outils du roman #12 | journal du corps

cycle été 2020 | « outils du roman »


 


- sommaire général du cycle et inscription ;

- accéder à l’index auteurs et aux contributions,

- lettre d’info, inscription, mise en ligne de vos contributions plus rendez-vous visio (sur option), cf page sommaire,

- rappel : chaque contributrice.contributeur dispose d’une page nominative, les textes sont envoyés à l’adresse du site, fichier joint au format docx, odt, pages (mais pas PDF) et toujours accompagnés d’un bref codicille sur comment est venue l’écriture !

- image haut de page : Jean Hélion.

 

#12, journal du corps


Résumé de la consigne :

- enjeu principal : à travailler au plus près possible des perceptions sensorielles d’un corps immobile, installer progressivement que le corps soit lui-même sujet de la narration, et non pas le narrateur ;

- choix d’abord de la situation narrative avec corps immobile : durées où soi-même en son corps étions contraints à l’immobilité, confrontation à corps immobile d’un.e autre, ou personnage principal ou périphérique d’un des textes nés des précédents exercices en situation immobile ;

- la durée, l’issue, la cause de cette situation à déterminer ;

- la remarque que nombre des auteurs américains enseignant le creative writing ont des exercices en ce sens : on cite celui que son auteur intitule « sous la surface », un autre « sois un arbre », un autre enfin qui s’intitule : « des mots comme de l’eau ».... corps immobile mais flux permanent des mots et du temps, distendus par l’accroissement des perceptions sensorielles ;

- la proposition de travailler à partir du Comment c’est de Beckett (1961), des fragments-paragraphes sans ponctuation de 2 à 5 lignes, séparés par des blancs, donc autonomes, chacun scandant un de ces mouvements des perceptions dans l’immobile, l’épousant quelques secondes et laissant place au suivant.

On est évidemment dans une zone peu explorée, l’instance du corps-sujet (voir aussi, dans les fiches, le Description d’un état physique d’Antonin Artaud qui en signerait la naissance), tenseur essentiel du contemporain, qui va devenir l’espace de cet exercice la focalisation unique, mais qu’on retrouvera de façon sous-jacente dans tout traitement du corps et des personnages.

Travailler sur la distension : première distension celle du temps, durées, attentes (ou cessation totale ou partielle de ; deuxième distension celle des perception, bruits, lumières, paroles, et perceptions issues de son propre corps (ou corps personnage, corps cible, corps fiction).

On peut aussi raviver un peu notre art de ces codicilles qui auront été la marque de fabrique de notre cycle : pas seulement sur comment vous avez écrit, mais votre approche de ce statut du corps dans votre écriture personnelle ? merci d’avance ! (ceci est mon propre codicille !)

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 29 août 2020
merci aux 452 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page