< Tiers Livre, le journal images : 2023.12.17 | Noirmoutier brouillard, premiers sur le Gois

2023.12.17 | Noirmoutier brouillard, premiers sur le Gois

Ces échappées sont toujours un fil invisible, ténu mais tenace, élastique, qui ramène aux lieux d’enfance et cet exil permanent qu’on emporte avec soi, quand bien même on ne voudrait plus revenir ici pour y vivre, que trop de mal a été infligé par le béton à la Terre. Mais la mer, revenir à la mer, même là, comme ça, à grands traits de voiture. Et le brouillard parfois est favorable, comme le hasard des heures de marée. Le Gois était désert, et personne ne l’avait encore emprunté. D’ailleurs, tous les 50 ou 100 mètres, pendant toute une demi-heure, il fallait s’arrêter, voir l’eau finir de décroître et ruisseler, avancer encore. Cette fois le Sigma 24 1.4 était obligatoire. Un monde qui s’était fait monochrome, et sur LightRoom faire en sorte que le traitement paraisse une absence de traitement — même lorsque, dans mon cas, ce qu’on voit est une inconnue liée aux lointains souvenirs autant qu’à d’autres images vues, à la sensation qu’on avait et comment on la transcrivait mentalement. Je construis ce que je pensais voir.

 

 


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 17 décembre 2023
merci aux 40 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page