dialogue #02 | Wittig, Virgile, parenthèses

l’atelier hebdo et permanent de Tiers Livre


 

accéder à votre espace abonné
pour synthèse, commentaires & liens complémentaires (ou s’inscrire)
télécharger les documents d’appui
créer votre compte auteur sur la plateforme de publication
recevoir la lettre d’info & participer aux échanges Zoom en direct — rappel aussi que l’abonnement niveau 3 (ateliers) donne l’accès à l’ensemble des cycles précédents et leurs documents d’appui ou autres ressources

 retour sommaire général « 5 exercices sur le dialogue »
 retour sommaire général de l’atelier hebdo & permanent

dialogue #01 | du dialogue sans dialogue


Cette vidéo propose :

 nouvelle variation dans l’approche du dialogue : le dispositif utilisé par Monique Wittig dans son Virgile, non (1985), et tout simplement, première contrainte, la séparation diacritique des phrases dialoguées, à distance, dans la continuité du texte. Tout simplement, les parenthèses qui isolent chacune des phrases à fonction d’adresse dialoguée.

 ce qui donne la force au texte : la reprise du dispositif de Dante lui-même, « Wittig » narratrice, ou combinaison de lettres rejoignant le nom de l’auteur, explore des scènes urbaines, souvent nocturnes, puis ici, dans ces passages, de révolte ou de répression. C’est la mise en scène textuelle d’une scène collective qui va nous permettre de réaliser l’exercice.

 dans le texte de Wittig, le rôle de Virgile est féminin (clairement, un « elle » lorsque besoin de le préciser) mais un nom qui n’est pas genré, « Manastabal », pris à l’histoire des indépendances africaines. Ce personnage est présent et incarné (« elle me pince le bras ») mais seule la narratrice est physiquement incarnée dans les scènes qu’elle décrit, qui l’incluent, et dans lesquelles elle agit.

 la « voix » qui intervient vis-à-vis de la narratrice n’est donc pas perceptible (ni le personnage visible, même si ce n’est pas déterminé) par les autres protagonistes des scènes...

 ne pas oublier le contexte : les brèves échappées visuelles du texte de Wittig, la ville de San Francisco même si pas nommée, participent de la nature organique du lyrisme... « par endroits, entre les blocs des hauts buildings, la mer cérulée apparaît... », c’est par rapport à ces nappes lyriques que les phrases adressées, celles entre parenthèses, prendront leur sens...

 j’insiste sur le point suivant : on est dans la technique, ce cycle prendra sa force de la multiplication d’exercices simples, celui-ci (immersion narrateur.narratrice dans scène collective, scénographie de la ville ou du lieu, personnage invisible à l’arrière...) est déjà assez sophistiqué !

À vous !

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 1er mai 2022
merci aux 163 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page