#LedZep marqueur : presse, Yardbirds, 1968

un portrait de Led Zeppelin


sommaire général _ précédent _ suivant

 

Une autre difficulté immédiate de l’écriture biographique : l’intégration d’éléments purement informatifs.

Dans Rolling Stones, une biographie, ça avait été le point de départ, lors de notre première rencontre avec Olivier Bétourné (alors chez Fayard, que je suivrai chez Hachette puis au Seuil, et donc mon éditeur depuis 1996), alors que je parle de ce problème : – Alors, ça ferait un livre de 1000 pages, je lui dis, à propos de cette nécessité de lier les éléments informatifs aux points plus littérairement liés à langue et destin. – Alors on y va pour 1000 pages, qu’il m’a répondu.

C’est cet espace que dans Rock’n Roll, un portrait de Led Zeppelin, j’ai voulu traiter autrement : reprise d’articles de presse, laissés tels quels dans la constitution polyphonique du livre.

Les Yardbirds, c’est le groupe historique, mais de second plan, petit à petit repris en main par Jimmy Page, et dont sortira Led Zeppelin tout armé.

 

« La fin des Yardbirds ? Nous parlions dans un précédent article de l’éclatement des Yardbirds ; il semble se confirmer que le groupe cessera à son retour des USA, en précisant que Page le reformerait avec un nouveau chanteur et un autre batteur pour remplacer Ralf et McCarthy. » Melody Maker, 29 juin 1968.

« On annonce que les Yardbirds vont changer leur nom en celui de Mead Zeppelin, cadeau du batteur des Who, Keith Moon. » Disc, 19 octobre 1968.

« Les Yardbirds vont donner deux concerts d’adieu, au Marquee vendredi 18 et à l’université de Liverpool le samedi 19. À partir de dimanche, le groupe s’appellera Led Zeppelin. » Melody Maker, 19 octobre 1968.


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 2 avril 2013
merci aux 665 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page