effacements

sommaire & derniers billets, ou
une autre page du journal au hasard  :
littérature et violon au Rex à Cavaillon

Ici, dans le Sud, commence cette façon italienne des médaillons avec le visage des morts. L’émail s’efface comme les inscriptions, et fait d’eux des allégories du temps, tandis que l’énergie des visages, la façon des cheveux, assigne directement atemporellement l’époque. Dans cette paix de lumière et de soleil, on est avec eux en bonne harmonie et tranquillité. Et sans doute que je refais la même photographie faite il y a 2, 4 ou 6 ans, peu importe : ce qu’on fixe sera ce qui lentement change ou se défait, image des images.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 5 août 2010
merci aux 433 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages