« François Bon est vide »

pour les 10 ans de Facebook, relecture façon almanach des Postes de mes premiers statuts, 2006-2008


complément du 2 février 2014
Pour les 10 ans de Facebook, et en complément de mon billet de 2009 Facebook mode d’emploi, cette bonne idée que j’avais eue en 2008 de recopier dans un fichier mes 2 premières années de statuts, après inscription en juin 2006... Une communauté très resserrée, un usage qui ressemble plus à celui des débuts de Twitter aussi (que j’ai rejoint en avril 2008). Donc pour archéologie et curiosité. Je regrette de n’avoir pas indexé la date avec le statut, ce qui est encore un exemple de comment les réseaux ont changé notre pensée web...

complément du 05/01/2009
Étrange que cet article continue de recevoir des visites : ça s’explique si des personnes nouvellement arrivées sur Face Book cherchent à s’approprier l’outil. Cet article date d’il y a 1 an, Face Book (arrivé en France vers juillet 2007) a probablement triplé son audience depuis lors. A lire donc comme témoignage d’une première phase de de ce réseau d’échange, dans un premier temps plus limité à notre partage web/web d’animateurs de sites... Et je le laisse pour archive.

complément du 31/12/2008
A voir d’urgence : Le livre des visages, vidéo (15’), « 1 an de statuts sur face book, 1 an de photographies sur liminaire ». Et l’occasion de visiter en détail le fabuleux liminaire – ajouter aussi le salutaire bac à sable, de la belle inconvenance !

complément du 27/12/2008
Outre KMS ci-dessous, les listes d’Arnaud Maïsetti, Pierre Ménard et Virginie Clayssen (plus, depuis : Benjamin Renaud, Lignes de fuite).

intro du 26/12/2008
Mine de rien, l’explosion de Face Book aura été un des grands changements Internet de l’année. Arrivée de l’interface 2, au début très décevante, et puis qui s’est remodelée, ou recentrée sur les nouvelles fonctions (voir mon Face Book mode d’emploi).

Ainsi, les groupes sont passés au second plan, et bien difficile de les maintenir en vie. Apparition des pages « fans de » qu’on pourrait considérer comme une régression, important sur le Net cette espèce de hiérarchie via « personnalités publiques », alors précisément que le Net c’est le contraire, du moins ce que les réseaux sociaux nous apportent de mieux.

L’intégration du travail de fond, ce qu’on fait sur nos sites et blogs (répétons-le constamment : Face Book n’est pas un outil de contenus, mais il donne une autre ampleur, en l’orientant, la sériant, à la propagation de nos contenus), est devenue le point fort.

Mais le succès de Face Book, sur quoi n’a pas mordu Twitter, c’est bien le « statut » : la petite phrase en 250 caractères maxi qu’on insère au jour le jour, et qui s’affiche en tête de page. Au début, c’est même ce qui m’a donné l’idée de ce petit journal (toujours contributif, mais que je laisse évoluer autrement). Et, depuis deux mois, voilà aussi qu’on peut commenter les statuts de nos relations Face Book, la petite boîte « chat » en bas à droite permet aussi des conversations impromptues avec ceux qui sont en ligne, qu’on les connaisse ou non (celui hier qui s’indignait du fait que je ne parle pas de Christian Gailly : mais il n’a qu’à nous rejoindre sur Internet, ledit Christian ?).

Face Book chronophage ? Je ne crois pas. Plutôt un autre usage du navigateur de l’ordi. On est de plus en plus à avoir sur l’ordinateur une large part de notre travail, ou de la part sociale de notre travail. Notre temps social est devenu un temps écran : finalement, à le resocialiser, on élimine une part de la frontière temps ordi et vie sociale – Face Book, en concentrant le fait relationnel, serait plutôt un allègement.

Entre les e-mails, la fin du courrier postal, la réduction (pour moi, devenue quasi zéro) du temps téléphonique, c’est donc plutôt de transfert qu’il s’agit. D’ailleurs, les statuts Face Book, s’ils diffèrent pour chacun, interfèrent rarement (je parle toujours de ce qui me concerne) avec la vie privée, qu’il s’agisse de la vie hors ligne, ou même de ce qu’on écrit et travaille pour soi. Bizarrement, ces temps-ci (certaines périodes j’essayais plutôt deux ordinateurs), je reste connecté pour le travail perso (besoin de doc, de dicos), mais je mets le portable en 2 endroits différents. Alors, le passage sur Face Book, ou l’onglet qui reste ouvert parmi d’autres sur Firefox (par exemple, là j’ai cet onglet, par lequel j’écris sur tiers livre, un onglet par lequel je télécharge des leçons de guitare de Stephan Grossman, et l’onglet face book, même si je ne le regarde pas. Pour beaucoup d’entre nous, c’est la vie sociale qui change : l’écran permet de garder le contact avec des amis (les amis réels, même si on ne se connaît que dans le virtuel) très loin, ou bien juste de l’autre côté de la rue. Et, pour nous qui travaillons à la maison, ou bien, si en déplacement, se retrouvons le soir entre hôtel et trains, c’est comme lorsque, à la Maison de la radio, une fois qu’on a fini un enregistrement et avant qu’on lance le suivant, on va jusqu’à la machine à café et qu’on échange trois nouvelles avec ceux qui sont devant (enfin, du temps que la radio nous sollicitait : si Face Book et autres outils sont aussi importants, désormais, c’est bien parce que la totalité de notre ancienne vie professionnelle a basculé, et continue).

Donc, le petit statut Face Book, 140 caractères à l’intuition, et on les change le lendemain. Pas grave si on l’oublie pendant 3 ou 5 jours. Pas grave non plus si, dans une journée où on reste à l’écran, on le change 3 fois dans le jour. L’ordinateur, l’immédiat du travail, y est évidemment surdimensionné : ce n’est pas une image de vie réelle. C’est juste l’image de notre relation au réseau.

Au début de Face Book, je les archivais dans le petit bloc-notes numérique de mon Mac. Parfois j’ai dû oublier de le faire. Ces derniers temps, je ne le faisais plus, mais je découvre que Face Book autorise de les retrouver et de remonter le temps (je les laisse en chronologie inverse), alors voilà.

Il y a quelques mois, lors d’un plantage, pendant quelques heures nos pages Face Book s’étaient retrouvées toutes blanches. J’avais découvert cette inscription : François Bon est vide. Comme après tout c’est le risque qu’on affronte collectivement avec la propagation de tels outils (mais convaincu cependant que la meilleure conjuration du risque, c’est de l’affronter de l’intérieur), ce sera le titre. Finalement c’est quoi, ces statuts ? Rien ou à peu près rien. Si c’était quelque chose, on ne le mettrait pas à cet endroit.

Je rappelle que le statut est toujours précédé de votre prénom, incitation à écrire à la 3ème personne, et sans sujet. N’hésitez pas mettre vos propres compils en commentaires (dans ce cas, avec lien vers votre profil, qu’on les retrouve !).

 

François Bon est vide | deux ans de statuts Face Book


- aimerait faire une invention

- tableau noir inside

- article renvoyé dans les choux ça valait le coup tiens

- la comptabilité ne devrait pas être considérée comme une des grandes inventions de l’humanité

- s’en va faire son article sur Perec et l’art contemporain (aïe aïe les retards)

- alternances vies secrètes pas du luxe

- s’engage à répondre en 12 jours aux mails en retard

- lever 4 h mais pourquoi faire sais pas

- flotte

- s’en va lire un Simenon pour le soir

- reverse-proxy veut dire : un étudiant branché wifi au Mac’Do peut lire tout publie.net à la BU d’Angers et Shibboleth c’est encore plus le panard

- s’en va lire publiquement l’Embranchement de Mugby de Dickens avec les copains du théâtre de Tours

- se lève résolu à arpenter les métadonnées

- une blanquette cuisinée selon une recette trouvée sur le Net est-elle une blanquette numérique ?

- regarde publie.net passer les 200 textes en ligne

- calendrier blanc pour 1 mois, camp de base n° 1 pour la montagne des retards

- pense à Schopenhauer

- vient de demander à une étudiante : elle est où ta folie à toi, et l’a regretté ensuite

- vit chez lui de 1h du mat à 6h le lendemain pendant 3 jours en plein hiver

- 5 fois ce matin que Word qui plante, ceux qu’ont déjà migré vers OpenOffice se marrent

- c’est à cause de Jimi Hendrix dont que je parle, ou de Léopard ?

- aime pas les boulots qu’on est obligé de faire, seulement les autres

- bon et à part l’ordi le dimanche on fait quoi

- a fait la connaissance du vrai Pierre Ménard, mais lequel.

- blues runs the game

- emporte à Poitiers l’oeuvre complète d’Henri Michaux (et la rapportera ce soir)

- en traversant lentement Dijon en train, ai cherché à voir si Chevillard y était, et non : il ment, il n’habite pas Dijon

- City Hotel Lausanne face book comme remède à insomnie récurrente suite lecture publique ?

- en impro lundi soir Lausanne BCU thème "bibliothèque idéale."

- a longtemps regardé le nez d’un silure

- journée off (brain off activity off curiosity off feet off and so on)

- Hambourg Tours via Toulouse et 200 euros dans le pif merci Air France

- Kiel fini boulot, espère avion pas grève Hambourg demain 10 h

- boucle son sac, 3 jours de stage sur la Baltique

- TGV bloqué, on nous dit à cause d’un chevreuil, c’est même pas vrai

- Strasbourg dans la journée

- Poitiers sous la pluie, l’étudiant qui regarde le Net sur l’ordi en cours, c’est pas moi qui peux le lui reprocher.

- a rempli son sac pour Poitiers, 1 fac simile Rabelais 1532, 1 Rabelais 1780, 1 Rabelais sur la Sony, 1 Rabelais sur l’iTouch - devinez de quoi on va parler

- bouclé les 16 pages

- doit passer aux écrits obligatoires

- vient de lire sur interface Face Book la phrase : François Bon est vide.

- bruit de la pluie sur la vitre (nuit proche)

- refuse de travailler jusqu’à date indéterminée (ce soir ?)

- sera demain à la Cinémathèque

- part à la banque

- lave le sol

- cuit

- jeudi 23 19h, perf Cinémathèque : le rock, le film, les Rolling Stones

- TGV hier TGV aujourd’hui : en fait les seules heures immobiles.

- s’en va à Montpellier

- bonne grippe ravive souvenirs

- fatigue réelle vaut bien fatigue virtuelle (no more ordi today)

- des jours que je repousse d’aller à la Poste (ô monde ancien)

- dort à Chaumont sans dormir

- dans une langue que seul parle et pas assis tout le jour

- est passé sous le pape via la ligne 4, rien vu rien entendu

- a imprimé le calendrier du mois

- s’en va au ravitaillement

- va débrancher l’ordi (faut, un peu)

- Bourgueuil puis Saint-Nicolas de Bourgueuil récréation

- marrant, les mecs qui vous déglinguent dans les journaux et après veulent faire ami sur face book

- wifi by night autrefois on traînait au bistrot

- travaille mieux sur 2 écrans qu’1 seul

- 822 kilomètres pour retrouver face book

- fait sa valise (8 livres sur Hendrix = 7 kilos, 140 livres dans la Sony = 250g)

- court-circuit dans une vieille prise, tout l’après-midi pour trouver, tout déménagé.

- facebouque après 5 jours, peut-être ça suffit comme rythme

- 6h40, bruit de la pluie, 3ème café, quitter firefox et se mettre à travailler

- dormir silence

- interdire aux mouches atterrissage récurrent sur le 20"

- tête farcie

- aime bien quand le Net s’agite

- Leroy-Merlin pour les réparations plomberies : je préfère vraiment l’informatique

- écrire sur InDesign comme sur les murs d’une maison vide où se rajouteraient sans cesse pièces et couloirs

- la pluie fait du bien

- marre du bruit du chantier d’à côté

- lettre tricolore : plus que 3 points sur mon permis, c’est trop riquiqui qu’ils ont dit

- vent et pluie, vive l’ordi

- installé à la lumière du jour ordi sur les genoux on n’en revient pas

- salon du livre journée pro (papotage pro)

- ira demain à Lorient en train

- des fois le soir donne une solution

- porte ouverte malgré le froid

- lire 1 heure dans la voiture devant le Palais des Sports (mon sport du mercredi).

- manque d’air

- va à la Poste (une fois par mois)

- réouvrir les logiciels audio (y avait longtemps)

- s’en fait un peu (s’en fait)

- est revenu d’Orléans et n’y retournera pas demain

- ira demain à Orléans franchement c’est pas souvent.

- a rouvert les volets de la maison virtuelle

- a cherché Vies silencieuses de Samuel Beckett pendant 2 jours dans sa bibliothèque sans trouver : c’est lui qu’a fait le coup, c’est sûr.

- a écrit une lettre (une vraie)

- aux arrêts

- qui fera le compte des "amis" retirés de nos listes ?

- n’aime pas les cartes de voeux de ceux qui ne les payent pas de leurs sous (plein la poubelle, en quadrichromie)

- aime Dickens (pourquoi surtout l’hiver)

- ordi overdose at last

- pas trop fier de sa journée

- a retrouvé le vieux stylo plume et une cartouche à mettre dedans : mais c’est vachement
mieux qu’un ordi, ces machins là ?

- continue Lucien Leuwen : qu’est-ce qu’on apprend d’un grand livre raté

- ouvre timidement les heures vides.

- dans la grande maison vide de Gracq

- lit des livres de voyage

- doit s’occuper des horaires Bruxelles 11 janvier mais non, vraiment

- agenda vide, ouais

- ménage et réparations : c’est aussi se réparer soi ?

- est-ce que l’ordinateur est un travail manuel c’est pas sûr

- en finit pas de jeter des papiers, même des livres : migration numérique devient presque phobie

- programme une base

- tempête prétexte : ordi en chambre

- avant 3 h d’autoroute sous pluie

- sac pour stage d’écriture : lourd

- pluie dehors, ménage dedans

- découvre Cicéron

- parler d’Artaud compte

- s’est fait barboter son téléphone portable presque sous son nez

- ne fait pas tout ce qu’on lui demande

- tiens, j’ai refait du train

- pas moyen de se réchauffer les os

- promenade au phare

- 5 jours Net, 3 jours sans (et reprendre)

- sentiment général d’encombrement

- nos blogs sont plus beaux que vos sites sociaux

- on me demande : que retenez-vous de l’année 2007 ? - je préfère ne pas répondre.

- Mantes-la-Jolie le dimanche

- lit Lucien Leuwen nouvelle édition

- froid dehors, froid dedans

autoroute pour Nantes, et retour nuit : autre addiction ?

factures au courrier, pas de pitié

feu de cheminée, ordi quand même

8 jours sans le Net et tiens, c’est pareil au retour

joined no group

Metz ce soir, Strasbourg demain, rentrer le bois après-demain

première gelée ce matin, sinon RAS

borborygmes trop

prolifération des groupes n’anime pas les groupes

vient d’aller photographier le nouveau pont

brouillard dehors, brouillard dedans

les amis de l’UMP ne sont pas mes amis, même ici

jeudi radio avec Veinstein, oublier les minutes

courses supermarché, rab de pâtes pour les ados, cuisson du grondin

un peu rétamé

aime la vidéo trash (ce soir)

mal aux genoux

samedi 2 lectures pour la nuit blanche à Paris, mais me coucherai de bonne heure quand même

mauvaise nuit

demain Lille, prévoir 1 h d’attente pour correspondance à 22h gare d’Austerlitz au retour

ah tiens, aujourd’hui presque comme hier

on en aurait marre parfois des trains

soir gris

suicide des adolescents plein choc

reviendra voir dans un mois si c’est mieux

a retrouvé dans Balzac sa 1ère et seule allusion à la photographie : une folie

je travaille beaucoup le médiator, je fais des progrès

a fait 139 photos depuis le TER entre Montpellier et Marseille ce matin (vitres nord)
marre des hôtels (et surtout de ceux qui font payer la wifi)

mercredi Montpellier (Sauramps), jeudi AIx en Provence (conf sur photographie et littérature)

à Bruxelles pour 2 jours (ô Verlaine)

se taire de longues heures

alcool dans Paris : triste rugby (viande blette des corps sans tête)

pluie ce matin (bruit favorable)

fatigué lira un roman policier

à la Fnac les Halles ce soir, croisera peut-être blogueurs ?

parle d’Internet aux bibliothécaires de la région Centre réunis à l’abbaye de Noirlac, près St Amand de Montrond

marché deux heures au long de la Loire : résister à l’écran

beau soleil d’automne, cueilli des pommes

ce matin dans les vieilles images (c’est pas toujours bon signe)

repassera d’ici une semaine

ce matin, je mange de l’avoine comme un cheval (en flocons)

préférerais travailler pour de vrai que bricoler du code

frais fond de l’air, travailler chez soi tranquille, bruit de meuleuse du voisin

écoute ce matin du très vieux bluegrass même si ça se fait pas

s’est levé tôt ce dimanche

a relu hier soir les Ruines Circulaires de Borges et c’est toujours aussi incroyable la façon dont ça se construit

a équipé aujourd’hui son plus jeune enfant d’un téléphone portable

est à Paris pour voir Paris Match

est enrhumé


François Bon, carnets perso © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne 26 décembre 2008 et dernière modification le 2 février 2014
merci aux 8502 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Comme il est vide il est plus léger Dubon et c’est plus facile à l’emporter pasque moi, cet après-midi, j’emmène mon Du Bon Du Beau Dubonnet sur les hauts, le baladeur sous le beau Dubonnet et Du Bon sous le bonnet avec PEUR dedans - jusques au sommet Du Beau.

    JLK

  • Et moi, j’ai fait rien qu’à copier sur toi : http://www.archicampus.net/wordpress/?p=327 - bises hivernales - Virginie

  • En fait il y en a trop, je suis remonté jusqu’en septembre, ça fait une liste interminable... du coup je me suis arrêté début décembre... sans surprise tout cela est très musical (et parfois incompréhensible) et ressemble à ma playlist quotidienne ...
    (profil KMS)


    se souvient de vieux rideaux à fleurs.

    is Merryweather Post Pavillon et bof bof à la première écoute...

    is Merryweather Post Pavillon

    va éteindre avec E luxo so de Labradford

    is bon, Noël c’est passé, allez suivant qu’on n’en parle plus...

    grimpe dans le pommier avec Beat Happening (et qu’est-ce que c’est bien).

    se repasse les trois premiers Buzzcocks.

    va se couper les cheveux (oui parce que les bigoudis au bout d’un moment...)

    se dit que c’est chiant de vieillir quand même...

    se dit que c’était un drôle de samedi...

    dit Veronica, c’est pas normal tous ces yaourts.

    à force de parler de Low a ressorti Lifetime of a temporary relief et c’est beau.

    est en vacances ce soir et il était temps et fête ça en écoutant Psychic TV reprendre le Velvet.

    is oh non pas ce soir j’ai malàlatête.

    n’est pas là aujourd’hui mais vous pouvez toujours aller écouter un peu de musique (http://kmskma.free.fr)(y a la radio).
    trouve que la chanson 71 fait du bien ce soir (http://killingme.softly.free.fr/?p=725).

    se gratte la lèvre supérieure en écoutant Part 2 the endless not de Throbbing Gristle en disant que ça ressemble parfois au bruit de vers grignotant un cadavre.

    n’est rien d’autre qu’un (très) vieux pirate de Tom Waits pendant que dehors la pluie froide n’en finit pas de tomber lamentablement.

    écoute Stylochord de Kawaii sur un beau vinyle orange.

    est en Ar Ti Ti et boit son tea.

    c’est lundi c’est bigoudis.

    est parti Nowhere avec Ride mais a fini par arriver au bureau (that’s the problem number ouane yu know).

    is Television Personalities on this dimanche morning humide.

    n’est pas allé voir Deerhoof finalement...

    est venu avec Quelque part de Mendelson et ça fait toujours quelque chose, il faisait 0° quand j’ai passé le pont, la marne était boueuse...

    is fuckin’ freezin’ this mornin’ et les Howling songs de Matt Elliott.

    de retour de la lecture Hendrix de François Bon où Dominique Pifarély a fait un sacré de solo de cordon jack (mais pas seulement)(loin de là).

    Kiss the anus of a black cat

    fait dans la douceur avec Boduf Songs et va s’endormir sur le bureau.

    vu son humeur de chien ce matin, assassine dans d’attroces souffrances le premier crétin qui vient lui pourrir l’atmosphère au bureau.

    is Cluster & Eno ça calme et ça fait du bien.

    se demande si on est pas en train de le prendre pour un con au boulot.

    get up with Miles Davis mais s’endort quand même un peu devant l’écran.

    is disque dur externe neuf grillé après 2h d’utilisation belle perf...

    a fait un sapin de noël post-apocalyptique avec sa fille.

    a fait l’horoscopitone de samedi (http://alasouris.blogspot.com/).

    à moitié endormi encore paupières fatiguées c’est vendredi c’est pour ça mais ça va bien avec la voix de Jeff Martin d’Idaho, dehors il y a des nuages d’encre.

    a préparé l’horoscopitone de samedi où il est invité (http://alasouris.blogspot.com/).

    a mis John Coltrane pour se sortir de sa torpeur jeudiesque (il y a John Coltrane sur le lecteur Deezer de mon profil)(modern life is rubbish mais en musique).

    a mis quelques chansons dans le lecteur Deezer à gauche sur mon profil histoire d’avoir un peu de musique (un gros n’importe quoi mais un beau n’importe quoi).

    s’envole mollement (et sous la pluie) vers la Souvlaki Space Station sur un tapis de choeurs éthérés et de guitares réverbérées (et plein de éééééé).

    se Drukqs avec Aphex Twin et c’est quand les vacances au secouuuuuuuuuuuuuuuurs.

    se dit que le coffret de Jesus and mary Chain fera très bien l’affaire ce matin.

    s’est Metal Boxé dans la voiture mais ne sait pas quoi mettre au bureau, la journée commence mal...

    is Thé vert et Hood http://kmskma.free.fr/2008/12/438-december-ra in-hood-still-rain-fell.html.

    is lundi+décembre+pluie+pas de lumière+font chier=quelle merde.

    is Beaujolais blanc de chez Chatelard et filet de bar grillé.

    please send me evenings and week-ends.

    convoque le Syndicat du rêve pour le jour du vin et des roses (et bon sang que je suis fatigué et que j’en ai marre).

    is en mode shuffle.

    finit par se réveiller un peu avec le cosmos vert de Deerhof et se demande
    VRAIMENT ce qu’il fout au bureau ce matin...

    s’envoie une dose de Morphine histoire de ne pas se réveiller trop vite...

    Pylonne son Gyrate (et trouve que Preteen Weaponry d’’Oneida est excellent).

    s’astique le Pavement et there is no castration fear et peut être on pourrait danser.

    Voir en ligne : KMS

  • Sensation étrange que de relire des statuts révolus. Quand ce sont les miens que je relis, ils évoquent les réalités auxquelles ils renvoyaient au moment de la publication. Quand je relis certains des vôtres que j’avais lus alors, ils me renvoient vers un temps en ligne révolu, comme la nostalgie d’un moment de vide sur FB. Etonnant...

  • "Entre les e-mails, la fin du courrier postal, la réduction (pour moi, devenue quasi zéro) du temps téléphonique, c’est donc plutôt de transfert qu’il s’agit." : marrant 1 et 3 sont vrais pour moi mais bizarrement le courrier postal personnel s’est trouvé réanimé par l’usage des messageries électroniques ; on a repris l’habitude de s’écrire plutôt que de s’appeler et pour certains sujets ou se délasser du papier, ou à l’occasion de l’envoi d’un objet (généralement un livre), on retrouve le plaisir plumier.

    PS : Mais est-ce aussi drôle que l’Almanach Vermot ;-) ?

    PS’ : J’ai vraiment du mal avec ces statuts qui donnent l’impression que nous parlons de nous-mêmes à la 3ème personne du singulier, il faut toujours que je ruse (sauf de très rares fois).

    Voir en ligne : traces et trajets

  • Se délasser du clavier, je voulais dire.

    Voir en ligne : traces et trajets

  • statuts de décembre à août - mais qu’est ce qui fait que cela donne une image aussi nette et persistante d’une présence devant l’écran pourtant si instantanée ?

    a-m (et profil sur FB)

  • Pierre pense que la "politique de civilisation" de Sarkozy vient d’Edgar Morin.
    Pierre écoute Astor Piazzolla en boucle.
    Pierre écoute "Book of Longing" de Philip Glass et Leonard Cohen.
    Pierre travaille à ses bonnes résolutions pour 2008...
    Pierre vient d’aller voir "La graine et le mulet" au cinéma.
    Pierre sort se promener en ville.
    Pierre rentre d’une promenade parisienne (11km à pieds).
    Pierre vient d’apprendre la mort d’Henri Chopin, pionnier de la poésie sonore.
    Pierre rencontre Julien Grandjean cet après-midi pour Marelle Radio.
    Pierre contemple le bleu du ciel ce matin.
    Pierre écoute Yann Linaar en boucle.
    Pierre rentre de promenade et se met au travail.
    Pierre prend de l’avance pour demain.
    Pierre prend de l’avance pour après demain.
    Pierre mène à Melun un atelier d’expression avec des femmes en alphabétisation.
    Pierre écoute Jérôme Attal car il ne sait pas encore s’il pourra l’écouter ce soir à la Flèche d’Or.
    Pierre sent le frémissement d’un passage ou appelle à regarder vers d’autres horizons.
    Pierre sort enregistrer une lecture de la série enunjour avec Esther.
    Pierre boit un café et travaille au Café I (ancien Café K), près de la Gare de l’Est.
    Pierre est de retour à la maison et travaille à ses photographies.
    Pierre est en réunion de travail sur le travail à la médiathèque de Melun.
    Pierre commence un nouvel atelier d’expression autour de la cuisine avec des femmes en alphabétisation à Melun.
    Pierre est de retour à la maison.
    Pierre est en mode pause.
    Pierre se promène dans le 19ème.
    Pierre est de retour à la maison et travaille en écoutant le blog de Kill Me Sarah.
    Pierre travaille aussi le dimanche.
    Pierre a deux ateliers multimédia en même temps.
    Pierre écoute Albert Ayler Quartet.
    Pierre télécharge des accapelas pour ses bootlegs.
    Pierre a le courant coupé mais l’air réjoui.
    Pierre : le courant est revenu. Mais l’extraordinaire ?
    Pierre est à Paris ce matin et au Parc de Rentilly cet après-midi.
    Pierre à la maison au sec mais décoiffé.
    Pierre est entre les mailles de l’alphabet nécessaire.
    Pierre cuisine indien : poulet à la noix de coco et son Chutney à la coriandre, nans et lassi à la banane.
    Pierre écoute la symphonie n°2 de Rachmaninov en travaillant à la maison.
    Pierre a trouvé un portable et ne sait pas comment le rendre à sa propriétaire.
    Pierre prépare son atelier bootleg et remix pour mercredi.
    Pierre voit passer dans la rue la jeune femme qui a perdu son portable et lui court après pour le lui rendre : vous êtes un amour !...
    Pierre rentre chez lui...

