2017.08.19 | Wikipedia, du massacre islamiste comme résultat sportif

derniers articles, ou
une autre page du journal au hasard (depuis 2005) :
2016.09.23 | des phrases dites avec assurance

Note du lundi 21 août : si j’assume complètement la forme pamphlet de ce billet, le malaise provoqué par la page Wikipedia qui en a provoqué l’écriture, est bien réel.

Je remercie toutes celles et ceux qui ont contribué à passionnante discussion sur Facebook, s’y reporter pour échange.

Je ne peux pas me débarrasser, de tout l’après-midi, du malaise à la découverte de cette page glorieuse de Wikipedia, actualisée au jour le jour à peine les faits gossièrement sus, et intitulée sobrement « liste d’attaques terroristes ».

Je sais que Wikipedia Fr est en pleine crise et luttes internes, qu’ils viennent de se voir refuser la moitié de leur dotation annuelle par Wikipedia international, et qu’il ne faut pas ajouter à leurs difficultés, ça les regarde.

Pour moi, plus question de collaborer avec eux, je me souviens de comment je me suis fait rembarrer lorsque j’ai voulu créer des pages pour quelques auteurs principalement web, dont l’importance du point de vue de la création et de la réflexion me semblait attestée et évidente, pérennisée, sous le prétexte que leur travail ne pouvait être étayé d’articles dans la presse traditionnelle. Et pour cause : dans la presse littéraire ou générale, vous avez vu quelque chose concernant mes propres activités web, avec 35 000 visiteurs mensuels sur ce site, 20 ans d’existence, une collection éditoriale avec 40 titres ? J’ai pu en passer une, on m’a retoqué les autres.

Récemment encore, j’avais voulu appuyer Régis Jauffret qui demandait rectification sur sa page Wikipedia d’une mention approximative pouvant lui porter préjudice dans une affaire judiciaire en cours, et rembarré pareillement.

Je ne m’occupe jamais non plus de ma propre page Wikipedia, aucune idée de qui a cette patience de la remplir de tant de détail, au moins reste-t-elle suffisamment terne pour ne pas se mêler de ce qui ne la regarde pas, et se contente-t-elle la plupart du temps de recopier et assaisonner des bouts de phrase de mon propre site, sans y renvoyer. J’aimerais autant qu’elle disparaisse, c’est de l’idéologie néfaste basée sur la symbolique du plumitif d’avant web. Je plains le clampin qui s’est senti obligé de prendre de son temps d’ordi, cet été, pour rajouter à la main la mention « 64 ans », voilà qui était un apport considérable (mais provisoire) à l’histoire littéraire.

À côté de ça, le moindre zozo de la téléréalité, le moindre zozo prénom sur YouTube a sa page avec jusque parfois le nom de son chat et ses successives amours.

Mais là, non, ça ne passe pas.

Il existerait une objectivité ou une neutralité du langage qui permettrait de recenser les attentats veules, les massacres imbéciles et lâches qui nous minent, qu’il s’agisse de ceux qui sont tout proches ou de ceux qui sont loin, en les recensant comme des résultats sportifs ? Et pourtant cette page existe. Et pourtant cette page arbore fièrement en logo un slogan du soi-disant « État islamique ». Passons sur le niveau zéro de l’analyse politique, dans l’exposé en haut de page.

Dans l’ordre du langage, et toute l’histoire de la littérature (depuis Seî Shonagon au moins, et Rabelais chez nous, puis tant d’autres), jamais d’indiquer « liste » n’autorise un amont neutre de la langue, une objectivité du réel séparée de son énonciation. C’est une question de longtemps présente dans la réflexion sur l’art et l’écriture, je le mesure à mesure qu’avance ma traduction du Uncreative Wriing de Kenneth Goldsmith, où cela prend une part importante, comme c’est présent dans le travail d’Anne-James Chaton et tant d’autres : mais justement, en tant que politique du langage, et acceptation de l’enjeu politique de cette énonciation. Là, simplement, ça insulte à nos deuils.

Ce qui m’inquiète – cliquez sur « historique » pour suivre les mises à jour, c’est les 2 ou 3 pseudonymes, dont un qui s’intitule « Necrid Master » (c’est tout ce qu’on saura) qui chaque soir rouvrent la page pour ajouter en sinistres comptables aux chiffres des victimes comme si c’est tout ce qui comptait, le chiffre, dans l’analyse – est-ce qu’on analyse le Bataclan, Nice ou Barcelone ou lorsqu’il n’y a qu’une seule victime selon le chiffre des morts ? Même le mode opératoire est mis en avant comme fait objectal avant toute autre réflexion ou contexte, dans une litanie perverse et honteuse – en quoi ce serait un élément déterminant par rapport à veulerie et lâcheté du crime bas et aveugle ?

Voilà ce qui les fait jouir.

Voilà, quand nous sommes tous rassemblés dans combat et solidarité, où est tombé Wikipedia Fr, et ce que ces gens tolèrent.

À nous d’installer, pour ce qui nous concerne, des contenus webs qui viennent ranker avant leur raplapla.

Bien fini le temps où on pouvait avec nos étudiants faire des exercices sur comment rédiger et propulser des contenus, et que ces contenus soient à la hauteur. Contentons-nous de les former à l’utilisation critique du web, à un exercice politique et éthique, ou esthétique, responsable dans leur propagation de contenus.

Boycotter, protester ? En tout cas, avec une page comme celle-ci on est au même niveau de question que lorsque, ces derniers jours, des hébergeurs ont eu le courage de débrancher des forums d’extrême-droite.

Je sais bien qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, et que la libre utopie contributive dont témoigne le WP anglophone (magnifiques articles scientifiques et même littéraires) vaut mieux que ça. Mais peut-être que l’outil, simplement, a fait son temps.

Aujourd’hui Wikipedia est vil, Wikipedia est sale, et il faut le faire savoir.

On les laisse à leur jouissance : que nous rajouterez-vous ce soir ?


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 19 août 2017
merci aux 3903 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page