matos | s’équiper Kindle pour les vacances

on commence enfin à s’habituer de les avoir au fond du sac, les liseuses


Elles tiennent bon, les petites liseuses. Obstinées. Supports noir et blanc dédiées à la lecture, mais dont on recharge la batterie une fois par mois, qu’on emporte partout avec soi. Qu’on lit en plein soleil.

Plutôt que multiplier les pistes, on réaffirme le choix par défaut : Kindle (dite le ou la selon vos préférences, ça ne change rien à l’appareil) avec wifi mais pas besoin de la 3G, rétro-éclairage plutôt que le modèle premier prix qui n’en a pas (lire la nuit !), et pas mettre plus d’argent qu’il ne faut.

Vous gérez votre bibliothèque d’achat par Amazon, l’avantage étant que les livres sont alors accessibles moyennant l’app Kindle gratuite aussi bien sur vos téléphones que tablettes et bien sûr ordi – nécessaire pour le travail. À compléter, comme pour toute liseuse, par l’application gratuite Calibre pour gérer les textes persos, les conversions, et l’infinie bibliothèque des classiques et libres de droit...

Après, Kobo, Bookeen et je ne sais plus les autres marques, vous faites ce que vous voulez. Je ne suis sponsorisé par personne, c’est juste que la question revient souvent. De mon côté, mon PaperWhite date de décembre 2013 et pas un signe de faiblesse.

 

• le Kindle PaperWhite, celui qu’on recommande.


• version 1er prix, tactile mais sans rétro-éclairage.


• étui de protection pour le PaperWhite, mais c’est si costaud et basique que pas besoin.


• le chargeur n’est pas vendu avec, mais comme la prise USB de votre ordi portable suffit...


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 19 mai 2017
merci aux 199 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page