sous prétexte d’activités culturelles

"futurs de l’écrit" à l’abbaye de Noirlac



MAIS QUELLE EST CETTE RUBRIQUE ? (SE REPÉRER)
une autre page images, au hasard (depuis 2005) :
Marrakech beauté simple

C’est la bibliothèque départementale du Cher qui organise la fête : 4 jours de festival littéraire, ouvrant ce jeudi par une journée de formation professionnelle, et ça s’appelle les futurs de l’écrit.

L’abbaye cistercienne de Noirlac appartient au Conseil général, dans la lumière d’automne c’est magnifique : on est au pays du Grand Meaulnes. Voyage de Saint-Pierre des Corps à Bourges avec départ à 6h24, alors que revenu tard la veille au soir de Bordeaux.

Surprise déjà de l’ampleur : 19 classes de collèges invitées pour la journée, le picnic sous les arbres, et ateliers blogs, apprentissage des ordinateurs, ateliers avec des pointures comme Michaël Glück (lui, il restera les 4 jours), et je suis content de le retrouver. Sans oublier l’histoire du livre, une vieille Heidelberg, et les livres comme objet d’art. Ou l’accueil fait à Al Dante.

Michaël Glück, par François Bon - pas de repro merci

Deux stands librairie : Land Art centré sur la petite édition, mot dont je trouve qu’il s’impose trop facilement à nos conventions (ici Tarabuste, les Grames, Brémond, Inventaire/Invention), et puis Sur les chemins du livre : après la libraire Epigrammes, rue de la Roquette, cette libraire sillonne depuis un an les petites communes, marchés et rassemblements du département avec son camion bleu chargé de livres neuf (et non pas bouquinerie), en particulier littérature jeunesse. Elles sont trois à faire ça en France, et ça marche...

Je prends possession en avance de ma salle. 65 bibliothécaires, et une fois de plus, plutôt que de parler strictement du Net, je parle de l’histoire de la page, des machines, du geste d’écriture, on évoque pas mal d’auteurs dans les 90 minutes où j’utilise parfois le Mac sur vidéo projo pour montrer un site (dictionnaires anciens, ou bien comment Rimbaud s’affiche sur le web), sinon avec l’économiseur écran qui diffuse les photos prises sur place dans l’heure précédente.

L’après-midi, les bibliothécaires travaillent entre eux (elles). Puis je rebranche le Mac pour un atelier d’une heure où on passera entre autres, pour l’examen des postures web et leur rapport avec le livre, chez Darley, Beinstingel, Maulpoix, désordre, avant de suivre la piste Vasset ou celles proposées par Lignes de fuite, partager la fête de l’Huma en vidéo chez Limongi, un petit aperçu du si étonnant ouvert la nuit anonyme, quelques sites d’éditeurs comme Verdier, Pol, Léo Scheer et même Cousu main.

Quelques blogs de bibliothécaires notables comme nicomo et figoblog, pas forcément aussi connus qu’on le supposerait de leurs pairs... Ensuite les consoles d’administration de remue.net et tierslivre, par les coulisses. On s’amuse de la discrétion de l’accès à l’agrégateur du CNL sur leur page d’accueil (suivre service de syndication littéraire tout en bas : et pourtant qu’il nous est utile, cet agrégateur).

Je fais une démonstration de paramétrage netvibes (apparemment, il fallait), où du coup on repère que le festival de Noirlac est anoncé chez zazieweb et chez Lorenzo Soccavo, qui vient mais que je n’aurai pas croisé : pas de hasard dans les cartographies virtuelles. Je fais une petite traversée de Face Book à la fin, excursion sur les faces noires en surplomb du web, perspectives sur algorithmes Google etc.

Mais, puisque la question principale c’était : Où trouver conseil pour commander nos livres ?, la balade emmenait quand même dans quelques territoires fiables de propagation pour ce qui compte.

Qui m’aurait dit que je connaîtrais la gare de Saint-Amand Montrond ? Et qu’en plus, pour cause d’électrification des voies, le train est remplacé par un autocar Chargelègue des Deux-Sèvres (tiens, au fait, un Chargelègue des Deux-Sèvres était interne avec moi en terminale). Ce qui me permet, outre du temps pour bricoler ces photos, de voir Sarkozy à la télévision dans un bar à Vierzon vu les 40 minutes de correspondance (t’as voulu voir...) — atterrissage.

Nos démonstrations d’ordinateurs, nos réflexions sur le livre, sont souvent hébergés en lieux tristes de l’environnement urbain : ici, toute l’histoire du livre fondait aux lumières.

Alors quoi penser de ces touristes, déçus de venir à Noirlac et d’y trouver 19 fois 30 mômes à qui on parle littérature et qu’on fait expérimenter les problématiques de l’écrit ? On comprend leur rancoeur : "sous prétexte d’activités culturelles et artistiques", signé "une enseignante (laïque) à la retraite" ? Rien que pour la question posée par cette dame, bibliothécaires blogueurs, n’hésitez pas à faire lien vers cette page !

livre plié © Brig Laugier - pas de repro merci



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 septembre 2007
merci aux 2638 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page