< Tiers Livre, le journal images : journal | blog et blog inverse, une idée

journal | blog et blog inverse, une idée

J’hésite beaucoup à lancer un nouveau blog, un blog juste pour moi – anonyme ou pas –, où j’inclurais chaque jour une de ces ces curiosités observées sur Internet. Une sorte de leçon de monde, ou de compilation du monde réel par prélèvements. Et puis, je pensais, du coup chaque chose prélevée à la pipette web dans tous ces articles qui nous passent chaque jour dans les mains, comme autrefois le journal papier national ou local lentement et exhaustivement lu, il pourrait y avoir le même blog, en passant d’un clic du billet A au billet B (en détournant la fonction de bilinguisme, par exemple, texte en français / texte en anglais), on aurait la même chose mais récrite en toute liberté comme dans un monde inventé, ou renversé. En fait c’est allé plus loin que ça : un moment j’ai eu une lumineuse idée de nom de domaine, et dans ces cas-là pour moi c’est irrépressible, je vais sur ovh et je l’achète pour 1 an avec l’hébergement de base. Le plus souvent, au bout d’un an, je les abandonne à nouveau. Celle-ci on verra. Aujourd’hui, par exemple, j’ai vu cette exhumation de momie chinoise de la dynastie Ming sur le site du Telegraph, j’ai lu ce passage d’Umberto Eco à propos des souterrains donnant sur cette fausse maison du 145 rue Lafayette, et suis resté longtemps à détailler le fait qu’on pouvait s’acheter soi-même son propre drone et l’équiper : qu’est-ce qu’on pourrait inventer, en littérature, si on remplaçait notre appareil-photo par ce machin-là, ou qu’on s’y suspendait soi-même ? et j’ai déjà probablement oublié d’autres choses ainsi vues ou lues ou parcourues, parfois reprises en lien sur Twitter qui me sert d’archive et de mémoire, mais qui, dans un blog qui leur serait consacré, deviendraient une histoire, un monde parmi des milliers d’autres bulles-mondes. Internet nous émerveille, en prendre acte. Et puis voilà, ça finit dans Tiers Livre, qui est quand même mon propre monde. Et puis, les idées de ce genre, c’est juste l’indication qu’on est en panne sur les projets principaux, qu’on passe les heures comme ça à se balader sur des détails (on le faisait pareil avec les journaux et magazines et revues du temps papier), ou qu’on n’a pas avancé dans les 3 articles en retard etc.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 28 août 2013
merci aux 417 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page