transversales #04 | et ça commencerait comment ?

une proposition d’écriture à partir du légendaire Centurie de Giorgio Manganelli


 

retrouver cette proposition sur votre espace abonné liens complémentaires et télécharger les documents d’appui
retrouver les contributions sur la plateforme de publication

 

#transversales #04 | et ça commencerait comment ?


Série « Transversales », on continue !

De nouveau, on va repartir des « compressions » en 3 ou 5 lignes que vous avez collectées dans la proposition « Transversales #02 ». Mais, au lieu d’en développer une, en explorant tous les recoins formels possibles, comme on l’a fait dans « Transversales #03 » à partir de la Maison des feuilles, on va se saisir de trois de ces compressions, et s’en servir d’appui pour un début... début de roman, de récit, de théâtre ?

Être attentif au fait qu’on sera soi-même le premier spectateur de la forme prise...

L’important, c’est d’éloigner de soi, de tenir à distance, la hantise (l’effroi ?!) que cela puisse devenir un livre, et l’énormité de travail qu’il y aurait à faire... C’est un début, juste le début... Et si on peut en tenter trois (sur trois de vos compressions, ou bien trois variations de début sur une seule que vous aurez choisie, mission accomplie.

On s’appuie pour cela sur un autre livre légendaire : le Centurie de Giorgio Manganelli, qui se veut : « cent brefs romans fleuve ». Il ne s’agit dont pas, dans Centurie, d’une suite de « débuts », mais bien de micro-romans qui se veulent complets... sauf qu’un fleuve ça ne s’arrête pas au bout d’un feuillet de 1750 caractères...

Attention : je parle aussi, dans la vidéo des « pastiches » de Proust : nous, il ne s’agit pas « pastiche », ni de « à la manière de » – c’est bien uniquement de votre manière qu’il s’agit... Mais Proust se saisit comme nous d’un « pitch », cette « affaire Lemoine », qui restera invariable dans sa suite de textes, et c’est ce geste de réimmersion d’une structure brève mais fixe dans des bains de langue différents qui va nous servir de guide.

Nota : je crois que dans la tension habituelle de la vidéo j’ai rafraîchi un peu le boulevard Bourdon de Bouvard et Pécuchet, vous m’en excuserez j’espère !

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 février 2022
merci aux 176 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page