2010.05.25 | Québec, Thetford sur amiante

tout le journal images, ou
une autre date au hasard  :
2019.08.13 | 138 fois la 138

Quand on traverse la zone sous ces terrils gris-blanc où l’herbe ne repousse pas, qui va de Vallée Junction à Black Lake par Thetford Mines, on retrouve la même désolation qu’à Saint-Étienne (voir aussi archives Radio Canada sur les grèves de l’amiante : chapelet de villes qui s’était bâti sur ses mines. L’amiante s’est effondrée, mais les enseignes qui glorifiaient la prospérité soudaine – avec cette naïveté propre à l’Amérique –, elles, sont restées, et omniprésentes : Boulevard de l’Amiante, Amiante informatique, Scouts du district de amiante, le Centre du camion de l’amiante ou cette Maison funéraire de l’amiante, pourtant sans que ce soit lié à la pollution résiduelle. On n’a pas visité les mines inondées. Les terrils, impossible d’en approcher (en attendant le parc d’attraction ? Les guides signalent un observatoire : il existe. On surplombe la plus grande excavation, 2 kilomètres de diamètre, 430 mètres de profondeur. Mais on a élargi la route, refaite en surplomb, avec des glissières de sécurité. Accès interdit à l’observatoire, enfermé dans des grillages. Ça ne va pas très bien, à Thetford Mines. Mais on ne s’est pas encore vraiment décidé pour la mémoire. On trouvera quelques belles photos sur cette page d’archives.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 25 mai 2010
merci aux 449 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page