cité des mots


Juste dire lectures en ce moment : les conférences à Toronto d’Alberto Manguel, dans La Cité des mots, qui résonnent aussi bien sur le Net et le virtuel, l’espace et la géographie (mon petit texte dans Scriptopolis, nous ne sommes pas perdus, puisque nous sommes ici vient tout droit de cette histoire Inuit qu’il raconte), et comme la présence de Borges y est discrète mais récurrente, lu hier soir L’Atlas, non pas cette dérision posthume, mais publié en 1984, repris dans le Pléiade tome II (non non, il n’est pas à vendre, le mien !), ces textes brefs sur des villes traversées ou remémorées, Tokyo ou Genève ou la Grèce, que j’avais pris au départ pour un livre de circonstance, hommage à Maria Kodama et ce photographe assez terne. Mais à considérer chacun de ces fragments ancrés sur un lieu précis, tout autour du monde, fabuleux texte sur juste l’idée de coin de rue, et le fait que, n’importe où qu’aille, on ne puisse voir mais juste se souvenir, surprise de trouver cet Atlas une sorte d’anticipation concrète de notre écriture brève avec documentation monde associée, qui est celle de notre pratique Internet.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 4 juillet 2009
merci aux 633 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Veillé jalousement par l’intendante. Elle prend sa retraite. Et lui aussi, faut croire.

  • et survivance de ce qui tend à s’effacer de la ville. Lecture d’un article court sur Atget ce matin, et se poser la question : pourquoi la nécessité précisément de ces livres, Atget et cet autre sur Brassai, alors que bien plus d’images disponibles sur le net.
    Garderai mes Borges aussi, contre vents et marées.

  • Aux States, tu tournes le coin, tu changes d’univers visuel et sonore.
    New Orleans
    - un type joue de la trompette, seul à l’entrée d’un jardinet.
    - puis, arrêt du tramway(nommé desir), intêret à avoir la monnaie, machine ne rend pas.
    - puis vous crève les yeux, la pub du gros" blue dog" de George Rodrigue avec reflexion sur l’art.Art is a timeless expression of a moment.
    Oxford (Miss).
    - l’ice-cream parlor où Gavin Stevens offrait une glace à la fraise à Linda Snopes, il lui formait l’esprit...on tourne, c’est la statue de Faulkner devant le palais de justice.
    Memphis
    Un flic en Segway pile devant le BBKing de Beale street où le pianiste se donne à fond.
    mais le plus beau coin de rue , c’est l’angle qu’occupe le Sun Studio : on pousse la porte et on en a plein les oreilles de rock, plein les yeux de graveurs de 78 tours des années 50.
    - Encore un angle au milieu de rues desertées, le Lorraine Motel où MLK a été tué, émotion et musée des droits civiques d’une exceptionnelle teneur.

  • on aimerait que ça tombe, cette température, au boulot depuis 7 heures, régler les trucs, et pourquoi faire ? avancer une machine qui vous enverrait paître sans aucun souci, il ne reste qu’à tenir et faire le ménage de fond en comble, histoire d’oublier et de faire du propre (photo : le dimanche matin, rideau de pluie sur Lisbonne)

  • la fête à l’autre bout de l’allée commence, on l’entend, c’est un anniversaire surprise pour un mari disait le petit mot distribué discrètement ce matin ; j’ai ouvert tout à l’heure une boîte de thon dans la cuisine et aucun chat n’a surgi réclamer sa part (et la préparation d’une salade de riz et de thon me rappelle toujours ce roman de Vasquez Montalban dont tout un été les personnages passent leur temps à manger entre amis de grandes salades de riz et de thon- La joyeuse bande d’Atzavara) ; la jeunesse de la maison se prépare à partir faire la nuit du cinéma en commençant avec Clark Gable dans un sous-marin au palais de Tokyo pour enchaîner avec un remake turc de La guerre des étoiles, mythique, géant, cultissime, paraît-il

    Voir en ligne : L’employée aux écritures

  • Pour la première fois se retrouver dans une revue publiée. On dira ce que l’on voudra mais ça fait quelque chose.

    Fait un tartare de saumon à l’aneth avec des légumes grillés ce soir. Mais ça doit être le vin blanc qui t’endort dans le canapé. La musique de Mogwaï se noie dans les chaleurs qui s’évaporent à la nuit tombée. Un moment de tranquillité.

    Voir en ligne : KMS

  • ... sur la fin par une perte (ou un vol) ridicule. Confirme que mes ami(e)s sont ce qu’il y a pour moi de plus précieux - enfants mis à part -. Me serais volontiers passé de la confirmation.

    (photo : la caméra de Véronique)

    Voir en ligne : traces et trajets

  • c’est les soldes, il faut que je m’achète des pantalons clairs, pour vous plaire, et des lunettes de soleil, c’est l’été et la purge continue, tous les matins, tous les matins 5 juillet, tous les matins, vraiment comme ce mot de cure est adapté (sur la place, avec mon frère parfois, le dimanche)