2019.08.30 | après la fête

sommaire & derniers billets, ou
une autre page du journal au hasard  :
2019.07.08 | si tu ne sors pas

précédent _ suivant

Exercices de photographie, suite. Mais si je compte bien, des fêtes foraines aux heures creuses il y a quand même une belle poignée sur le site (comme du temps où je les faisais au carré, ou l’incontournable Coney Island, ou sans pouvoir plus démêler ce qui est photo et ce qui est vidéo. On arriverait donc, pour ce qui sépare la photo de la vidéo, à une seule définition : que le temps d’attention prescrit est la porte de la fiction ? Si j’avais décidé de faire les mêmes plans en vidéo, elle serait quoi, alors, cette fiction qui n’a pas eu lieu, sinon le balayage ci-dessous des 12 images ? Qu’est-ce que cela m’enjoint comme impératif dans le choix au moment de la prise de vue (ce n’est pas tellement plus long, parce que l’image vidéo est plus sommaire que sa cousine dite fixe). Bon, disons, qu’en ce moment j’ai plus envie de faire des photos que de la vidéo, et que les vidéos en profiteront j’espère.

 

 


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 30 août 2019
merci aux 171 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • ce matin c’est à 5 heures qu’a sonné le téléphone - la mémoire de la semaine dernière - sur la placette devant la maison sur le banc hier soir en revenant du tour sur le port (des milliers de mangeurs une scène des chansons des vélos des bateaux des fausses maisons de pêcheurs une guirlande de lumière au dessus d’une tente blanche où un type explique micro/sono/musicalak comment il fait cuire les épinards et ainsi de tout son menu) sur le banc un type tatoué pantalon jaune débardeur imprimé coloré mêmes tons ceinture et tongues blanches typet acteur de comédie cheveux blond platine courts coupés trente deux ans - la voisine rousse vulgaire décolleté sous les seins elle hurlé de rire possède un chien noir qui défèque devant la maison - location de vacances en Abruzzes - paysages merveilleux gentillesse du boulanger qui montre sur son portable un petit film de la tour Eiffel illuminée - on s’en va

  • Ce soir j’ai fait une video, très brève mais voilà, ça ne pouvait être qu’une video puisque ce qui était à montrer c’était un passage au noir : désormais dans la petite ville de #MaNormandie il y a extinction des feux à 23h, gare à toi si tu traverses la ville à pied pile à ce moment là. Ils auraient pu faire minuit quand même, mais en attendant je suis ravie de cette nouvelle disposition. Passé un bon moment cette nuit sur le pas de ma porte (oui ma porte, j’ai du mal à m’y faire, seulement ça commence à venir que c’est vraiment un "chez moi" ), j’ai longuement admiré les étoiles.
    Alors oui, la video dans certains cas, c’est elle qui fait le job, y a pas. Dans d’autres, pas mal d’autres, la photo instaure son apaisement. Comment faisait-on quand elles n’existaient pas ?

    Voir en ligne : extinction des feux

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document