roman-photo | jogging

résidence Paris en Toutes Lettres, une semaine à la Défense


Ça pourrait être un départ de fiction : sur les immenses étendues de ciment vide, un homme fait du jogging. Il court, parcourt l’ensemble des allées, dédales, passages. C’est dans un film de Resnais (Providence ?) qu’un personnage passe comme ça en courant, sans cesser. Mais alors justement, la fiction existe, pas la peine de la refaire. L’homme doit continuer de courir, même si je n’en ferai pas une fiction, même ici, même pas une fiction brève. À moins que si, et que voilà, ce soit ce texte : l’homme qui court dans les espaces déserts de ciment, et pas possible de concevoir un but, un point de départ ni un point d’arrêt. Faudrait-il, pour Internet, lui flouter le visage comme sur les photos de Google ? Non, la ville est anonyme, mais chacun de ceux qui y ont singularité ont visage – visage fugace d’une rencontre, où il ne m’aura même pas vu.


responsable publication François Bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 2 mai 2011
merci aux 261 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page