< Tiers Livre, le journal images : 2019.08.09 | aventures de monsieur Bleu

2019.08.09 | aventures de monsieur Bleu

précédent _ suivant

À cause de ma difficulté hier à photographier ces galets, cubes blancs sur fond de mer, qui sont l’emblème de Natashquan, aujourd’hui je tente de reprendre mes marques : comment m’est-il légitime et digne d’utiliser la photographie, moi qui suis de si près le travail de tant d’amis photographes. Alors, au même endroit d’où j’avais fait la vue paysage, je me souviens de Jean-Christophe Bailly parlant de Lewis Baltz. L’atelier d’écriture de l’été dernier, on avait transposé ça à l’écriture : retourne-toi, et photographie ce qui est derrière. Et il y avait ce bull. J’ai donc fait exactement ces 7 clichés du bull. Alors ce type est sorti de son magasin en perdition, accompagné de son chien borgne, et m’a apostrophé : — C’est pour les assurances ? Je lui ai dit que non, alors mon cas s’est aggravé. Et ça a été une pauvre danse pitoyable de racisme élémentaire pendant douze minutes, je l’ai photographié mais pas trop envie pour l’instant de mettre en ligne. À chaque pays ses épaves, simplement elles ne sont pas forcément à chercher là où on croit, et les noms glorieux ne suffisent pas. Un peu plus tard, à l’Échouerie, j’en rapporterai les propos, et un des habitants historiques de Natashquan mit à honneur de ne pas généraliser ce qui m’avait été asséné, comment je lui en aurais voulu de ne pas avoir attrapé mon nom, pourtant acadien comme le sien : — Ce monsieur Bleu... Ça me va très bien, pour accompagner les photos de bull.

 


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 9 août 2019
merci aux 235 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page