faire un livre #10 | Thomas Bernhard, obsession, ressassement

les cycles atelier d’écriture de Tiers Livre



 

#10, Thomas Bernhard, obsession, ressassement


Ce sur quoi insiste cette vidéo :

 la possibilité, en un point quelconque de son texte, de l’épuiser jusqu’à l’obsession — Thomas Bernhard, une fois trouvé son système d’écriture dans le dernier chapitre de Perturbation, l’applique à tous ses livres jusqu’au dernier, on balaye l’historique...

 ce point de dépli d’une obsession, à vous de le trouver dans les textes déjà écrits, ils peuvent concerner un lieu (dans son dernier livre, Extinction, un effondrement dont vous trouverez un extrait dans dossier habituel), une villa d’enfance, mais aussi une colère, une admiration, une habitude...

 quel que soit le format que vous décidez pour l’exercice, penser qu’il puisse être sans limite, monter aux 400 pages d’Extinction — et si, au lieu de la routine écrire et mettre en ligne, vous gardiez sept jours le texte sur votre écran en l’augmentant pendant 40 minutes d’écriture chaque jour ?

 chaque proposition dans ce cycle vise à déplier un tenseur particulier de l’écriture narrative : cela veut dire que, potentiellement, chaque proposition permet de reprendre, réécrire, des points précis ou des passages déjà écrits dans le livre en cours — et si vous preniez cette démarche au pied de la lette : en même temps que faire l’exercice, reprendre en amont ce qui est déjà écrit en y ajoutant cette musique, cette harmonique, ce dépli ?

 avoir toujours en tête cette frontière très nette intérieure à l’oeuvre de Thomas Bernhard : le fil autobiographique (La cave, Le froid, Le souffle, Un enfant), et le fil fictionnel (Béton, Le naufragé, Arbres à abattre, Maîtres anciens et donc Extinction) : ici, on est clairement dans la branche fictionnelle, d’autant que l’auteur de vos textes pourrait bientôt y apparaître, dans les propositions suivantes...

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 5 septembre 2021
merci aux 524 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page