voyage Bron, léger incident

enquêtes sur la réalité présente (quotidienne)


Dans le train, ces derniers temps, avoir eu deux accidents : l’autre jour, à ce changement, en montant dans le TGV j’ai un vertige, je perds l’équilibre. Le téléphone que j’avais à la main valse dans l’intérieur du wagon mais mon sac à dos noir avec l’ordinateur est tombé sur les rails, dessous le train. Le contrôleur me dit que je peux descendre le rechercher : « On ne repartira pas sans que vous soyez remonté… » C’est gentil. Mais comment lui dire que je n’arrive plus à bouger mon poignet, et ne sais même pas si j’arriverai à me glisser entre le bord de ciment et le train. Enfin me voilà sur les rails, j’attrape mon barda, je m’appuie sur les bras et regrimpe sur le quai, monte dans le wagon et m’incruste dans mon siège, un type gentil me rend mon téléphone. Puis ce matin, à cause d’une légère tache sur mes photos, toujours au même endroit, j’enlève mes lunettes pour essayer de voir sur l’objectif ce qui la provoque. Au bout du compte, quand je range l’appareil, c’est les lunettes qui ont disparu. Sans lunettes, je ne peux pas retrouver mes lunettes. Puis le risque de les écraser. Je replace systématiquement mes affaires en place, palpe ma veste, mes poches. Des fois je me les mets dans les cheveux : un myope, pour voir de très près, ça regarde sans lunette. J’ai rangé toutes mes affaires, palpé tout le siège, regardé par terre. Est-ce que je dois aller voir le gars deux sièges plus loin, lui dire : « Je suis un grand myope, je ne retrouve plus mes lunettes ? » On n’est pas nombreux dans ce wagon, c’est dimanche matin. J’enlève le cartable, la veste, palpe le sol : elles sont là. « Prochain arrêt Tarare », annonce la voix. Lequel des deux incidents est le plus grave ?

 


responsable publication François Bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
diffusion sous licence Creative Commons CC-BY-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 février 2008
merci aux 608 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page