roman-photo | sans issue

résidence Paris en Toutes Lettres, une semaine d’immersion à la Défense


Le point important, c’est que dans l’île, qu’eux disent la poire, la totalité de l’espace urbain est aménagée. De même qu’à Manhattan on vous demande d’évacuer de la presqu’île exactement le même tonnage de déblais qu’il en faut pour ce que vous souhaitez construire, la Défense se reconstruit sur elle-même. Avec une autre conséquence : le point le plus moderne, en terme d’architecture, technique de construction, conception plastique du paysage et des circulations, est un point nomade, qui tourne autour de l’île mais n’est pas lié à son axe de splendeur, la façon dont l’esplanade remonte vers l’Arche – par exemple, qui irait admirer la première tour Total, pourtant toujours en service ?

Ce qui m’a surpris, hier, c’est que j’allais tout droit, n’avais pas l’intention de tourner à gauche, et qu’on me prévienne que tourner à gauche était sans issue. Par contre, quelqu’un qui serait venu de ma droite, et lui aussi aurait marché droit, n’aurait pas été prévenu qu’il s’engageait dans une impasse, et seulement qu’il était interdit d’y jouer au ballon ou d’y faire de la planche à roulette – ou même seulement d’y amener des enfants ? Il n’y pas d’enfants ici. Pourtant, puisque cette rue est fermée à son extrémité, et qu’elle longe un bâtiment voué à la démolition, ce serait idéal pour jouer au ballon ou s’élancer sur une planche à roulettes.

Tout au bout, sous des arcades même pas tristes d’avoir fini leur vie de Défense, et de passer le relais à ce qui viendra, le permis de démolir jouxte l’annonce du permis de construire, même format, même graphie, et une curieuse boîte aux lettres, sans adresse ni nom, sur un lieu où ne viendra de toute façon personne, et de l’autre côté c’est rien : le vide.

Pourquoi démolir ce qui aurait pu durer ici encore cent ans, à preuve que les bureaux qu’on y aperçoit ressemblent à tous les bureaux ? Inventaire photographique d’une rue sans issue : il y a quoi à voir, sur les photos ? Sinon, que prises au même point, dans un an, la réalité actuelle aura cessé – et que ce qui viendra n’a pas plus d’importance que ce qui est.

Curiosités paysagères ? Effets de transition, de friction, quand dans le périmètre si serré on enfonce du pouce une élévation de ciment pour la remplacer par une élévation de vitres.


responsable publication François Bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 6 mai 2011
merci aux 503 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page