< Tiers Livre, le journal images : supermarché de la politique

supermarché de la politique

On a beau se tenir à distance et ne surtout pas aller lire ces camelotes à idées de seconde zone (période prospère pour les copains nègres), vague dégoût à voir tout ça repris en supermarché et traité comme marchandise de masse, format normalisé pour leurs étagères pré-construites, jeu de couleurs et anthropomorphismes, et durée de vie limitée bien sûr : tout ça au pilon dans 45 jours au plus. Celui qui ne se présente plus est déjà relégué à l’étagère de tout en bas. Ce n’est pas le dégoût du livre (en ce moment on bosse sur notre propre collection papier), mais comment cet avachissement du livre est mis au service de l’avachissement d’une exigence démocratique oubliée depuis si longtemps par leurs calculs à court terme. À preuve qu’à hauteur des yeux du client, le supermarché scientifique jusque dans le détail trouve encore à prendre le plus avachi de l’avachi : si c’est de l’humour ça doit être critique. J’aurais bien mis un Adorno en plein milieu des étagères à la meilleure hauteur, mais, dans les présentoirs longitudinaux (et pas transversal comme celui-ci), bien sûr pas moyen de trouver Minima moralia, ce fabuleux blog auquel il manquait le web. Le livre imprimé comme solution transitoire de dépannage avant l’invention du web, et la misère de ce qui en survit dans cette image.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 21 mars 2012
merci aux 707 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page