< Tiers Livre, le journal images : 2019.07.23 | agriculture indigestion (et bonbons mécaniques)

2019.07.23 | agriculture indigestion (et bonbons mécaniques)

précédent _ suivant

Des couleurs faisons abstractions : la plupart des animaux ne les perçoivent pas et j’en fais partie. Pas une raison pour photographier en noir et blanc, ersatz monochrome du temps qu’on ne savait pas faire autrement. Mais moi j’ai lu et révère Du mode d’existence des objets techniques, de Gilbert Simondon — lequel enseigna à Poitiers — où tout un chapitre est consacré à la question de pourquoi nous trouvons beau un tracteur. Donc je les photographie avec des couleurs de bonbons, ça me va. Ce qui va moins, c’est le rapport de ce bijou d’entassement mécanique des monstres à vendre, avec l’infinie dégradation du paysage tout autour : depuis cinquante ans qu’il n’y a plus de haie, on arrose tant qu’on peut pour le maïs, on pesticide tant qu’on peut pour la rentabilité du blé, et on se place à la criée des subventions européennes et des prêts à taux zéro pour des machines toujours plus grosses, et renouvelées avant de s’être salies les pieds. Il se peut que cette période finisse. Il se peut surtout que dans leur tête cette période ne soit pas finie. Peut-être serait-il temps d’inclure tout ça dans un parallélépipède de résine transparente comme témoignage de la folie d’époque, et du suicide en dansant. Un immense champ derrière, où pas question d’entrer photographier, est couvert de centaines et centaines, un millier peut-être, de ces moiss’batt’ à peine usées et déjà ferraillées. On sait le désastre, il fallait aussi prendre conscience de l’échelle.

 


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 23 juillet 2019
merci aux 420 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page