aussi inutilisable que la fausse route avec cette Nikon 360 parenthèse trois je rêve de me racheter une caméra 360, au moins m’en aura-t-elle appris le vocabulaire fin de la parenthèse trois mal bâtie. J’ai cru l’an passé emporter au recyclage la suite des téléphones depuis 1997, j’en découvre 3 autres quand même sous les empilements de vieux câbles à jeter aussi. On s’encombre. Extorquant des fonds de tiroir, dans un sac plastique, le mini-disc Sony, se souvenir la joie que c’était d’entendre plus net que sur les CD, et de constituer ses propres archives sonores — mais la moufette néoprène du petit micro stéréo s’est décomposée, une sorte de poussière noire imbibe tout, déchetterie. Pareil le progrès que constituaient ces disques Zip Iomega de 250 Mo couleurs acidulées pour remplacer et démultiplier nos disquettes à 2,5 Mo, mais je n’ai plus de lecteur et ne saurai jamais mes propres archives. Aurait-on pu faire autrement que suivre la transition si rapide des matériels ? Elle effectue moins de sauts désormais, encore que. Je n’ai pas de sentimentalité particulière envers cette quincaillerie, mais quel horizon neuf de disposer parenthèse quatre ça devait être lorsqu’on avait commencé avec Kasper Toeplitz, donc 1995 fin de la parenthèse quatre cette première interface audio. Et mon Powerbook 145 de 1993, qui tombe en ruine lui aussi, pourquoi il me rassure comme un vieux dictionnaire ?

 


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 22 octobre 2019
merci aux 418 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • tiret 1 on pourrait s’amuser si le sujet n’était pas si grave tiret 2 je recherche une photo, j’en ai posé une une fois était-ce ici était-ce ailleurs je ne sais je m’égare tiret 3 je ne reconstitue rien, d’ailleurs je ne dispose plus de rien tiret 4 bientôt quatre ans (il y avait une histoire tremblante aussi, à cette époque, une histoire à base de garage, d’urne et de cendres, d’épandage de ces restes en mer d’Iroise, l’appel au bateau d’un ami, le choix du moment, toutes sortes de précautions qui finirent par aboutir, l’urne s’en alla et ce qu’il y avait là partit en fumée) (traumatisme terreur cauchemar) (je devais raconter mon rêve de cette nuit tiret 5 il s’en est allé tiret 6 (ça brise la narration en même temps) une espèce de haut-fourneau (celui-là ne compte pas - ni ceux-ci)composé de centaines de centrifugeuses qui s’ouvraient par l’avant et la nécessité dans laquelle on se trouvait de remplir les compartiments d’un matériau nommé sponta le reste de l’usine n’était que ruines déchets et ordures mais l’usine fonctionnait dans un bruit d’enfer augmenté de fumées et d’odeurs épaisses tiret 7 on portait sur la bouche et le nez des tissus noirs de suie et de salive tiret 8 (hier soir on n’aurait pas dû abuser de la choucroute pensait Little Nemmo)