journal | crimons les non-lieux (sur Stephen King 11/22/63 encore)

derniers articles, ou
une autre page du journal au hasard (depuis 2005) :
Henri Chopin

Abordé déjà dans ce journal : l’étrangeté du dernier séjour à New York, tout en avançant en anglais sur mon Kindle le 11/22/63 du Steven, c’était que du coup chaque endroit de la ville m’apparaissait comme resurgir du même instant où je l’avais découvert, lors des précédents voyages. Je ne suis pas le seul pour lequel ce livre a totalement fonctionné (lire Marc Villemain), avec une gravité différente que pour les autres travaux du Steve, peut-être parce que pas question de tricher avec l’histoire américaine, et qu’il sait maintenir la pression et les sauts de narration jusqu’au bout, dans la haute tradition romanesque. Dans les points obsédants qu’on garde dans l’après-lecture, il y a que son rabbit hole à sauter dans le temps s’établit dans ce qu’il était à la mode de nommer, chez les intellos de ces dernières années, un non-lieu – heureusement c’est plutôt eux qu’on a fait passer dans les non-quelque chose depuis lors. Un vague parking d’un dinner, avec une voie ferrée au loin, un carrefour et son feu rouge, un silo industriel ou autre entrepôt pour clore le cadre. Un lieu urbain dont on a tous intériorisé le modèle avec notre propre collection précise et dénombrable d’équivalents, et en atelier d’écriture on a plein de pistes pour les faire surgir et les déployer dans leur enjeu narratif. La seule différence avec les Amérincains c’est que chez eux ça fait partie de l’état initial de l’art, et pas du tout seulement chez Hopper (au hasard : Charles Demuth ou l’extraordinaire Ralston Crawford, mais chaque visite au Whitney vous ajoutera 2 ou 3 pistes), tandis qu’ici en France vous êtes forcément un bouseux de l’art prolétarien si vous parlez de banlieue. La force de Steevie King, c’est de poser ce lieu, précisément, le seul d’ailleurs de cette typologie dans son livre, comme lieu transitionnel, centre de la scène. Alors ces jours-ci, en relisant le On writing avec cette manière unique qu’il a eue de mêler le biographique aux leçons d’écriture, poser le non-maîtrisable de l’autobiographie comme enracinement de l’impossible leçon rationnelle d’écriture (ce qui ne l’empêche pas de nous balancer notre content, sur la grammaire y compris), c’est de le voir décrire le même lieu exactement – on le reconnaît de suite, donc bien 15 ans avant le 11/22/63 –, comme lieu décisif d’un moment de l’enfance (une petite ville dans laquelle la mère et ses deux fils passent un ou quelques hivers, période où elle travaille dans une blanchisserie industrielle), et que le Steve Steven Steevie Stephen the King dit tranquillement que ce lieu, depuis lors, a été une figure récurrente dans chacun de ses romans. Et donc, par conséquent, qu’en faisant de ce lieu la scène centrale du livre de l’accomplissement, il savait parfaitement utiliser ce lieu récurrent, mais cette fois en le posant comme enjeu narratif principal. Ce qui ne change rien au dinner, au parking, et à la tôle ondulée de l’entrepôt derrière, et son motif géométrique – et le pur génie de l’idée de ce livre, que le mince rabbit hole qui fait surgir le narrateur en ce même lieu et en un point temporel précis, toujours le même, de septembre 1958, c’est seulement l’auteur convoquant sa propre mémoire, ce qui reste de toujours présent d’un moment de l’enfance.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 23 juin 2013
merci aux 739 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Vos textes courts postes sur fb m ouvrent des horizons dont je suis dorenavant privee . Merci . Des non lieux dans le nord pas de calais s ajoutent en couche geologique . Nos friches reconverties , verdies , cotoient celles en cours de formation . J ai courru sur les terrils qui sont amenages en parcs . Nos jeunes heriteront des batiments en tole ondulee qui resisteront moins au temps . On explore des ruines . On use d une absence dans le quotidien , on apprend des libertes .

  • je veux bien que ça habille les murs : je fais des images de graf parce que (j’en fais peu) (me font chier je dois dire) c’est de l’écriture sur de l’illustration, je m’en fous pas mal disait Piaf, et ben moi aussi mais là, c’est juste à l’entrée de la rue (il y a quelque chose de fascinant dans ce type d’écriture : je préfère écouter une chanson, c’est certain, mais un dessin dans les jaunes sur un mur dans les beiges c’est quelque chose d’esthétique) (ou alors c’est moche) (il y a quelque chose de local dans le virtuel que j’apprécie plutôt beaucoup) (même si les cousions du Quebec peuvent venir lire voir écouter ici) (à ce propos hier il y a eu "cousinade" -je le vois pas dans le diko- je ne connaissais pas ce bazar-là, mais il a quelque chose de rigolo)

