2019.08.24 | synapses

sommaire & derniers billets, ou
une autre page du journal au hasard  :
Marcel Renault, la mort, les frites

précédent _ suivant

Elles n’avaient pas évolué dans leur constitution ; la méduse était dotée d’un synapse unique, associé à huit, seize ou trente-deux neurones, moins que les poulpes, plus que les vers des fonds marins profonds. Seulement, leur massification dans ce processus de destruction progressive de leurs prédateurs, d’acidification des océans et des pollutions aux plastiques, leur avait permis, à la façon dont elles constituaient peu à peu ces masses galactiques, gélatineuses, la mise en réseau de ces briques élémentaires. La logique des réseaux avait fait le reste. Une espèce pouvait nous succéder, héritière de tout notre savoir, ce savoir étriqué qui n’avait pu nous sauver. C’était en cours. Institut océanographique de Monaco.

 


LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 24 août 2019
merci aux 169 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Alors j’étais ce samedi et je crois pour la première fois - c’est une des étrangetés de vieillir, parfois, sans que la mémoire soit mauvaise mais simplement parce qu’on dispose d’un historique trop profond, on ne sait plus -, donc je crois, oui que c’était pour la première fois mais traîne un doute, à un meeting d’athlétisme, en spectatrice, dans les gradins. C’était un meeting international et j’étais enchantée de pouvoir observer deux des frères Ingebrigtsen courir "en pour de vrai", parce qu’alors ça je le sais, pour avoir assisté à bien des matchs de foot, des pièces de théâtres et des opéra, le en vrai des yeux et des oreilles c’est infiniment plus fort que le en boîte des écrans, lequel est beaucoup mieux que rien, je ne veux pas dire.
    Et ce qui me restera de cette, je crois, première expérience, ça sera plutôt ceci, au delà de l’admiration éperdue pour les athlètes et du bouche bée devant certaines performances, ça sera, oui, tout le ballet des accessoires et des accessoiristes, tant de petit matériel déplacé d’un bout du stade à l’autre, ni trop tôt, ni trop tard. Et parfois s’être demandé, mais à quoi ça sert ?, qu’est-ce que c’est ?, médusée.

    Voir en ligne : L’athlétisme, on y revient

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document