03.07.2018, Oakland, vaisseau fantôme

où mourir à Oakland ? un relevé cartographique sur les lieux de faits divers avec violence dans la ville ordinaire


précédent _ sommaire _ suivant
Tout ce mois de juillet 2018, en résidence à l’Institut Français de San Francisco (programme a room with a view), une suite d’incursions virtuelles à Oakland sur les lieux d’un fait d’actualité du jour même, avec l’image Google Street View la plus récente en ce point au plus exact et précis. Parfois, à Oakland, la dernière chose qu’ils ont vue de la ville.

Un an et demi après l’incendie survenu lors d’une soirée au-dessus de l’entrepôt, et qui a fait 36 morts, deux hommes plaideront coupables, et accepteront des peines de prison respectivement de neuf et six ans. C’est donc la fin d’un chapitre pour Derick Almena, 48 ans, et Max Harris, 28 ans, dans un des incendies les plus meurtriers qui se soient produits dans l’État, celui du Ghost Ship, le 2 décembre 2016. Leurs défenseurs ont argué que leur négligence criminelle, ayant entraîné la mort de 36 personnes, était involontaire. Sami Kopelman, la mère d’une des victimes – Edmond Lapine, 34 ans – se révolte : son fils était simplement venu assister à un concert de son ami Joey « Casio » Matlock, et tous deux ont péri. Elle dit qu’ils auraient mérité chacun 36 ans de prison, un an par victime. « Je ne peux me faire à l’idée de recroiser ces deux hommes », dit-elle. « Un procès aurait confronté le jury à l’évidence de leur culpabilité », prétend-elle. Les parties civiles auraient aussi souhaité que la famille Ng, propriétaire du bâtiment, soit poursuivie pour ces charges criminelles. Les propriétaires s’en défendent en disant que les deux hommes avaient complètement détourné l’usage du bâtiment. « Les issues de secours avaient été condamnées, disent-ils. Si l’escalier de derrière n’avait pas été condamné, les gens auraient pu s’enfuir. » Au lieu de cela, quand le plancher s’est effondré les gens ont été pris au piège par les inhalations. Lors d’une audition préliminaire, un responsable des pompiers d’Oakland a répondu que la dernière inspection du bâtiment remontait à 1930. Les parties civiles se retournent donc maintenant sur la ville d’Oakland. Les deux accusés avaient transformé le bâtiment en centre d’art, avec des effets de lumière et des équipements de théâtre. La nuit de l’incendie, une soirée de danse avait été organisée à l’étage. Jonathan Axtell raconte que lorsqu’il avait vu la fumée monter dans l’escalier principal, il s’était précipité en bas, via un escalier « d’évidence installé à la main », persuadé que ses amis (Hanna Ruax, 32 ans, de Finlande, et Alex Ghassan, 35 ans, d’Oakland, tous deux disparus dans l’incendie) le suivaient. Il dit avoir bloqué sa respiration et atteint porte, les bras devant son visage. Une fois dehors il s’était retourné, et a compris qu’il serait le seul à être sorti.

 

source _ plus complément

 


LES MOTS-CLÉS :


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 3 juillet 2018
merci aux 491 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page