Devant est ailleurs

DEVANT on est seul face à l’inconnu DEVANT comme le petit cheval dans le mauvais temps tous derrière et lui DEVANT il en avait du courage et il en faut du courage pour être DEVANT mais qu’est-ce qu’il y a DEVANT on ne sait pas DEVANT personne ne sait il faut être DEVANT pour savoir ce qu’il y a DEVANT et s’il y a du brouillard on ne voit rien impossible de savoir ce qui est DEVANT avec la pluie c’est pareil DEVANT aucune visibilité et dans la nuit c’est encore pire DEVANT n’est pas lisible DEVANT c’est le mystère l’insondable DEVANT n’est pas confortable peut-être vaut-il mieux rester derrière à l’abri du danger qui est DEVANT mais pas seulement le risque est partout DEVANT derrière dessus dessous et ailleurs DEVANT est angoissant mais plus glorieux que derrière ou dessous DEVANT c’est le chef il y va lui il n’a pas peur ou ne le montre pas il avance droit DEVANT les autres suivent ils ne savent pas ce qu’il y a DEVANT c’est l’énigme le blanc DEVANT si on est courageux ou qu’on n’a pas le choix on y va on avance DEVANT sans savoir ce qu’il y a DEVANT un avenir radieux un précipice ou le mur dans lequel on fonce droit DEVANT mais si ce qui est en haut est comme ce qui est en bas alors DEVANT est peut-être comme derrière et vice versa tout se vaut de toute façon alors DEVANT ou ailleurs pourtant il faut être DEVANT DEVANT les autres toujours en premier ne pas se laisser passer DEVANT ne pas se laisser marcher sur les pieds être plus fort toujours en avant toujours le premier toujours DEVANT le burn out guette DEVANT le premier de cordée n’en peut plus d’être toujours DEVANT il aimerait aussi pouvoir se reposer de temps en temps ne pas être toujours tout seul DEVANT DEVANT les autres DEVANT les gens de peu DEVANT ceux qui ne sont rien mais il ne peut pas regarder derrière et se laisser déconcentrer il faut continuer à regarder DEVANT comme le hamster qui tourne dans sa roue et va toujours DEVANT il faut continuer toujours continuer pour aller DEVANT là où rien n’existe encore DEVANT là où rien n’est encore écrit comme cette foutue page blanche qu’il faut remplir DEVANT c’est l’angoisse de la page blanche l’angoisse de la panne et si on s’arrête là on ne saura jamais ce qu’il y a DEVANT alors il faut continuer même si on n’a plus rien à dire aller toujours plus loin DEVANT sans s’arrêter sans savoir où on va ni si on a envie d’y aller la question n’est pas là la question est DEVANT et il faut continuer jusqu’à épuisement du texte aller toujours DEVANT et ce n’est pas le texte qui est épuisé mais l’auteur qui ne sait plus quoi dire mais qui doit continuer pour aller toujours DEVANT là où personne ne sait ce qu’il y a et c’est cet inconnu qui fait peur qui paralyse et qui empêche d’aller toujours plus loin DEVANT de poser les mots les uns après les autres l’un DEVANT l’autre sans jamais s’arrêter même si on ne sait pas où on va enfin on sait qu’on va DEVANT du moins on essaye on pose un mot puis l’autre sans s’occuper du sens d’ailleurs le sens c’est juste ça l’un DEVANT l’autre et pour le reste peu importe de toute façon le lecteur courageux a déjà déserté il est parti dans son DEVANT à lui qui n’est pas ici mais ailleurs enfin pour revenir au DEVANT d’ici peut-être que ce n’est pas si difficile parce que DEVANT il y a quoi finalement c’est à chacun de décider ce qu’il veut mettre DEVANT à chacun de se créer son DEVANT horizon noir gris ou blanc ou même de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel voilà ce qu’il y a DEVANT une explosion de couleurs un feu d’artifice alors voilà on dira ça DEVANT c’est un festival de couleurs ininterrompu et chacun peut choisir celles qu’il voudra mettre DEVANT et oublier les autres qui ne lui plaisent pas être DEVANT c’est ça c’est colorer la vie à sa guise repeindre le gris en vert et rose et avoir DEVANT soi une prairie printanière ou bien tout éclabousser de bleu et de jaune et DEVANT devient un océan ensoleillé DEVANT peut aussi être le rouge et le noir DEVANT il y a toute la palette du peintre des Nymphéas à Guernica DEVANT c’est l’infini des possibilités qui donne le vertige DEVANT c’est l’éternité du temps qui se déploie et qu’il faut meubler parcourir seconde par seconde DEVANT c’est toute une vie qui reste à vivre DEVANT c’est un roman qui demande à s’écrire DEVANT c’est le but jamais atteint l’oasis qui se dérobe quand on l’approche DEVANT est toujours plus loin avance toujours on ne peut jamais le rattraper DEVANT c’est l’inaccessible étoile la quête inachevée DEVANT n’existe pas, il faut juste l’inventer.

A propos de Laurélia

J'aime écrire

Laisser un commentaire