  • (il y avait bécaud je ne sais plus pourquoi, j’ai jamais mais trop aimé -ptête "Orly" et "et maintenant" mais même pas, non-un type qui se prend une gifle parce qu’il fait semblant de ne pas reconnaître Sa Sainteté Sérénissime de la Chanson Française dans une soirée, ça dit quelque chose ? moi ça ne m’a pas étonné venant de lui -en tout cas il a écrit une chanson titrée "je t’ai dans la peau", elle est pas si mal) (je ne vois pas le rapport mais "j’men fous pas mal, ce qui peut m’arriver n’importe quoi") (c’est l’église qu’il y avait au bout du chemin qui passait devant la salle des fêtes louée pour l’occasion) c’est une cinquantaine de personnes plus ou moins liées par des liens de famille (le Riri qui a organisé ça avait parlé de retrouvailles seulement aux mariages et aux enterrements, est-ce bien raisonnable ?) (près de quatre vingt dix aux pelotes le Riton en attendant) (j’ai pris une photo -non des gens , non- d’une partition de "la compalinte de la butte" : tout cela se lie et se complète se parle et se congratule ; il y avait les inévitables gens qui aiment à chercher qui étaient leurs ancêtres, leurs métiers, leurs adresse)(le mot qui me vient c’est gérontologie, mais non) (généalogie, plutôt) ils déjeunent ensemble, écot 25 boulettes, on a bien mangé, pas trop bu, bien rigolé, drôle de réunion informelle mais organisée, photos d’époque et présentations succinctes à répétition (sur les 50 j’en connaissais à peine cinq) (on en profite pour remercier les organisateurs et le Riri) (tu remarqueras qu’il fait quand même beau, ça se déroule du côté de Mayenne quelque chose)

  • c’est en revenant, une photo de l’autoroute la plus chère du monde personne lumières bleues et jaunes quatre vingt dix comme un rêve

  • avant de mettre du noir, on pose du jauen, c’est normal, si ça se trouve on va le recouvrir de rouge, et puis après on verra (peut-être) (je ne sais pas mais quelquefois les photos sont juste pour le journal, état d’avancement des travaux de la bataille ; état du couloir-cour de l’immeuble du faubourg : ils y ont posé des genres de graffitis, ça doit être la mode, ils y ont posé aussi le sigle de la boîte (sans doute un truc d’aide sociale), des couleurs,d es flèches, des vigiles en assurent l’entrée, au fond un mur gris peint comme des pierres c’est moche ) (sinon, réu travail travail réu c’est, comment te dire, comme dirait ma fille, elle est venue manger des pâtes à la sauce à midi) moi je suis déprimé fatigué et hors de moi du fait des mouvements de personnels que je perçois et qui puent grave leur race (comme dirait ma fille)

  • en allant au repas avec D (pas que) pris cette photo qui ressemble à la précédente et à la suivante : travail qui aboutit, terminé on n’en parlera plus corrigé les fautes de frappe, ensuite on prendra la saisie et ensuite, on s’en ira en vacances

  • une fois qu’on a commencé, on ne va pas, non plus, s’arrêter là (je subodore qu’ils vont bosser comme des malades pendant les quinze prochains jours et qu’au retour, c’en sera terminé) (ici comme ailleurs) (je vois mon cousin tout à l’heure), j’ai entendu dire que l’autre du CNL a foutu sa démission sous le nez de la compagne d’un UMP - elle est ministre de la culture, et alors ? tu y vois une contradiction, toi ? en même temps c’est le minuscule qui l’avait foutu là tu me diras-le type du CNL pas la compagne de l’UMP- le monde est tel qu’il est, à l’hôpital près de Notre Dame repose le septuagénaire aux quatre cent six millions, ça n’a pas d’importance puisque au FMI la directrice générale coule des jours heureux aux appointements d’un demi million l’an (non, mais sinon, ça va bien) (j’aime bien quand il y a du monde dans l’image, remarque mais là, il se planque : il est devant la fenêtre dans les jaunes en haut, tu le vois avec sa casquette ? je me disais tiens il est là, je lui tire le portrait, mais on ne le voit qu’à peine, c’est dommage hein)

  • (c’est un cliché qui a été réalisé un peu avant vingt deux heures hier soir, il fait jour encore, c’est le jour le plus long) (l’un des, d’accord) (dire qu’ils raccourcissent, ces enfoirés-là jte jure, on n’a jamais de répit) la fresque dont je parlais hier (faut suivre, je sais bien, mais je suis là) elle est pas mal, cette fresque je trouve (ce qu’ils font au bout du boyau, c’est moins chouette) (je crains de faire des photos, les vigiles veillent et je ne veux pas me faire repérer) (chochotte un peu le paparazzo) (mais de la suite dans les idées) (au cabinet, le forçat) (j’y vais)