lire avec musicien (Sylvain Kassap, suite)

bref extrait d’une lecture avec Sylvain Kassap


Les instruments sont plus différents que les musiciens ? Le violon vous offre une géométrie mentale, vous avez l’impression que votre crâne s’est fait abstrait du dedans pour construire les lignes de mots. Les clarinettes offrent des vibrations de souffle qui recoupent la tessiture vocale. Mais Dominique Pifarély, mon partenaire habituel et un peu l’initiateur, ou Sylvain Kassap, ce qui est proposé c’est un élan, un rythme, une grammaire, et un constant travail d’écart. Alors on cherche, dans cet écart, ce qu’il advient de distance ou de convocation pour la narration, comment on peut s’y mettre un peu plus à plein corps qu’on ne le ferait seul, parce que soudain le musicien a emporté la rambarde.

Quelques minutes de la lecture à Bagnolet, le 10 octobre 2006, avec Sylvain Kassap aux clarinettes, sur deux extraits de Tumulte (Fayard, 2006). Je choisis ce moment parce que typique de ce qui se passe en lecture : le premier texte, on avait prévu de le lire, et Sylvain construisait son impro avec les pages sous les yeux, ensuite je le laisse partir, ça devient une mécanique étrange d’entrecroisements de rythmes, et c’est moi alors qui pense au second texte, non prévu, le cherche dans le livre et le lance à partir de sa musique...

- A l’écoute : Sylvain Kassap & François Bon, Bagnolet, 10/10/06 (extrait, 8’30).

- compte rendu images de la lecture Bagnolet


fbon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 11 octobre 2006
merci aux 1258 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page