< Tiers Livre, le journal images : journal | motel poussettes

journal | motel poussettes

La plupart de mes amis et collègues (tiens, Jérôme Mauche qui a en charge l’écriture aux Beaux-Arts de Lyon, très parallèle à ce que je fais à Cergy), habitent Paris, partent 2 jours par semaine dans leur école et dorment sur place. Pas mal d’écoles de province ont un appartement ou quelque combine pour leur permettre hébergement collaboratif, pas toutes. Moi c’est le contraire, j’habite la province et le mercredi soir dors à Cergy, et si je réserve la chambre d’avance je m’en tire pour 38 euros c’est pas si mal. Mais cette semaine ça a coincé : l’hôtel Première accueille des cars entiers de touristes russes ou chinois, les amène là à 26 km de Paris et j’ai dû me loger ailleurs. Je connais ce type de motel. Il y a 2 ans, emmenant ma propre fille pour des oraux ici ou là, j’ai appris le mode d’emploi, entrée avec la carte de crédit, petites chambres sur galerie dans les fonds de zone industrielle. Là, entre bifurcation des voies RER et large coupure de l’autoroute, ce n’était pas très facile d’y atteindre. Demain je mettrai en ligne quelques belles images du soir d’été sur le Leclerc de Conflans-fin-d’Oise. C’est plutôt le motel qui m’a surpris : les galeries (il était vers 21h) toutes peuplées, et, devant la plupart des chambres – qui pourtant sont bien exiguës – des poussettes. On peut vivre comme ça, et des photos de motel avec poussette dans la Silicon Valley j’en reçois aussi. Mais c’est plutôt un soudain indicateur. Dans ce vaste déploiement urbain de la banlieue à l’horizontale, basée sur la maison individuelle, ce détournement de fonction pour l’accueil des précaires, les délogés, les en transit, les en recherche de. Suis reparti ce matin avant d’en savoir beaucoup plus sur mes voisins d’une nuit, je suis monté dans un bus retour Cergy Préfecture et là en commandant un double café et un croissant au Show Gourmand (ça s’appelle comme ça, et d’ailleurs j’ai même pas eu besoin de commander, sur la dalle de Cergy maintenant on me dit : – Comme d’habitude ?), il y avait Patrice Rollet qui m’a fait signe de m’asseoir en face de lui et on était quasi les premiers à arriver à l’école. Eux ce soir ils y sont de retour, les familles à poussette dans les 70 chambres du motel premier prix, derrière le Leclerc de Conflans.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 12 juin 2014
merci aux 581 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page