Conversations avec Keith Richards | 9, de l’animal

Parrot Bay, Bahamas, bref voyage.



Conversations avec Keith Richards
précédent _ le sommaire _ suivant

 

I’M KEITH RICHARDS. I TRY EVERYTHING ONCE. KR.

 

Keith Richards disait souvent : « Chuck Berry, ce vieil animal, parlons-en » (c’était affectueux, en fait).

Keith Richards disait souvent : « L’animal qu’exige le rock’n roll, c’est la langue qu’il utilise, tout le reste est conduite. »

Keith Richards disait souvent : « Dans la ville, sois serpent ou sois tigre, à ton gré. Dans le rock’n roll, tu es le bœuf à sa charrue. »

Keith Richards : « La condition animale de qui se livre au rock’n roll, c’est qu’il tremble. »

Keith Richards : « On croit aimer sur la scène de grands fauves, parce qu’ils rugissent en animal : non, ce sont gens très polis. »

Keith Richards : « L’animal qu’on voit au loin sous les lumières est la construction qui te reste quand rugir est ton seul art. »

Keith Richards disait souvent : « Mon chien est le seul être vivant que ma musique ne dérange ni ne réveille. »

Keith Richards disait souvent : « Des animaux t’ont mangé, tu t’es livré à tant de démons — ce qui reste est le rock’n roll. »

Keith Richards disait parfois : « L’animal est ce qui te mange et ronge — quand il est repu, tue-le à ton tour, dévore-le. »

Keith Richards disait parfois : « Si l’animal est ton ennemi, dis-toi seulement : je suis celui qui te mangera. Et fais-le. »

Keith Richards disait aussi : « Remarque bien que j’ai parfois mangé des choses spéciales, mais jamais de lion, d’aigle ni de lapin. »

Keith Richards disait : « Qui aime les animaux ne pourra être saisi de rock’n roll. C’est ce que j’ai toujours expliqué à mes chiens que j’aime. »

Keith Richards disait souvent : « Animal est ce qui te pousse vers le chant, celui-là dompte-le au fouet : le chant est une sagesse. »

Keith Richards disait souvent : « Le rock’n roll est lui-même un animal : apprends à t’en méfier, il mord, il pue. »

Keith Richards disait parfois : « Quel animal es-tu ? Mais si le type te répond, marre-toi et dis-lui : moi je suis un homme, connard. »

Keith Richards m’avait dit : « Dans les villes de tournée, j’aime aller parfois visiter les zoos. À quoi tu penses, toi, je me demande ? »

Keith Richards m’avait dit : « Un crabe n’a pas de cerveau, il ne sent pas le mal — sur scène, sois le crabe. »

Keith Richards disait parfois : « Le rock’n roll est à la musique ce que l’animal de labour est au grand fauve : insuffisance criée. »

Keith Richards disait aussi : « Le rock’n roll est à la musique ce que la chèvre est au troupeau de plaine : arpente la montagne. »

Keith Richards disait : « L’animal qui te meut, écoute-le pour les sens, fais-le taire pour l’impulsion. Ne bondis qu’avec ton idée. »

Keith Richards m’avait dit : « Un philosophe a dit : sois à toi-même ton propre animal. Mais je ne sais plus lequel (d’animal). »

Keith Richards m’avait dit : « Un philosophe est un homme du rock’n roll qui n’a pas croisé son animal — j’en ai croisé, moi (des philosophes). »

Keith Richards disait : « Qu’est-ce qu’un animal ? Un homme avec un peu plus de poil, et qu’on a mis à quatre pattes. »

Keith Richards disait : « Essaye d’apprendre l’intro de Carol au plus savant animal... J’ai essayé, moi. Je l’ai apprise. »

Keith Richards disait : « Qui tu n’aimes pas, regarde-le à travers l’œil gauche, et vois-le en animal, tout nu à quatre pattes avec du poil. »

Keith Richards disait : « Il paraît qu’autrefois certains promenaient une tortue en laisse, ou un tigre. J’y pense toujours, quand la voiture m’emmène au turbin pour les Rolling Stones. »

Keith Richards disait : « Dans la transe, parfois, le chant t’échappe. Mais qui dirait que cet apprentissage est l’apanage d’un toi animal ? »

Keith Richards disait : « La pulsion m’est étrangère, j’ai appris un usage raisonné de moi-même. Et c’est bien ce qui m’a permis l’excès. »

Keith Richards disait : « Un groupe s’appelait comme ça, Animals, The Animals. T’as vu comme ils ont fini. »

Keith Richards disait : « Le secret de la longévité des Rolling Stones : n’avoir de pensée qu’animale — ça veut dire qu’on ne pense pas, pas pendant les heures de travail. »

Keith Richards disait : « Fais de la beauté fauve ton modèle intérieur. Mais souviens-toi toujours de comment l’animal défèque. »

Keith Richards disait parfois : « L’élan de la nuit, la vision, la course et l’odeur, tout en toi appelle l’animal — gare juste aux chasseurs. »

« Quel est l’animal de Johnny Hallyday ? », me demanda Keith Richards (ce à quoi je ne sus répondre).

« Moi j’ai eu de nombreux chiens, et perdu une tortue, puis monté sur un cheval, dit Keith Richards – mais en principe comme animal je préfère les voitures. »

Keith Richards disait souvent : « Certains traitent les Rolling Stones d’éléphants, moi je leur dis : ils pourriront au cimetière que vous viendrez encore leur respirer le cul. »

Keith Richards disait souvent : « L’animal ne fait pas payer, les Rolling Stones si. L’animal mord et blesse, les Rolling Stones non (ou alors, qu’eux-mêmes). »

Keith Richards disait souvent : « L’animal captif, et comment il regarde, voilà ce qui ressemble le plus à l’homme. Il consent. »

Keith Richards disait parfois : « L’animal sent, l’homme consent. Mais c’est une plaisanterie, bien sûr, l’homme sent aussi. »

Keith Richards m’avait dit : « Mais sous les histoires que tu me fais inventer, là, en causant, y a du vrai tu sais. »

Keith Richards disait : « Quand tu penses au rock’n roll, rappelle-toi toujours comme c’est savant. Regarde, la guitare : trois accords. »

Keith Richards disait : « Des cirques de l’enfance j’ai gardé ce rêve : moi au milieu qui chante, et tout autour, en foule, l’animal. »

Keith Richards disait souvent : « Un animal habillé, voilà ce qu’est l’homme qui chante. L’animal qu’on habille est un pitre. »

Keith Richards disait : « La fierté du rock’n roll, c’est comment il te déshabille. C’est ça, faire l’animal. »

Keith Richards m’avait dit : « C’est quoi, l’animal de l’écrivain ? T’oses pas répondre, hein. »

Keith Richards m’avait dit : « Note pour la fin de ce chapitre : je n’aime pas vraiment qu’on me traite d’animal. »

Keith Richards avait ajouté : « Même du plus sauvage ou du plus bel ou plus étrange animal : je suis Keith Richards and that’s it, motherfucker. »

Keith Richards avait fini : « Être Keith Richards, c’est la façon pour Keith Richards d’être animal and that’s all, folk. »

Keith Richards m’avait dit : « Mais ce n’est pas d’animal que je voulais qu’on parle, c’est de Chuck Berry. »

 

 

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 22 février 2013
merci aux 527 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page