dissolution du numérique (vers lui-même)

la main numérique de Pranav Mistry : beau comme un poème


Voici une brève vidéo, avec le luxe qu’elle soit sous-titrée en français.

Pourtant, l’anglais de Pranav Mistry n’est pas difficile à comprendre. Et c’est son humilité qui serait dissuasive au départ : où donc cela mènerait, des choses aussi simples, qu’à des idées rebattues, du déjà entendu ?

Pour nous, l’engagement dans le numérique, à mesure qu’il se démultiplie, qu’on expérimente sur nos sites secrets ce qu’on n’oserait pas montrer ici, il y a toujours le paradoxe de la technique et du sens. Ce dont on rêve, il faudrait pour le réaliser un savoir dont on ne dispose pas.

Quelquefois on crée des alliances : des messages vont dans la nuit, et quand ils reviennent d’immateriel-fr cela fait les invisibles prouesses de publie.net, concevoir peu à peu le web lui-même comme un livre – la joie assez grisante de disposer d’une interface que bien des plus gros que nous ne savent pas faire (les Formule 1, ce n’est pas les grandes usines qui les produisent), mais je serais la plupart du temps bien incapable de régler sans eux le moindre bug.

Quelques autres pratiquent eux-même l’alliance : ainsi les étonnantes explorations de Karl Dubost ou de Philippe De Jonckheere. D’autres s’en vont les explorer et nous les racontent, nous créant intérieurement cet espace des possibles sans lequel il n’est pas d’intuition : c’est la dette à Hubert Guillaud, ainsi encore avant-hier ces 3 vidéos sur des ordinateurs de papiers.

Sil y a réellement une intelligence du web, elle est collective. La vidéo ci-dessous présentée (elle-même issue d’une fonction share sur son site de départ), j’en ai eu connaissance par Christine Genin, de Lignes de fuite, via son fil twitter et j’ai oublié de qui elle-même la tenait – sérendipité...

Notre fascination pour le numérique est étrange et ambiguë parce qu’elle ne nous sépare pas du monde (pas sûr que Michaux, écrivant Connaissance par les gouffres, ait dit autre chose des drogues, d’ailleurs : savoir seulement qu’on entre dans une zone à risque, parce qu’elle requiert en partie l’aveuglement dans l’expérience), mais nous reconduit à une perception transformée du monde, formes neuves de la géolocalisation, strates et lignes autres de l’identité. C’est bien notre perception accrue du monde qui est l’enjeu de la médiation numérique, ces 15 ou 20 ou 30 machines qu’on a usées sous soi en 20 ans (mon premier Atari en 1988, mais ma première carte Fortran à l’Ensam Bordeaux en 1972, mon premier microprocesseur allumant 9 diodes sur un circuit imprimé à Sciaky en 1979).

Ce qu’on observe au plus profond, c’est son propre changement intérieur : la façon dont on pense et perçoit autrement. Et que cela affecte évidemment notre convocation du langage, ou les formes du récit qui l’organisent. Peu importe alors de s’écarter des vieilles lois : est-ce qu’on choisit, dans ces chemins ? Instance de plaisir, ou obscure obéissance comme on obéit à un rêve ? Quitte à être un peu perdus, l’impression que si littérature vivante il y a, elle ne peut être que dans ce remuement, ces fissures, ces effractions.

Et si on y retrouve ceux qu’on aimait déjà, de façon consanguine, le grand Proust d’un homme qui dort tient autour de lui le cercles des heures... etc, ou Beckett ou Kafka, ou Rabelais qui me sert de puits depuis si longtemps, presque nativement, c’est cela qui donne la confiance : tout peut bien être si embryonnaire, ou si mêlée la profusion des blogs, ou – comme dit le frère DB, grand partageur au devant, et qui ne se retourne pas toujours voir si on suit, il y en a d’autres et d’autres –, qu’on invente les dinosaures du futur, la meilleure chose finalement qui nous advienne c’est de constater ainsi, qu’importe notre point de départ, comment avec nous c’est toute notre discipline qui est requise et se transfigure. Il ne s’agit pas de culture, invention trop récente et qui n’est qu’une figure industrielle du rapport de l’art à la société, Adorno l’avait vu en précurseur (Minima moralia), mais de cette nudité absolue, précisément, de notre rapport au monde, là où il suppose d’en revenir en deçà même de la conscience, comme autrefois les navigateurs, ou n’importe quel quêteur d’absolu.

Ainsi avons-nous tous rêvé à la main numérique. Plus même besoin d’ordinateur, pour enclencher cet appel collectif dans le lieu et l’instant de notre réalité. Alors elle ne se découpe plus selon cette frontière, de plus en plus poreuse ou mouvante, et qui rejoint même nos livres et nos mots – à preuve que vous les lisiez ici –, d’un monde réel opposé au monde virtuel, mais comment en chaque instant et en chaque lieu, et c’est la radicalité technique de ces calculateurs apprivoisés que nous utilisons dans notre quotidien, comment les deux instances s’appellent l’une l’autre et n’ont vocation, dans ce mouvement qui les requiert, qu’à s’annuler en cet endroit.

Je cherche, écrivant pour le Net, une présence qui me fascine chez Rilke, et que les livres, ou l’isolement géographique, ne me permettent pas suffisamment.

Ce rêve, on le brasse de tous les possibles, qui sont pour moi des façons de langage.

Seulement, d’autres, qui ne sont pas des êtres de langage, se risquent à ce même endroit avec une autre praxis. Dans le début inintéressant de cette vidéo, Pranav Mistry explique comment il a démonté une souris d’ordinateur à deux balles. On en tous décortiqué de même.

Seulement, il m’arrive, ici à l’université où on m’a invité, d’apporter deux lourds Pléiade de Francis Ponge et je peux parler 2 heures sur le concept radicalement autre de relation du langage à l’objet qu’ils inaugurent. C’est ce même rapport qu’il expose, Pranav Mistry, repartant des deux fondamentaux, geste et objet.

Ensuite, c’est presque de la prestidigitation. On se dit qu’il doit lui falloir, dans son dos, trente kilos de calculateur réfrigéré pour ce traitement en temps réel qu’il nous démontre. Ça importe peu. C’est la notion de possible qui compte.

On est un peu secoué, un peu baba. Il s’induit quoi, de tout ceci, pour notre bibliothèque mentale, pour notre relation du verbe à ce qu’il nomme ?

Et puis il y a un post-scriptum. C’est les applaudissements, on veut couper la vidéo, les trente secondes qui restent. Un Monsieur Loyal des télévisions d’Amérique surgit, on se dit que les questions vont tout casser de l’émerveillement. Et le jeune chercheur MIT,
Pranav Mistry, répond très sereinement et tranquillement qu’il repart en Inde (au Bhabha Research Center où j’étais en 1979, tiens, plaisir !). Que ce qui l’intéresse, ce n’est pas les brevets et les millions, ou revendre tout ça à Steve Jobs qui saurait bien quoi en faire. Mais de s’en servir pour des technologies à pas cher. Que par exemple ça peut avoir des conséquences formidables pour les non-voyants ou autres handicapés de tel des cinq sens. Et petit bouquet final : que ça restera un logiciel open source.

Au terme d’une étrange journée, dans appartement totalement seul et silencieux, voilà, c’est lui qui est venu me parler dans ce moment où la nuit tombe. Je ne sais pas ce qu’il en adviendra : je sais juste deviner un peu mieux ce qui m’attelle à cette démarche désormais sans effectivité ni contrainte – confiance dans l’abandon, le mouvement.

C’est ce cherche Pranav Mistry, bien au-delà les prouesses techniques de son programme : laisser tomber l’opposition, le switching between digital and objects. Sur son site PranavMistry.com, des articles à télécharger : Leonardo of 21st century, Designing intelligence, Ghost in the machine et d’autres. Il vient de Palanjur, Inde du Nord, son père est architecte, et le surnom de gosse qu’il a eu longtemps à supporter avant départ : Zombie.

 


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 30 janvier 2010
merci aux 1735 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Impressionnée par le temps de réponse, quasi instantané - j’avais pour ma part à peine eu le temps de voir la vidéo et la partager ici et là que l’article ici avec tous les liens est écrit -.
    Et émue bizarrement par la présence d’un brother D.B. qui me ramène vers The catcher ... (c’est pas le même, oui, je sais).

    • non, pas de réactivité, au contraire - plutôt que cette vidéo m’a trouvée dans un fond d’après-midi déjà hanté par l’ordi et les objets (guitare basse notamment), la réflexion sur pourquoi ces textes en ligne au lieu de ce qu’on devrait faire pour les autres tâches, le choc affectif aussi de ces attaques un peu trop permanentes alors que si on était plus d’auteurs sur le web mon site au moins passerait inaperçu, et des billets de Karl (sa petite fenêtre "extase" sur un livre de Rimbaud) et d’Hubert (ordinateurs de papiers) lesquels, comme chaque fois qu’un billet touche juste, provoquent une longue rémanence, en deçà des mots - la vidéo de Pranav n’a fait que concrétiser ce qui macérait dans cette journée que j’avais voulue plutôt recluse – notamment aussi parce que cette question de la "main numérique" est une obsession assez vieille

      à part ça, quelqu’un sur twitter a eu l’intelligence de réagir à cette vidéo en soulignant qu’il y avait comme contrainte de bien penser à éteindre l’appareil lors des fonctions urinaires !

  • rafraîchissante méditation, qui invite à revenir vers soi
    mesurer l’attente, les attentes, et écouter ce qui respire entre nos mains.

    vous auriez dû laisser ce texte - aussi, beau comme un poème ou une main numérique, selon comment on regarde, comment on se dissout - déborder jusqu’à l’endroit même où se terre le goujat. peut-être, peut-être pas, au fond peut-être trop de bruit pour entendre quoi que ce soit.

    salutations cordiales en cette soirée froide.

    Voir en ligne : redire.net

    • merci, Michaël : plusieurs fois que je traverse redire - un de ces lundis 10h au 2ndCup BerryUqam si de passage pas hésiter déranger le type tombé dans son MacBook ?

    • redire toujours oui mais difficile d’aller au bout de ce que l’on cherche (vais tenter de passer à SPIP dans les prochains mois, devrais m’aider à donner plus de corps, plus de souffle).

      l’hésitation est là, toujours, mais garderai un oeil ouvert
      en entrant dans la ville, au cas où je verrais ce type tombé dans son MacBook. l’ai déjà croisé, après tout, il y a un an peut-être, au Pèlerin Magellan, avec Pierre Ouellet et la grève autour ; ai eu le temps de bafouiller une question sur la main, les mots, justement, sur comment on touche et parle cet espace ouvert entre soi et les objets, et le plaisir d’écouter quelques phrases de Ponge.

      allez, bonne soirée.

  • De l’écriture à la lecture la main est l’outil de notre partage.

  • Oui quel bonheur de pouvoir ficher instantanément votre interlocuteur, en le limitant à ses pauvres tags-oripeaux. Quelle chouette trouvaille.

    Toujours penser au pire (comme au meilleur).

    ouech les poëtes,

    arnaud