Bon & Pifarély | archives du temps

quelques vidéos sur la route, pour prouver le rêve


prochaines dates Bon & Pifarély
- 25 novembre, bibliothèque de Saône -et-Loire, festival Sans décoder, Lovecraft
- 26 janvier, Argenteuil, Cave Dimière, Lovecraft
- 10 mars, Paris, atelier du Plateau

L’aventure avec Dominique Pifarély a commencé en 2005, et n’a jamais plus cessé.

On est comme les Rolling Stones : on se croise peu, en dehors des moments où on se rejoint – voiture, gare, avion – pour retrouver à nouveau une salle vide et s’y ancrer pour le maximum d’heures possibles avant le moment des lumières et du son.

On a fait ça dans bien des conditions, en acoustique à ciel ouvert, entre des rayons de bibliothèques, dans des tournées de festival jazz, dans des colloques littérature ou des lieux de prestige avec loges et balcons de velours rouges, dans des hangars de ciment nu, sur des enceintes pop ou dans une mini salle plus apte aux marionnettes qui nous surplombaient.

Puis il y a sempiternellement l’autoroute et la nuit, ou l’hôtel puis le train.

Mais comment voulez-vous qu’il en soit autrement, avec un type qui promène sans cesse son violon par le monde, et jusqu’aux autres bouts du monde.

Et puis toujours ce truc qu’on ne règle pas, entre les programmateurs littéraires qui trouvent ça quand même un peu trop contemporain et les tourneurs musiciens qui ne pigent pas les textes.

Pour moi c’est toujours un défi à rouvrir. On peut cheminer à deux sur des textes que j’aurai spécialement écrits pour la prestation. Ou s’engager sur les sentes tout aussi risquées d’auteurs comme Rabelais ou Michaux. Je peux ajouter un vidéo-proj à mon ordi, et on a eu la chance d’expériences où ouvrir le cercle, répétitions et travail d’ensemble, soit avec Philippe De Jonckheere et ses lanternes magiques, soit avec quelques calibres comme François Corneloup ou Eric Groleau en renfort.

C’est présent sur le site depuis longtemps. Mais, depuis 2 ans, j’y rajoute des vidéos, dans ce paradoxe que je peux m’amuser à les faire dans la répétition, le voyage, l’attente, mais qu’une fois sur scène c’est fini (quand bien même, sur scène, j’arrive maintenant à quelques instants de Facebook direct !).

Dans les derniers disques de Dominique, le concept de temps est fortement présent : Time Geography par exemple (avc son ensemble dédale, ou Time Before and Time After pour son récent album solo chez ECM. D’où cette idée de construire ici une table des temps. Des traces dans le temps.

Le site de Dominique Pifarély : pifarely.net (et on a commencé quasi ensemble, avant de se rencontrer, les croisements via site). On peut y commander ses disques, y compris Peur, qu’on a conçu ensemble.

Dispersées dans les ressources antérieures du site (ben oui, ça remonte...), de nombreuses traces audio, comme lorsqu’on présentait Une traversée de Buffalo ou Formes d’une guerre avec Philippe De Jonckheere.

Et toujours dispo pour continuer, construire ensemble.

FB

• tous renseignements, écrire Virgine Crouail, Cie Archipels. Nous venons accompagnés de notre ingé son, Christophe Hauser.

Bon & Pifarély, c’est tout un film


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne 9 juillet 2017 et dernière modification le 9 novembre 2017
merci aux 240 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page