2012.04.28 | l’arrivée du train en gare de Dax (sous la pluie)


On ne se refait pas : je n’aime pas trop prendre le train en journée. Dans d’autres conditions, serais bien resté plus longtemps à Dax, ne serait-ce que pour ce merveilleux hôtel Splendid arts déco, témoin d’une vieille gloire, et que la ville a investi pour son salon du livre. J’aurais écouté la lecture de Marie Cosnay, présente avec d’autres auteurs de Cheyne. Et l’accueil de Serge Airoldi mérite à lui seul le voyage (grand, grand merci).

Mon intervention, 1h30 d’impro sur mutation numérique, évidemment dit le 10ème de ce que j’avais espéré synthétiser via plan solide dans mes heures de préparation le vendredi aprem, et facilité à parler quand on se sent bien, c’est pas si fréquent. Comme me suis senti bien aussi chez Serge et Cécile Airoldi le soir, l’accueil tout simple, le jambon de Bayonne au milieu, et l’épopée de reportages pour Sud-Ouest époque Veilletet dans les Balkans en guerre – avec même évocation du roi Zog...

N’empêche que ce matin ai préféré repartir tôt, d’où la présence en gare de Dax pour le train de 6 heures, et c’est ce bruit continu d’eau sur les grandes verrières qui m’a incité à sortir le Handy Zoom jusqu’à l’arrivée du train.

Plus bas, images souvenir – l’hôtel Splendid, la salle de conf, et le centre-ville, avec la célèbre source (très) chaude et ce qu’elle entretient d’activité thermale.

 

merci à Serge Airoldi



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 28 avril 2012
merci aux 1144 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page