2019.08.02 | du surclassement

billets précédents, ou
une autre page du journal au hasard  :
murs techniques

Le terme de classe, pour ceux de ma génération, c’est surtout associé à lutte des. Alors quand votre carte d’embarquement affiche soudain, au moment de monter dans l’Airbus, la mention Invalide on panique un peu mais non. L’arrière a été survendu m’informe-t-on, et comme un vendredi 2 août il n’y a pas beaucoup d’hommes d’affaires à bord (un seul, en classe de, et qui fera bien sentir sa réprobation silencieuse), me voilà avec d’autres surclassé, et on a droit au grand jeu, repas avec nappe etc. Mais c’est surtout le confort qui change tout. De la place pour les jambes, de la place pour les coudes, un fauteuil qui est un fauteuil (ô les navettes Air Transat, là c’est Air Canada), plus la prise de courant. Et donc pour les 7h de trajet, te voilà comme dans un petit bureau plein ciel. Ça change quoi : fin de la promiscuité. J’alterne mes paragraphes du Lovecraft en cours avec des lampées des Furtifs de Damasio sur le Kindle. Pas dormi, sinon 2 petits moments. Alors tu gamberges. J’ai laissé l’écran sur l’animation avec progression du chemin : le nom des fonds marins, le défilé des villes et des fuseaux horaires tout autour de la vieille planète. Conscience qu’on l’use tant trop : à Roissy, ce matin, dans la longue migration vers les portes d’enregistrement, sécurité, embarquement, cette impression qu’une aventure si récente et exceptionnelle est ravalée à l’usage de masse. Mais sans culpabilité : si on doit travailler sur ces questions, bien la nécessité de le faire ensemble. Amérique ou Europe, ou Asie, j’ai besoin de tout parce que j’appartiens à ce tout.

Alors on se prend à gamberger. On travaille différemment pourquoi ? Parce que cette petite bulle provisoirement suspendue dans le temps comme isolée dans l’espace vous remet en jonction avec cette idée d’une totalité. Pas possible de bouger, sinon se dégourdir un peu les pieds et se balancer un peu d’eau sur la figure, pas possible de descendre en route même si soudain je survole Sept-Îles où je vais repartir tout à l’heure. Alors pourquoi pas certains de ces avions pour remplacer — 48h ou 72h comme ça valant largement un mois de ces résidences d’auteur avec 30% du temps réservé aux interventions en public (sans que jamais on nous dise 30% de quel temps, mais ici dans l’avion le temps est la totalité de celui du trajet), on aurait droit à des bouts de tour du monde sans descendre, à Tokyo, Shangaï ou Hanoï on embarquerait nos potes et collègues de là-bas, on voyagerait travaillerait jusqu’à L.A. ou Toronto de concert et ainsi de suite. Ce seraient des avions d’écriture, on ferait cantine ensemble, sans cet étalage de caste de leur bouffe avec nappe (quand tu penses au rata délivré en éco).

Moi je dis c’est une idée à creuser. Savez-vous quoi, le plus surprenant de la classe affaires, c’est surtout de descendre de l’avion frais comme tu es monté. C’est pas souvent que comme ça on gagne au loto.

 


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 2 août 2019
merci aux 241 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Bien ce post Francois ! Tu me fait rever, moi qui ai le mois dernier pris Air France en eco pour venir au Canada : rata, casque pourri, ecran minuscule. Pauvre de moi !
    Heureusement, petit miracle, avant d’atteindre les rives de l’Amerique, le systeme s’est reinitialise, offrant du texte d’instructions DOS, experience chere a K. Goldsmith comme tu le sais ;-)
    Bon sejour,
    Emmanuel, qui ne desespere pas de recevoir ton avis sur ce dispositif #aMainLeve dont tu es a l’origine ...

  • Ce quartier là, tu n’y vas (presque) pas. Il y eut quelques raisons professionnelles de 2014 à 2015, et puis jadis tu y fus interne, au Foyer des Lycéennes parce que les grands lycées parisiens n’accueillaient en hébergement complet que les garçons alors les filles aux parents peu fortunés se trouvaient concentrées là et qui se tapaient des heures de métro au lieu d’être sur place comme les gars. Mais ça avait le mérite d’exister.
    Alors ce matin quand après l’entraînement de natation, piscine Montherlant parce qu’elle ouvrait tôt et qu’elle est pratique pour une amie du triathlon, pour son boulot, et après le café-croissant avec l’amie en question tu t’es retrouvée rue d’Auteuil, l’envie t’a saisie d’aller revoir ça. Ces lieux de quelques bons souvenirs mais de surtout en baver et puis bosser bosser bosser bosser. Des classes prépa, quoi.

    Tomber alors sur un vaste chantier. Les lieux sont en voie d’être réhabilités, l’équivalent en bâtiment du surclassé du passager. Ma première idée est qu’effectivement si les locaux étaient restés tels quels depuis ma brève époque, il était temps (ça fait 36 ans), la deuxième est que du coup ils seront sans doute moins abordables pour les enfants de petites gens, ce que pensionnaires d’alors nous étions, la troisième fut le souvenir de la frugalité des lieux, un lavabo (et les toilettes ? pas certaine) dans la chambre, où juste la place pour lit et bureau, vaguement un placard pour quelques affaires, et les douches dans des sortes de vestiaires aux extrémités des couloirs. Si ça n’avait pas déjà changé, il est certain que ça devait un peu renâcler, que chacune n’ait pas son petit confort au complet dans un local bocal privé. Les meilleures conditions on peut y avoir droit, mais seulement dans l’idée de toujours encore plus travailler.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document