personnages #7 | scène avec téléphone

cycle vies, visages, situations, personnages



- retour sommaire du cycle personnages
- sommaire général des cycles et parcours

- lire ici l’ensemble des contributions à cet exercice, tag personnages #7, telephone

- l’extrait transmis par lettre d’info à tou.te.s les participant.e.s, ou dans les habituelles « fiches » réservées aux abonnés ;

- inscription et participation, accès au blog WordPress, c’est ouvert, bienvenue ;

 

avec Roberto Bolaño, scène avec téléphone


Juste un résumé de ce qui est développé dans la vidéo :

- 1, bascule fondamentale chez Proust, l’intermédiation technique d’avec le réel (apparition de l’électricité, vitesse de la voiture, les 198 occurrences de la photographie) est intimement liée à sa façon de dissoudre le réel à mesure que la phrase se l’approprie — dans la structure circulaire de l’oeuvre, c’est le corps et l’existence de vous-même, lecteur, qui porterez en dernière instance ce qui établit le réel au-delà de ce principe de dissolution permanente ;

- 2, les 4 étapes de l’histoire du téléphone chez Proust, les quiproquos de la conversation téléphonique entre Paris et la Normandie (séquence Doncières), le coup de téléphone nocture d’Albertine dans la Prisonnière, et dans le Temps retrouvé cette remarque d’Odette Swann sur tant de technique et d’innovation annihilées dans des conversations futiles ;

- 3, l’évidente dissymétrie : l’omniprésence de la conversation téléphonique dans la narration filmique, si récemment née, sa rareté relative encore dans la narration littéraire, avec un exemple pris à Lac d’Echenoz et les 35 occurrences du mot téléphone dans La vie mode d’emploi — à vous de faire votre enquête et de trouver d’autres exemples, comme par exemple Ryoko Sekiguchi partant en quête de la voix d’un disparu depuis un message répondeur conservé, ou le plus historique : La voix humaine de Cocteau... ;

- 4, lire attentivement ce texte très court (6 pages) de Roberto Bolaño : les personnages repérés par leurs initiales, mais toutes les figures de la conversation téléphonique rapportées (les appels auxquels on ne répond pas, les appels acceptés mais on ne parle pas, le voyage en train pour rejoindre l’interlocuteur, les messages laissés, et puis le fait divers avec crime (on ne vous en demandera pas tant !) ;

- 5, donc une proposition qui est plus d’exploration qu’une consigne formelle : partir en quête de souvenirs autobiographiques liés au téléphone, aux pics d’intensité liés à une conversation téléphonique, l’évolution des appareils, des usages... et depuis un de ces souvenirs précis, détourner le dispositif (un peu, très peu, le moins possible en fait) pour le produire comme fiction...

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 9 mars 2020
merci aux 400 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page