appel à fiction, 3 | que ferons-nous sur la terrasse ?

un carré de vieux murs datant de Louis XIV et jeté en promontoire sur l’étang confisqué par les militaires : et si nous nous y rassemblions, ce serait pour quoi faire ?


retour index général du web-roman.

 

L’étang est le bijou naturel du plateau de Saclay. Mais confisqué par la Défense nationale pour servir d’eau de refroidissement au très secret Centre d’essai des propulseurs. Ce qui induit accès interdit et barbelés, et prolifération d’algues bizarres, avec import de carpes russes pour en limiter l’envahissement. En surplomb du domaine de Versailles, la route qui traverse tout droit le plateau, avec le centre de recherches sur l’agriculture (INRA) à un bout et le centre recherches atomiques (CEA) à l’autre, continue d’emprunter le chemin établi par Louis XIV (Vauban directement ?), avec côté amont ce promontoire carré de pierre (ils y venaient en carrosse, s’arrêtaient pour le paysage, ou pour une équipée nocturne aux lampions ?) et côté aval la bicoque murée (mais dessous c’est en service, puisque j’aurai vu les militaires et les experts s’y engouffrer à dix), qui régulait le débit d’eau qu’on emmenait d’ici jusque dans les pièces d’eau de Versailles, auxquelles l’étang servait de réserve. Ce promontoire carré de vieilles pierres, en surplomb du paysage naturel, tandis qu’on perçoit encore, à quelques kilomètres tout autour, la progression de l’hyperville, que pourrions-nous en faire ? J’y suis resté longtemps (voir militaires 1, militaires 2, militaires 3). Je vous propose, avec curiosité, et pour bouger les lignes, qu’on écrive sur le thème suivant : cette terrasse on s’y rassemble, c’est une drôle de fête, sur une nuit, le temps d’une flash-mob ou pour une occupation de 3 mois. Qui on invite, qu’est-ce qu’on y fait, pourquoi on le fait, comment on y mange et on y dort s’il faut, quelle ou quelles musiques, le rapport avec le lieu, l’étang, la tour, l’armée. Reste une inconnue, qu’on honore : la beauté de ce carré simple de vieilles pierres, bâti il y a 300 ans en surplomb de l’eau toujours pareille.

 

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 30 juin 2012
merci aux 1387 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page