2009.09.04 | Tiers Livre en son temple


Sûr que je n’ai pas souvent eu cette chance-là : l’Institut canadien de Québec invite donc pour 3 mois un écrivain en résidence, tandis qu’un auteur québécois part en France pour la durée équivalente, alternant littéraires et bédéistes.

Arrivé depuis 15 jours, le lieu me paraissait ingrat : le temple Wesley est en plein centre du vieux Québec historique, juste 10 mètres au-dessus de la rue Saint-Jean. Se mettre dans le sous-sol d’une église ?

L’église, depuis les années 1990, était transformée en salle de théâtre, qui désormais attend réfection, et sera ensuite la Maison de la littérature de la ville. Les ateliers et rencontres, se feront bibliothèque Gabrielle-Roy, dans un quartier avec lequel je me sens nettement plus d’affinité, côté de la rue Saint-Joseph (qu’est-ce qu’ils ont encombré ce pauvre pays de tous leurs saints et machins tristement religieux).

Et la porte extérieure n’est guère engageante, avec cette plaque de métal indiquant la surveillance par caméra. En fait, par un curieux retournement, la caméra permet, du dedans, comme un périscope, depuis mon bureau à l’autre bout de la pièce, d’avoir en permanence affichée la rue vide. Ce serait une première proposition pour la contrepartie texte de la résidence : trois mois de relevés de ce que je vois sur l’écran montrant la rue vide.

Il y a une cuisine et un lit, c’est une vraie résidence pour y vivre : il paraît cependant qu’une récente occupante n’a pas bien résisté, l’hiver, avec ces fenêtres à hauteur de trottoir lorsqu’elles étaient occultées par la neige.

Il y a aussi une table avec quatre chaises, et une autre avec canapé et fauteuils : j’y entre sans complexe. On y fera des réunions, informelles, mais avec ceux que ça intéresse ici, blogueurs, éditeurs, auteurs, chercheurs, sur l’édition numérique, suivre groupe initié par René Audet.

Et un bureau magnifique, vieux bois et dessus de cuir. Il y avait dessus un ordinateur Windows, j’ai viré ce machin-là (récupérant cependant les enceintes pour brancher sur le Mac), un cordon Ethernet. Qu’est-ce que ça va changer au travail, le droit de rester dans cette vaste pièce souterraine sur plancher, sans plus contact avec la ville que le petit périscope de surveillance ? En tout cas, silence total sous l’église désaffectée, j’ai apporté le matériel son, micros et HandyZoom plus carte Tascam, on verra bien.

Ce sera peut-être rude de remettre la clé, au 1er décembre. Trois mois d’espace souterrain pour les expériences Tiers Livre.

la plaque de la porte n’indique pas que c’est l’écrivain dedans qui surveille le dehors
l’église reconvertie en théâtre désaffecté depuis plusieurs années
vitrines et cubes pour futures expos
intérieur pour club réflexion édition numérique : côté british ne me déplaît pas
luxe du Mac sur grande table bois à dessus cuir
allumé en permanence, l’écran vidéo sur la rue vide : installation ?


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 4 septembre 2009
merci aux 1256 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages