Claude Ponti | « Je n’ai pas à prouver que ce qui m’appartient m’appartient. »

pour en finir avec les Indisponibles


Magnifique dessin de Claude pour résumer la situation qui nous est faite par la réquisition d’État via l’inique loi sur les Indisponibles.

Et sa magnifique phrase est le meilleur pied-de-nez et la meilleure réponse aux spoliateurs : les lois ils peuvent faire, mais ce dessin non.

Je rappelle mes propres positions dans cette triste affaire de réquisition d’État :
- auteurs, contre l’État voleurs, réclamez vos droits
- indisponibles : les éditeurs entrent dans la danse

Ayant dit ce qui me revient à dire, et demandé à la BNF le retrait de mes ouvrages, je vous invite tous à en faire autant.

En insistant sur le fait, auprès de tous ceux qui ne sont pas manifestés, qu’il faudra tout refaire le trimestre prochain mais qu’il n’y aura probablement plus la même mobilisation ni la même possibilité de recours juridique.

Là-dessus, je retourne à mon site et mes petites écritures, pour l’instant inaliénables.

FB

LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 8 avril 2013
merci aux 978 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page