destin des pages mortes


Que couper 70 pages dans 530 en 50 minutes peut laisser plus nase que les jours passés à les écrire. Séparées de l’ensemble, elles meurent : on efface. Mettre la musique plus fort (Doors).


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 15 avril 2008
merci aux 370 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages