découvre-toi vieux


On croit toujours que personne ne regarde les publicités Face Book, en colonne de droite. On se dit que c’est une sorte de péage toléré, la pollution nécessaire pour que l’outil existe, s’ils trouvent des idiots assez idiots pour venir y dépenser leurs sous. Internet a des pieds d’argile. Mais, depuis quelques jours, c’est ce double Photomaton avant/après avec l’injonction Découvre-toi vieux. On envoie une photo d’identité, et un algorithme va puiser dans les cases pré-réglées cheveux rides etc pour vous faire votre photo en vieux. En gros, ce n’est pas très différent du chemin mental qu’on doit accomplir chaque matin, après le voyage intérieur des rêves, quand on se découvre comme on est. J’aurais plutôt envie de faire marcher la machine à l’envers, insérer une photo de moi autrefois (tout étant là basé sur l’exploitation commerciale de l’idée du moi) et voir ce que ça donnerait aujourd’hui si la vie s’était déroulée selon les algorithmes. Je n’ai pas été payer la somme demandée (toute petite, pour ratisser large) et savoir si ça pouvait marcher aussi dans l’autre sens – à savoir si, entrant un cliché de maintenant, ça donnerait un type de 20 ans plus romantique que j’étais. On pourrait faire des variations aussi, et les commercialiser nous aussi sur la colonne droite de Face Book : découvre-toi en animal, en maison, en livre, en voiture, en nuage, en arbre, en poème... Mais là je n’y viens plus trop, sur Face Book, j’attends que ce soit parti, le découvre-toi vieux : ce serait un titre si pertinent pour le monde tel qu’il est, voire même l’aventure de l’espèce humaine, quand elle se découvre en son matin : vieux, vieux, le monde. Même pas besoin de payer les 5 dollars.


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 23 décembre 2010
merci aux 1362 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • l’idée me séduit, mais j’aimerais plonger un peu plus dans le temps, et découvrir que la machine se trompe avec talent

  • En même temps, pas la peine de payer, suffit d’attendre et tu deviens vieux gratos alors...

    Voir en ligne : Face Terres

    • Comme si c’était dans la surface de l’image que ça se passait cette chose là. La vieille femme, je la sens à l’intérieur de mes os, elle attend. Je ne crois pas qu’elle soit jamais une découverte. J’aimerai sentir aussi bien le livre ou l’animal en appli sur la colonne de droite dans mon FB interne...
      Ceci dit des appli gratuites pour vieillir des visages y en a plein, sont moches mais elles existent : j’ai testé sur les portraits robots réalisés en atelier d’écriture.Rigolo d’ailleurs de faire se bouffer le nez ces différentes machines à fabriquer des artefacts de visages...

      Voir en ligne : http://petiteracine.over-blog.com

    • exact, plein d’applis en ligne, mais vais pas mettre ça dans mon iPhone c’est trop nase – bizarre, parfois des messages pathétiques, en cherchant ces applis dans Google, genre "j’ai perdu un petit garçon à 2 ans, voudrais savoir à quoi il ressemblerait maintenant à 8 ans", toujours les paradoxes du web – du coup j’ai testé 20years, mais c’est décevant, ça me redonne exactement comme je suis : ligne asymptote ? j’aurais dû cocher sur l’option "drug addict".

    • On pourrait tenter aussi : imagine-toi mort !

  • Ç’avait été ça, l’année des ruptures, tomber dans un brouillard. Et il dura deux ans. Quand la vie est revenue, un minimum de lumière et d’y voir, avoir rencontré Celui qui et s’être alors sentie réveillée tout à fait. Mais voilà, plus tard et accomplie sa séduction, il me signifiait que comme femme je n’étais pas éligible, malgré la solitude qu’il avait.
    Alors voilà, du brouillard on dirait que j’ai émergée vieillie de plus de 10 années. Une vieille femme au lieu que de celles qu’on peut encore baiser.

