< Tiers Livre, le journal images : 2019.08.07 | pourquoi Natashquan tourne le dos à son port

2019.08.07 | pourquoi Natashquan tourne le dos à son port

précédent _ suivant

Quand j’étais sur le port, dimanche soir, j’étais seul et chaque point résonnait avec tous les autres. J’avais mis l’appareil sur son monopode, et choisi la position film. Pourtant, ce qui m’a fait reprendre ce journal, c’est bien aussi la possibilité de tagger des catégories, et qu’on puisse retrouver des images de tous les ports où je m’arrête : ils sont les mêmes. Au bout du quai, dimanche, il y avait ce conteneur mi-ouvert qui semblait offrir de lui-même une scénographie de théâtre et j’avais improvisé sans préparation. Je ne regrette pas cette brève vidéo, mais il s’était mis à pleuvoir de plus en plus fort et toute lumière était partie, j’avais dû remballer. Alors hier soir vers 16h j’y suis retourné, le soleil commençant à baisser : de 11h à 16h ici pas la peine de sortir un appareil. Je comptais refaire une vidéo, même l’idée de refaire exactement la même, mais avec une impro différente, voire opposée. Sauf que sur le quai il y avait deux gars et leur bulldozer, occupés à démêler cinquante mètres d’élingue d’acier diamètre 20, à cause de la bobine « toute pourritte » qui s’était effondrée. Mon conteneur était là, mais un chalutier tout neuf accosté en surplomb, et une voiture entre les deux. Alors j’ai juste fait les photos comme on fait mémoire. Pourtant, je commence à voir l’articulation éventuelle entre la photo et le film : si je repère mes 10 spots avec 10 cadres et 10 réglages, j’aurai une scéno prête et forte pour la vidéo. Mais la grammaire de la vidéo c’est être soi-même en mouvement permanent, quand la photo c’est le contraire : enfin je n’en sais rien, disons qu’on se fait plaisir à soi-même et que quelqu’un d’autre photographierait tout autre chose, ou le ferait autrement. Pendant combien de décennies le seul ravitaillement ici, tout au long de la Côte Nord, se faisait par bateau ? La route est venue, étrange route qui approche de son bout. Route qui ne mène qu’à la fin de la route, on est l’avant-dernière étape. Assez pour que Natashquan tourne le dos à son port, se réorganise le long de la 138 en impasse. Peut-être c’est pour ça qu’ici on ressent autant la force nue du temps.

 


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 7 août 2019
merci aux 359 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page