journal | sens des tuyaux


Je dis « sens des tuyaux » dans une acceptation totalement littérale parce que tenir un journal c’est guetter ce qui sort de soi, ou au moins une vague intuition qui cristallise et des fois mais non, rien du tout. Ça ne veut pas dire que j’ai une vie vide ou la tête à sec. Samedi à Aulnay/Futuriales pour la 1ère fois je me lancerai dans une impro Lovecraft. À l’heure qu’il est je n’ai rien, sinon mon point de départ, et quelques points-clés nodaux par lesquels je voudrai passer. Qu’est-ce que j’aimerais, comme pour Proust il y a 2 ans, avoir comme ça une dizaine d’impros HPL. Évidemment, le projet #1925, bouffe-temps considérable et marathon d’un an ça doit être à peu près comme les mecs qui traversent l’Atlantique à la voile, vers le milieu t’as pas trop l’impression d’avancer, plus le premier rongement dans la trad des Montagnes de la folie, comme un exercice de cirque à chaque ligne, ça ne me laisse pas trop de place pour les alentours. La discipline de prendre le train pour Cergy le mardi matin ça fait comme une sorte d’intangible : bizarre une école d’art, ça tient d’une sorte de festival permanent, ou scénographie de théâtre, les salles reconfigurées chaque jour, les 5ème année ont leur diplôme, à la fois content pour chacun, à la fois étrange sentiment de bateau qui s’éloigne avec tous les boulots et les discussions amorcés, et c’est plutôt avec les 3ème année maintenant que chacun des collègues on se trouve immergé dans le face à face, hier la sensation d’avoir vu des InDesign du matin au soir (un moment je lève la tête, je vois devant moi un Gracq prêté à une étudiante, ni moi ni celui avec qui on était dans l’écran ne l’avons vue venir le déposer). Ces deux moments très très étranges et beaux, hier matin et ce matin, avec le même élève, il monologue sur des concepts ou des mots, parfois je relance ou je lui donne à réécouter ce qu’il dit, l’iPhone enregistre en audio mais moi je recopie à l’ordi à mesure, et le voyage nous embarque dans des endroits d’une très grande audace et précision. Ou ce moment ce matin avec celle qui avait acheté dans une brocante une poignée d’anciennes photos, et c’étaient autant de fantômes d’histoires qui nous approchaient invisibles. Dans ce boulot on ne s’appartient pas, donc pas possible non plus de raconter même quand on voudrait, ne serait-ce que pour soi-même. Je dors sur place, mais hier soir en quittant à 19h même si ça laisse 12h d’intermède pour soi pas en état de faire quoi que ce soit, sinon ce matin mon heure toujours pour le #1925. L’appareil photo est resté dans le casier, pourtant comme d’habitude une pulsion à fixer ces mondes temporaires, objets, arbitraires de l’être-là, envoyé des photos iPhone sur la mer Facebook, c’est un peu comme la différence entre l’oralité qu’on y met et ce qu’on peut écrire quand on écrit. Je devrais me forcer à ne pas photographier à l’iPhone et me tenir prêt pour ces arrangements de lumière dans les salles ou la cour, revenir en se disant que ces petits éclats, puisqu’on ne photographierait pas les visages, seraient une trace intérieurement importante. Chose bizarre, à deux reprises, une hier et une aujourd’hui, alors que pendant 2 jours je me promène toujours avec l’ordi sous le bras, j’ai oublié ma bécane là où je l’avais posée, ayant même du mal à retrouver où ça pouvait être, obligé de reprendre en amont mes parcours et refaire le circuit. Première fois que ça m’arrive, ça.Donc une fois de plus je cherche où j’étais pile il y a 10 ans, et je tombe sur cet aller-retour à Schaerbeek pour une lecture-perf, je me souviens assez aisément que c’était sur les Stones, souvenir aussi d’être arrivé en fin de matinée pour le truc le soir, et parti tôt le lendemain matin comme d’hab, maintenant peut-être je ne ferais plus.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 juin 2015
merci aux 653 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • (la journée entière à saisir) (finir le billet otto et mezzo) (commenecer à penser à l’alphabet, les alphabets plutôt) (l’image sert vraiment beaucoup : c’est cette pratique-là qu’est le journal, quelque chose qui a à voir) (le souvenir dans le doute, mais là je n’en ai pas, puisque) (quelques mots, passer le temps, passent les jours et passent les semaines-charlebois qui chantait ça, ou alors c’était Léo)(Léo c’est sûr)(demain jtape soixante deux quand même)

  • on était 7 à table (y’avait murakami et mahfouz d’invités aussi) (sans compter dickens, mais pour plus tard) champagne et pistaches, ça a été (le studio est en passe d’être) (une belle histoire enfin pour le paranoïaque que je suis) (trop chaud, trop de saisie, trop malokrâne) (précédemment, on était 4 à table, j’ai dit cinquante deux, personne a bronché) (jles embrasse, tous les 9) (faut savoir compter, dans ces cas-là) (hum) (comme quoi je fais pas mon âge) (je retente monsieur loyal je croise les doigts et je dis "buona fortuna...!!")

