135 façons de sauver la Terre | sommaire & projet

un projet François Bon & Kasper T Toeplitz


 

 

LE PROJET

Ma rencontre avec le musicien d’exception qu’est Kasper T Toeplitz, sa stature internationale, son implication dans la danse (avec notamment Myriam Gourfink) remonte à 1995. Souvenir par exemple d’une performance voix & guitare basse au Centre de Jeunes détenus de Gradignan, sur les textes des détenus, en 1998. Souvenir, en 2002, à Théâtre Ouvert, de la création de Bruit, pour 4 acteurs, avec comme dans le Terrier de Kafka un bruit insidieux au début à peine perceptible puis sans cesse grossissant, et des narrations issues de mon travail avec les sans-abri de Nancy.

Kasper dresse un impressionnant continuum musical, principalement avec sa fameuse et unique basse à cordes harmoniques, toute creusée de grottes, ridée de crêtes, dans lesquelles ou sur lesquelles je m’installe pour repartir en plongées improvisées sur les 135 thèmes répertoriés de ces 135 façons de sauver la Terre.

- merci au Centre de création musicale Art Zoyd de nous soutenir dans ce projet et de nous permettre de le développer.

- cette performance est dès à présent programmable dans votre lieu, festival ou structure, en France ou à l’étranger — on la construit selon la durée accordée, avec souhait aussi de mini-résidence, même brève, en amont — nous écrire.

LE PROTOCOLE

« 135 façons de sauver la Terre » se présente sous forme d’un registre numéroté de brefs thèmes d’improvisation.

Ces improvisations sont conduites lors de répétitions en duo avec Kasper Toeplitz, en studio ou en concert, in situ, en public ou en privé, sont systématiquement filmées et archivées, et constituent le corpus principal des « 135 façons de sauver la Terre ».

Dans chacune de ces répétitions ou performances, en public ou en studio, nous parcourons un certain nombre des improvisations dont les thèmes sont répertoriés, et bien sûr d’autres s’y ajoutent (un peu plus de soixante actuellement).

Les répétitions comme les performances sont systématiquement enregistrées et filmées, la collection des enregistrements constituant l’objet même.

Les improvisations sont ensuite transcrites, et intégrées dans le fichier texte principal sous forme de variation (plus lieu et date) pour chaque thème.

Les numérotations des thèmes sont mobiles et arbitraires. Certaines des improvisations filmées sont retranscrites et inclues dans le livre sous forme de variations uniques ou multiples, mais l’idée de partition pour l’improvisation demeure prévalente.

Dans l’idéal, soit en situation de performance, soit dans cette version écrite, des interruptions régulières sont ménagées pour des histoires parlées, qui sont répertoriées ici comme les autres improvisations.

Merci au compositeur Kasper T Toeplitz de sa collaboration pour donner à ce projet sa vraie ampleur.

Ce protocole fait aussi partie des possibles improvisations.

 

hors de nous les hommes trous


c’était comme si des fois on en avait trop marre
c’était comme si des fois tu te dis mais ça peut pas continuer ça peut pas durer ça peut pas aller tout droit comme ça
c’est comme des fois tu te dis pas de solution là sur le côté pas de solution là sur le côté pas de solution dessus pas de solution dessous et devant quoi tu cognes tu heures
alors tu fais quoi tu crois qu’on peut s’en sortir quand même tu crois
alors on se dirait il est temps de se protéger
alors on se dirait il est temps de se cacher
il est temps de s’armure de cocon de couverture de capitonner
alors on ferait quoi
on creuserait là des trous dans les murs
tu les creuses avec les ongles tu les creuses avec perceuse
des trous dans le plafond
tu passes tu te lèves tu te hisses dans l’interstice
ou des trous là dans le sol
il y en a déjà plein des trous dans les sol il y a des tunnels pour les câbles des tunnels pour les égouts des tunnels pour les conduites des tunnels pour tout évacuer alors toi tu vas te cacher là
t’es là caché dans le tunnel c’est pas exactement un trou c’est un tunnel
on est des milliers à s’être cachés dans les tunnels à s’être cachés dans les trous
c’est là que t’avais la peur de ta peur
si tout le monde parti se cacher dans le tunnel si le monde il continue d’aller tout droit ou bien sur le mur à droite ou bien sur le mur à gauche ou bien rebondir sur le haut rebondir sur l’en bas
tout qui tourne et tout qui s’en va tout qui s’en va cogner devant et devant t’as quoi t’as un trou t’as rien que le grand trou
et toi dans ton trou t’as encore peur du trou
si ça change quelque chose ou si ça change pas que le monde s’en aille droit vers son trou
un monde qui tombe un monde qui tombe est-ce que ça emmène est-ce que ça emmène tu crois ceux qui sont cachés dans ses trous
on était là dans nos trous et y avait plus de monde
le monde s’était détaché des trous s’était détaché de nous trous
le monde avait disparu le monde s’était enfui
le monde avait continué sa route il n’y avait plus rien que nous trous ces gaines ces tunnels
ces trous sous la ville où sont les câbles où sont les écoulements où sont les arrivées où sont les départs où sont les fibres optiques les canalisations les sécurités les capteurs les surveillances
tu les voyais les silhouettes accroupies les silhouettes crispées les silhouettes qu’attendaient les silhouettes repliées
c’est juste que nous on était tous dans nos trous on était tous dans nos murs ces grands bâtiments béton avec fenêtres
tous cachés derrière trou dans fenêtre ou tous cachés dans trous derrière fenêtre ou tous cachés dans cave tous cachés dans escaliers et recoins et passages et tunnels
tous cachés là et puis le monde lui s’était enfui
le monde s’était enfui enfin débarrassé de nous
un monde tellement mieux d’être sans nous cachés dans nos trous
et celui-là qui marchait dans la rue qui disait mais vous y étiez déjà vous étiez simplement qu’un trou du monde
vous étiez juste devenus un monde en trou
qu’est-ce tu faisais alors, dans ton trou
tu restais là coincé, ou tu tentais de sortir
tu restais là coincé, ou tu tentais d’aller respirer
et si y avait plus de monde autour, comment t’allais le reconstruire
qu’est-ce tu ferais d’un monde où y aurait que des silhouettes enfermées dans des trous
t’as déjà vu des bulles de savon dis
t’as déjà vu des bulles qui se cognent les unes dans les autres
t’as déjà vu des bulles avec dedans un petit bonzhomme assis
chacun dans sa bulle comme chacun dans son trou et plus rien plus de monde autour
la Terre elle s’était sauvée
la Terre s’était sauvée y a longtemps
la Terre s’était sauvée hors de nous
hors de nous les hommes trous
hors de nous les hommes trous
hors de nous les hommes trous
hors de nous les hommes trous
2020.07.24

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne 2 janvier 2020 et dernière modification le 27 juillet 2020
merci aux 354 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page