    L’intégralité de l’article est à lire sur Facebook (Lien ci-dessous)

    Voir en ligne : Profil de Pierre Ménard sur Facebook

  • L’intégralité des 3 mois de statuts Facebookien.
    (en même temps, les non Facebooliens peuvent-ils lire les notes ?)

    Voir en ligne : KMS

  • « comme sur facebook : je change la phrase chaque jour, utilisant un extrait de l’horoscope fourni en ligne, ce qui au fil des jours dessine un portrait de moi assez fidèle et progressif ; jusque là j’en étais satisfait, je consultais pour me rendre compte que facebook n’effaçait rien — jusqu’hier : catastrophe, un mois perdu (que je n’ai pas sauvegardé)
    du coup j’ai envie de tout envoyer chier, ça n’a plus de sens : je déteste les projets incomplets, je me dis que lorsqu’il y a échec c’est qu’il y a un choix personnel au départ — en somme : je voulais que ça foire »
    lh.

  • "je découvre que Face Book autorise de les retrouver et de remonter le temps" : : pas trouvé comment (pour l’instant) ? Par où passe-t-on donc ?

    Voir en ligne : traces et trajets

  • Bonjour,
    Merci pour cet éclairage nouveau.
    Au début de l’utilisation de cet outil tant décrié sur certains médias, je ne voulais pas trop me dévoiler. Une pudeur certaine effrontée m’interdisait d’écrire mes états d’âme. Ils n’étaient visibles que par moi. Mais je change un peu ma vue d’esprit, il est vrai que c’est très intéressant de prendre au deuxième, troisième degré et d’y mettre une sorte de décalage.
    Vraiment intéressant et merci encore pour cette perceptive, je regrette pas d’être venue.
    A une prochaine et je vous souhaite une bonne journée.
    Véronique Dubois

    Voir en ligne : Véronique Dubois

  • c’est assez drole de constater que maintenant les utilisateurs commentent de plus en plus les statuts de leurs amis sur Facebook, ce qui donne souvent des "posts" assez complets et droles.
    Un groupe s’est même créé à ce sujet : "je spamme le staut de mes amis sur Facebook"....comme quoi.
    François Bon est vide aurait pu ouvrir la porte à de nombreux commentaires.

  • Sous ce titre, mise en ligne cette nuit même, une vidéo à ne pas manquer, 15’ associant lecture à voix haute et quelques boucles et delays de ses "statuts" Face Book (« Pierre Ménard change de statut comme comme de chemise »), associés à un an de journal photographique : Le livre des visages, par l’inventeur de liminaire.

  • Bonjour,

    Je ne vois pas bien l’intérêt de ce genre de commentaires nombrilistes (ces "posts" au jour le jour") et égocentriques. Une liste à la Prévert ?
    A mon avis il y’a mieux à faire que passer son temps sur "les livres de visages"...

    Voir en ligne : BiblioMab

  • Une nouvelle leçon est une excellente éducation

    Voir en ligne : دردشة