  • (je prépare un truc sur madame Muir) (la saisie, c’est une malédiction mais je la pratique) (signé le studio) (je commence à ranger la chambre du fond, ça m’horripile, tant pis) (je fatigue tu sais, les tentatives toujours avortées, les propositions sans suite, bien sûr ne faire les choses que par soi-même mais cette solitude-là quel pataquesse) (jsais pas comment ça s’écrit, j’y aurais bien mis un k pourtant) (jsuis fatigué et j’en ai gros sur la patate, je crois que c’est à cause de la jeune E. qui a des difficultés avec son théâtre, et ses profs idiots abrutis hystériques )(pff) (je mets encore le loyal mais qui sait s’il va venir, cette fois)

  • (hier soir au ciné c’était "casa grande" brésilien (Felipe Barbosa, 2014) assez recommandable) (assez fin, scénario serré actrices et acteurs empathiques) (je fatigue toujours, mais je surnage) (je ne sais pas comment d’ailleurs) (je remets l’image de l’avion à tout hasard-plus ça va plus ce voyage semble contreproductif...)

  • hier soir c’était "Millenium Mambo" (Hou Hsiao Hsien, 2001) si on aime le genre (héroïne plus ou moins respectueuse, elle l’a dans la peau, il la bat, elle se tire, elle revient, elle boit, se drogue lui aussi elle s’en va revient enfin tout le kit) (faut aimer dans le genre c’est vraiment du beau cinéma) (saisie finie, on range la chambre du fond, on fait la compta et on pense au reste aussi) (vu TNPPI aujourd’hui, ma soeur "tu peux lui parler, elle n’est pas sourde" quel lavement que cette maudite famille, parfois jte jure) (punaize) (il commence à faire braire ce spip sans image)

  • (c’est le pot de départ (à la retraite, fin juillet je pense) de mon ami D. genre de raoût un peu lourd mais que peut-on faire ? N’y pas aller ? Un ami, allons, vingt cinq ans de maison... bah) (sans photo la vie est difficile au journal : D. en fait, de magnifiques, j’en fais mes cartes de voeux- ici je ne suis pas sûr d’en avoir jamais posé) (levé à 4.15 la vie est moins facile, on a envie de dormir, on a envie que le monde cesse de nous importuner-il importune, c’est à ne pas croire- même pas faim, rien que de la tristesse) (je ne sais pas bien si c’est ce pot, peut être après tout) (j’ai fait mon ménage, cuire des courgettes achetées ce matin au marché-enfin c’était une heure) (je fatigue, je vais dormir)

  • (y’a un truc que je ne parviens pas à comprendre c’est pourquoi le truc de maçon link-truc-de-chiottes ne se résoud pas à savoir que j’en ai rien à foutre des emplois de consultants sénior digital innovations expert ou directeur général microfinance en Afrique de l’Ouest : j’ai juste putain pas le profil de maçon de l’emploi, si ?) (hier soir y’avait pot c’était bon champagne enfin oui, le speech du chef de dèp était à vomir mais qu’est-ce qu’on peut faire, rien on continue) (un truc sur madame Muir, l’une de mes héroïnes favorites-elle écrit et c’est ce qui la sort de sa condition...) (fait beau hein)

  • L’intelligence du "service public" de france cul supprime l’émission de Sophie Nauleau et celle de Colette Fellous (deux émissions qui traitent de la poésie et de la littérature) : on argue pour cette suppression du fait que ces émissions ne seraient pas productrices de suffisamment de podcasts. L’hypocrisie de cette direction (équivalente à celle de mon chou qui dirige la boîte) n’a pas de limite (l’éviction de Alain Veinstein était de la même eau). J’ai fait parvenir à cette insupportable direction le mot suivant :

    "(sélection des sujets inefficace, mais pire : simplement idiote)
    Bonjour, J’apprends que les émissions de Colette Fellous et Sophie Nauleau ne seront pas reconduites à la rentrée et je m’élève avec la plus grande vigueur contre ce choix inique (je passe sur les raisons inutilement graveleuses émises par cette direction "insuffisance de podcast" quelle odeur nauséabonde, frappée à l’aune de cette direction palissandreuse qui veut les faire payer...) : il s’agit d’un nouveau mauvais coup porté à notre (oui, notre) radio.
    Au lieu de vous en prendre à la poésie (qu’on écoute et qui nous aide à penser), tentez plutôt de chasser l’idéologie (celle par exemple de ce chroniqueur du matin-vers huit heures et quart, vous avez remarqué ? on coupe les émissions à cette heure là-et qui commet aussi des billets vers 18 le dimanche : s’il y a des économies à faire, elles seraient alors mieux venues ).
    Continuez ainsi et on ne vous écoutera plus.
    Un auditeur indigné, parce que inspiré par vos pratiques.
    PdB."

