Poitiers première

derniers articles, ou
une autre page du journal au hasard (depuis 2005) :
transports

Hier soir au Confort moderne avec Bernard Noël et Stéphane Bikialo, et ce matin première journée de fac, cours et atelier. La semaine dernière, ai perdu dans le Corail d’Austerlitz mon petit câble USB de l’appareil-photo, je transférais la carte sur mon enregistreur pour charger les photos, résultat, aujourd’hui plus moyen d’ouvrir la carte sur aucun appareil. Je dois la réinitialiser, je perds les profils de Bernard lisant, et une quarantaine de photos faite dans cette curieuse salle de la fac avec dans un coin les meubles et bureaux inutilisés, et plus loin les empilements de mémoires abandonnés après usage. En avais trouvé un sur la relation entre personnes dans le théâtre de Koltès, et un énorme travail en 2 tomes sur Michaux. Et d’autres plus vieux, du temps de la machine à écrire et du papier carbone. Dans une autre époque, les gens les reliaient avec couverture carton marbré et dos toilé. Consolation : l’enregistrement de la lecture de et avec Bernard Noël semble avoir fonctionné.


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 16 octobre 2008
merci aux 434 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Débordé de partout. Ca va contre ma nature paresseuse. C’est surtout que ça m’empêche de penser. J’ai la pensée lente. Elle a besoin d’espace.

    Voir en ligne : Kill Me Sarah

  • une manie de perdre ses trucs dans le train, pourtant conduite intérieure (voir PdJ) :
    il reste, en tout cas, pour tous et toutes, la vraie réalité de la tarte aux quetsches
     :-))) ... allez hop, tout le monde en cuisine !!

  • ...je vis un jour en retard : toutes les émissions de radio podcastées 24h après leur diffusion ; je vis des jours en avance : passe mon temps à anticiper les moindres minutes incohérentes des jours à venir ; alors en réalité je vis quand ?...

    Voir en ligne : Omega Blue

  • Pour samedi, ce sera prêt.CA, AG, budget à défendre.Il s’agit des enfants du Renouveau, des enfants de partout : ça ira.Mais dans l’aigu. Seront présents:nouveau maire, ancien enfant donateur, adhérents,amis,ça aide.Dans l’intervalle, rencontre avec D.Sigaud, dans le vif, dans le mille.Et à travers l’échange, une autre enfant entre dans l’histoire. On y pense fort.On essaie de voir .On essaie de faire face à la grande accélération.On dort peu,être sur le pont.Nuit de presque pleine lune.Récupérer un peu.Faut pas exagérer.

  • Palette de gris au ciel.
    Quelques-uns à se poser des questions sur les milliards qui pleuvent.

    Voir en ligne : à chat perché

  • Travaux de nettoyage dans les arbres ; une petite saleté plantée dans l’oeil ; achat de dacryum ophtalmique et là, stupeur : 42 dosettes dans la boite, elles seront périmées dans un an ; il faudrait se blesser à peu près tous les 15 jours pour rentabiliser...
    Emballages en tous genres à revoir, d’ailleurs

  • Souvenirs soudain d’un 21 juin. Trois ans déjà. J’étais aimée et cette énergie que j’avais.
    Une force dans l’écriture. Et croire en l’amitié.
    Cobaye joyeux et consentant. Peut-être les mêmes personnes (ou pas) qui ont convié le tenancier de ce petit journal. Marrant en tout cas de pouvoir le penser.
    J’avais acheté une veste mais je ne sais plus pourquoi. Et vu une librairie remarquable.

    PS : le parfois d’ana nb, oui exactement ça.

    Voir en ligne : traces et trajets

  • Ils m’ont dit que j’aurais dû continuer, faire plus long, mais au fond je sentais bien que je n’avais plus de souffle. Ca s’est confirmé au matin, asphyxie post lecture et pourtant les pages choisies était presque anodines (pour savoir ce que ça raconte, il faut attendre les derniers mots).

    Voir en ligne : Fenêtres open space

  • "je pense que la langue est un corps qui vit, qui souffre, qui meurt et qui renaît sans arrêt" Bernard Pivot ( comme garcien des expressions.

    Imaginez ce que je fais a cette langue chaque fois que j ecris surtout au petit journal.

  • 20h00 et des poussières, Libé du jour, apologie (très) dicrètement ambigüe [sic — nouvelle orthographe] d’Ali Baddou. Arte infos culture en simultané. Sentiment d’étrangeté, colère dégoût. Et pourtant, combien de pire !

  • Réunion ce soir avec les profs de seconde de la Poune. Étrange de voir comment ces noms abstraits lâchés autour de la table sont aussi des êtres de chair. Humains, pour tout dire.

  • J’ai porté les clés à M. qui va venir répéter ce week end et j’en ai profité pour faire des photos de la rue lune lampes néons sodium : les lumières sont plus belles la nuit (en url, je mets mélico où on verra une photo de la fleuriste et un texte, le tout copyright moi)

    Voir en ligne : http://melico.org/fr/madame_desmars...

  • Aujourd’hui, Nathan a fait un exposé à sa classe. Nathan, un exposé ! Et sur quel sujet ?, on se le demande bien. La baleine à bosses. Ses camarades étaient fascinés m’ont dit son instituteur et son A.V.S.