    L’idée de la marche à rebours, un peu comme pour savoir quel(le) jeune on aurait été si on avait su ce qui nous attendait, c’est marrant, j’y avais pensé. Sans doute parce que ce qui est advenu, en dur comme en formidable, me laisse stupéfaite et que si en la période je suis malheureuse de l’amour, pour le reste Mazette, comme je m’en suis bien tirée et quelles bonnes fortunes j’ai connues ! Les rêves que je n’avais pas osés faire se sont trouvés dépassés, pulvérisés. Et l’internet bon sang, cet avènement, et la vie grande et élargie que ça nous fait.

    Gary en photo, prise aujourd’hui (hasard), celui qui un jour s’est estimé assez vieux et c’est bon ça suffit.

    Voir en ligne : traces et trajets

  • on se disait tout à l’heure voilà bien trois semaines que ça dure, non, ton anniversaire, mais même avant le voyage à Granville puisqu’on craignait qu’il n’y fît froid, non, mais la neige tombe (dans le livre de Modiano, l’une dit "si on allait prendre un peu de neige...?" et tout paraît si calme) (j’aime Modiano, pas à dire, me fait penser à ce magasin du coin de la rue de Castiglione, maroquinerie Morabito, je crois me souvenir, comme le bar et le jardin d’hiver de l’hôtel, là, je ne sais plus, Intercontinental voilà)(Paris et ses palaces) il y neige, encore demain, le soir réveillon avec les filles, les courses, les cadeaux... (les cadeaux ?)

  • je le regarde depuis pas mal de mois (je retrouverai) le voilà tel qu’en lui-même (à quelques mètres, le lieu où vécut Couve de Murville ((le quai d’Orsay du grand charles) et là où Malraux pondit "la condition humaine"-prix Goncourt 33- je crois que c’est au 44 (mais je me trompe) : de ce fait Paris ville musée me donne à penser à ce projet que j’ai avec mon ami Denis P. et je suis content de l’envisager (je vais l’appeler pour ici PdP))

    • je n’ai même pas songé à souhaiter un bon Noël à Orsalia ; alors bonne année à toi avec un peu d’avance ; que deviens-tu ? ton pays est dans la tourmente et nous, on va suivre sous peu ; des organismes essentiels sont démantelés, la DGCCRF, la DDE, si bien qu’aucune coordination n’est plus possible entre les personnels,quid de la laïcité, le chaos sur les routes, les airs, les trains ; le plus préoccupant est ce qu’ils font de la santé et de l’école ; alors, il reste les amis et de bons livres.
      Amitiés Anne-Marie

    • je me joins à toi, AME, pour ce bon Noël à Orsalia... mais cependant, on continue de résister (ce n’est pas un mot vain) et de comprendre en quoi cet Etat ne nous est de rien, surtout lorsqu’il est sous l’emprise d’un chef tel que celui élu ces années-ci...

    • Justement, c’est bien le problème, élu par qui ??? je suis sans doute sur mon petit nuage mais personne de mon entourage ou alors un ou deux vieux gaullistes et ils disent s’en mordre les doigts ; je ne te rejoins pas sur le mot Etat, le service public est une chose précieuse qu’on démolit actuellement et le monde de la corruption fonce sur nous ; vois ce que font certains labos pharmaceutiques depuis des années ; voilà où l’on en est lorsque c’est le CAC 40 qui nous dirige. je te souhaite une bonne année blogueuse, je n’ai pas toujours le temps de réagir aussi vite que certains d’entre vous à tout ce qui s’écrit mais, si possible, je n’en perds pas une miette
      Amitiés Anne-Marie

    • Oui, entre l’Etat et le service public, il y a un pas que le tout petit (aujourd’hui en vacances au Maroc avec sa chanteuse - pauvres chéris) s’emploie à creuser de plus en plus profondément afin d’y trouver, pour lui et sa caste (ses amis sont au caca-rente), tout l’or du monde... Bonne année à toi, blogueuse aussi (on n’est pas pressés, tu sais... :°)))