    Ce que j’en dis...

  • première surveillance d’ épreuves - la semaine dernière pour des CAP charcutier - traiteur - sur leur table de quoi écrire et des crayons de couleur pour l’épreuve d ’arts appliqués - par les fenêtres entr’ouvertes on entend la tondeuse -

  • (lettre rar de centre du livre m’informant que non, l’étude auteurs ce sera pour la voix du peuple, laquelle a déjà établi le sondage des trente mille non assujettis) (y’a que ceux qui travaillent qui travaiellent dit le dicton) (je m’en fiche un peu -si je retrouve je suis à peu près sûr d’avoir pronostiqué ce choix-mais je vais quand même regarder la promotion nationale administrative où se trouve cette fleur-là histoire de me renseigner) (toujours pas de photo dis) (ce soir ce sera carbonara) (j’ai rangé mes papiers, tombé sur une lettre gestion prévoyance qui me réclame huit cent quatre vingt huit euros : j’appelle, assez remué quand même, on me dit que c’est une "approximation législative obligatoire") (en réalité am dette se monte à quatorze euros trente) (c’est mieux) (je fatigue, tu sais)

  • (hier, allant à jaurès à pied-y’a plus d’arrêt sur la ligne nation &toile par barbès à stal tu comprends-, j’ai failli me foutre la gueule par terre : glissant à peine je me suis dit que j’avais alors perdu une vie) (j’ai rien trouvé en cherchant mais pas complètement non plus) (je suis fatigué, je continue mon alphabet) (j’ai vu que la varda avec un type faisait appel à la générosité publique pour pouvoir faire un road movie, j’ai même pas trouvé ça drôle) (pas de travail, pas de travail, pas de travail...) (brrrr)

  • (pris des photos de la germaine et de la geneviève qui sont dessinées sur des rideaux de fer d’une ex librairie rue ramponeau) (je suis tellement fatigué déprimé que même la nuit quand je dors le truc reste là et m’accapare : ras-le-cake jt’assure-tout ça parce que j’ai pas un euro devant moi putin)

  • (le prochain ce sera "Rome ville ouverte" (Roberto Rossellini, 1945) parce que c’est comme ça) (je veux bien me promener, faire des trucs sur l’alphabet, regarder le monde vivre - et jeûner, ils sont sur les dents comme dit le sens commun- mais parfois, si par exemple C. commence à faire le connard à suivre ce type d’injonction, c’est un peu comme si c’était ma fille ou mon fils -j’en ai pas, c’est vrai mais n’importe-, j’ai juste envie de lui filer une beigne pour le réveiller) (bon alors ces images ça ne marche pas alors que j’en ai une magnifique sur les gâteaux du soir) (je peux m’en aller faire un billet avec ces images-là, en même temps, et l’intituler "sur le bureau" ça vous aura une autre dimension) (un billet en attente sur instin en tout cas)

  • hier soir on regardait "Phoenix" (Christian Petzhold, 2014) (dédié à Fritz Bauer) aigü et tenu, magnifique (j’ai attendu un moment la -vengeance, tu vois, parce que, pour moi, elle est toujours actuelle mais c’est encore mieux, au fond) (j’ai pensé à ces gens de Charleston, là, mais si une telle horreur devait m’arriver, le pardon je n’y arriverai pas) (je commence la couleur de l’alphabet) (les images me manquent, tout cela est d’un sérieux jte jure) (je lis "la théorie des cordes" de José Somoza-cadeau d’anniversaire merci tant et tant) (hier vers six heures un txto de A. "bonne fête !! je t’offre une cravate...") (tout cela est là, et tout cela attendra, pourtant) (je crois me souvenir que je pensais que ce film était interprété par ce type qui se nomme comme la boite de nuit où Nelly rencontre retrouve son Johnny)

  • (il est rentré avec un paquet très entamé de chips tricolores bleues rouges normales, comme il était dix heures du soir, on a préféré croire qu’il avait mangé avant l’heure, mais j’ai bien l’impression qu’il est coincé tout en faisant comme s’il ne l’était pas) (je suis 2 encore au centre du livre meilleur prix (30/30) mais "compréhension du contexte (ahahah) et de la problématique (FO), la méthodologie (passe encore), les prestations proposées et le calendrier, la note qui vous a été attribuée est de 15/50" foutre tu vois) (références et équipe mobilisée : bibi lolo, ce sera tout : 10/20) (il y a une chanson que j’aime beaucoup ces temps-ci, c’est "frédéric" de et par claude léveillée)(elle est là) (fuck off)